Compte rendu intégral du bulletin de situation du volcan Nyiragongo, Observatoire Volcanologique de Goma .

L’Observatoire Volcanologique de Goma ( OVG) informe la population de Goma, Gisenyi et de partout ailleurs que les données instrumentales acquises pendant la période allant du 04 au 12 Avril 2016 indiquent que :

Dans l’ensemble , les séismes volcaniques sont concentrés entre les deux volcans actifs des Virunga ( Nyamulagira et Nyiragongo ) et le long de la fracture les reliant.

-Du volcan Nyamulagira :Il convient de signaler que les observations sur le terrain de son puits actif , le 06 Avril 2016. montrent une baisse d’activité et une diminution du niveau de son lac de lave.

– Du volcan Nyiragongo : son activité a été caractérisée parles faits suivants.

* Des séismes volcaniques localisés dans son cratère central.
*Une lueur rouge nocturne moins abondante.
*Un important panache de gaz orienté principalement vers l’Est et l’Ouest

Les données géochimiques et géodésiques n’indiquent pas de variations notables par rapport aux données précédentes.

Par ailleurs, l’OVG tient à signaler que la coloration verte des eaux du lac Kivu observée depuis le 08 Avril 2016 est due tout simplement à un phénomène biologique . Il y a eu rotation des eaux des profondeurs vers la surface, emportant avec elles les nutriments (phytoplanctons) et d’autre micro – organismes.

– Du centre d’information sur les volcans : Ce centre a accueillis au total 146 visiteurs constitués d’élèves , d’étudiants et d’indépendants.

NB. -Les populations de Goma, Gisenyi et des villages environnants le Nyiragongo et le Nyamulagira sont tenues d’observer des règles strictes d’hygiène en lavant les légumes , en couvrant les aliments et en les gardant à l’intérieur des maisons , tout en faisant attention à l’eau de pluie.

– Par ailleurs, toute personne désireuse d’avoir de plus amples renseignements sur l’état de nos volcans sont priés de contacter l’OVG qui est la seule institution habilitée à fournir des informations en cette matière.

Conclusion :

Les données instrumentales acquises par l’OVG indiquent une activité soutenue dans les camps des volcans Nyamulagira et Nyiragongo. Cependant , cette activité ne présente aucune inquiétude pour les zones habitées.

Le niveau d’alerte du volcan Nyiragongo reste au Jaune : Vigilance.

23/04/2016. Nyiragongo , République Démocratique du Congo :

Source : OVGGoma .

Photos : Jeremie Franchitti , OVGGOMA 19 avril 2016.

RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ DU VOLCAN

L’activité reste élevée sur le volcan.
Pendant le matin , les émissions de gaz et de cendres ont été observées jusqu’à 400 m au-dessus du cratère vers le Nord-Ouest.
En ce moment , le secteur du volcan est dégagé.

TECHNIQUE ET OBSERVATIONS ANNEXE
Sismicité:
De 11h00 (TL) hier jusqu’à 11h00 (TL) aujourd’hui, 49 explosions, 27 événements longue période (LP), 5 épisodes de tremor harmonique (TA) et 6 épisodes de tremor d’ émission (TREM) ont été enregistrées.
Observations des émissions et des cendres:
Dans la matinée, on pouvait voir les émissions de gaz et de cendres à une hauteur de 400 m au-dessus du cratère vers le Nord-Ouest.
En ce moment , le secteur du volcan est dégagé.
Pluies et lahars:
Il y a eu des pluies légères , qui n’ont pas généré de lahars.
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Ce rapport sur une base quotidienne sera publiée à 12h00 (TL) . Dans le cas d’une augmentation ou d’un changement dans le comportement du volcan il sera en outre émis immédiatement un rapport spécial.

22/04/2016. Reventador , Equateur :

Source : IGEPN

Photo : Hosteria el Reventador.

Evaluation:

Sur la base des observations visuelles du Soputan après l’éruption du 6 Février 2016 , les conditions visuelles ont permis d’observer des fumées blanches , fines , moyennement élevées (allant de 50 à 200 m). La nuit , aucune incandescence n’a été observée.
La sismicité du Soputan montre une diminution des tremblements de terre d’avalanches et du tremor volcanique . Le 20 Avril 2016 , les sismographes ont enregistré 13 événements de tremblement de terre d’avalanches , 4 séismes et 1 essaim de séisme tectoniques lointains (TJ). Le graphique RSAM est encore haut en énergie volatile visible, mais sur une tendance à la baisse.
Les mesures des spectres d’amplitude sismique (SSAM) dans les stations sismiques SOP, WNR et SLN ont montré la tendance à la baisse de l’activité volcanique, ce qui indique une diminution de la pression dans le système magmatique du Soputan

Conclusion.

Sur la base de l’analyse et de l’évaluation de la surveillance sismique et visuelle, à compter du 21 Avril 2016 à 12h00, les niveaux d’activité du Soputan passent du niveau III (SIAGA) au niveau II (WASPADA).

La surveillance intensive en continu menée afin d’évaluer l’activité du G. Soputan ainsi que la fourniture d’informations sur le danger de l’éruption du mont Soputan se poursuit afin de faire comprendre aux personnes autour du Soputan les dangers du phénomène.

S’il y a une diminution / augmentation de l’activité volcanique du Soputan de manière significative, le niveau d’activité peut être abaissé / relevé en conformité avec le niveau d’activité et de menaces.

22/04/2016. Soputan , Indonésie :

Source : VSI

Photo : Photovolcanica

De nouveaux capteurs de gaz confirment la production de gaz continue à partir de Te Maari (Tongariro).

Suite aux éruptions d’Août 2012 sur Te Maari , de grandes quantités de gaz volcaniques ont été émises. Parfois, l’émission de dioxyde de soufre (SO2) était de 5 à 8 kg par seconde (430-700 tonnes par jour). Cependant, avec le temps , elle a diminué et nous avons été incapables de la mesurer à partir de notre plate-forme aéroportée standard. Nous avions besoin de trouver une nouvelle technologie basée au sol. Sur la base de nos expériences de White Island (Whakaari) nous avons choisi d’installer la numérisation FLYSPEC, une nouvelle version du miniDOAS que nous avons à White Island. Le nouvel équipement a été installé en collaboration par le DOC et GeoNet. Les données de ce type d’équipement sont utilisées par notre équipe pour évaluer l’état du volcan et régler le niveau d’alerte volcanique .

Le gaz volcanique est dérivé de la matière en fusion (magma) qui entraîne une éruption, c’ est donc l’une des rares données qui peuvent nous donner des informations directes sur le magma sous un volcan actif. Les types de gaz présent et leurs valeurs sont très utiles. La détection et la mesure du gaz n’est pas facile. Un spectromètre de corrélation (COSPEC) qui a été initialement conçu pour mesurer les polluants industriels, est maintenant couramment utilisé par les observatoires volcanologiques pour mesurer les émissions de gaz volcaniques.

Le spectromètre est conçu pour mesurer la concentration de dioxyde de soufre (SO2) dans le panache volcanique qui est émis par le volcan. Le miniDOAS et le FLYSPEC sont des adaptations de cette technologie dans des instruments plus petits. Ils travaillent en analysant la lumière ultraviolette absorbée par les molécules de SO2 dans le panache volcanique. Par conséquent, nous devons les installer « sous la plume « pour obtenir des données. Les directions de vent variables en Nouvelle-Zélande en font un défi.

Sur Te Maari, nous avons installé deux FLYSPECS de balayage pour améliorer nos chances de détecter le SO2 dans le panache volcanique. Lorsque le vent local souffle le panache de gaz sur nos instruments, nous sommes en mesure d’obtenir des données et de savoir combien de gaz provient des évents actifs. On obtient des données utilisables sur environ 40 à 50% du temps. Depuis Septembre 2015, la production de gaz a chuté en dessous de 0,1 kg par seconde (8,6 tonnes par jour) et est souvent juste à la limite de détection. Ce qui est bon pour les amateurs du parc national du Tongariro car il confirme le volcan va lentement dormir et le risque d’éruptions a diminué.

Le Tongariro est un grand massif volcanique andésitique, situé immédiatement au Nord-Est du volcan Ruapehu , qui est composé de plus d’une douzaine de cônes composites construits sur une période de 275.000 ans. Des évents le long d’une zone axée Nord-Est s’étendant depuis Saddle Cone (en-dessous du volcan Ruapehu ) jusqu’au cratère Te Mari (y compris les évents dans l’emplacement actuel du Ngauruhoe) ont été actifs pendant plusieurs centaines d’années il y a environ 10.000 ans, produisant les plus grandes éruptions connues du complexe Tongariro au cours de l’Holocène. Le stratovolcan North Crater , une des plus grandes caractéristiques du massif, est tronqué par un large cratère peu profond rempli par un lac de lave solidifiée qui est coupé sur le côté Nord-Ouest par un petit cratère d’explosion. Le plus jeune cône du complexe, le Ngauruhoe, est devenu le plus haut sommet du massif depuis sa naissance il y a environ 2500 ans. Le symétrique, Ngauruhoe , encaissé , avec son voisin le Ruapehu au sud, ont été les volcans les plus actifs de la Nouvelle-Zélande au cours du temps historique.

22/04/2016. Tongariro , Nouvelle Zélande :

Sources : Geonet ( Brad Scott) , GVP.

Photos : Photovolcanica

Volcan Momotombo.

Sur le Momotombo , la micro-sismicité reste faible, montrant une amplitude sismique en temps réel (RSAM) avec des valeurs faibles, inférieures à 100 unités.
La possibilité de nouvelles explosions , produisant des gaz, des cendres et l’expulsion de matériaux incandescents à tout moment est maintenue.

Volcan Masaya.
Les oscillations du tremor volcanique sont basses.L’amplitude sismique en temps réel (RSAM) se maintient à des valeurs modérées à élevées, entre 250 et 900 unités.
Le lac de lave dans le cratère Santiago continue son activité habituelle.
L’émission de gaz volcaniques a légèrement augmenté.

Quant à l’activité sismique , il a été enregistré à 14h04 hier, un tremblement de terre à l’intérieur de la caldeira du volcan Masaya d’une magnitude de M1,0 degrés.
Les bords Sud et Sud-Ouest du cratère Santiago, contre le Mirador 2, montrent maintenant plus d’instabilité sur leurs pentes, donc il y a une possibilité de glissements de terrain dans cette zone, sans affecter la population, mais il est recommandé de garder fermé le Parc du volcan Masaya par mesure de sécurité.

22/04/2016. Momotombo , Masaya , Nicaragua :

Source : Ineter.

Photo : Photovolcanica, Robin des volcans.

L’éruption explosive du volcan se poursuit. Des explosions de cendres jusqu’à 19,700-26,240 pieds (6-8 km) a.s.l. pourrait survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les avions internationaux volant à basse altitude.
L’éruption volcanique explosive de type strombolienne continue. Une activité gaz-vapeur forte du volcan se poursuit aussi. Les données satellitaires du KVERT ont montré une anomalie thermique intensive sur le volcan toute la semaine. De sérieux panaches gaz-vapeur contenant des cendres se sont étendus sur environ 55 kilomètres vers le Nord-Est le 15 Avril.

D’autre part , Volkstat.ru. nous apprend que :

L’activité volcanique accrue du Klyuchevskoy continue.

Dans la nuit du 14 au 15 Avril, a commencé le renforcement de l’ activité volcanique avec le jaillissement de lave dans le cratère jusqu’à 200 m sur le bord. Dans la matinée , sont apparues des émissions de cendres faibles et occasionnelles.

La nuit , il y a une lueur constante dans le cratère dans la gamme infrarouge. Selon KFGS RAS des tremors volcaniques spasmodiques continuent jusqu’à 5,05 m / sec. et continuent de croître.

La nuit, à travers les nuages, dans un cratère il y a une constante émission de bombes incandescentes légères à une hauteur de 100 m au- dessus du bord du cratère. Des coulées de lave sur les pentes du volcan ont été observées.

21/04/2016. Klyuchevskoy , Kamchatka :

56.06 N, 160,64 E;
Altitude 15580 ft (4750 m)
Code couleur Aviation : JAUNE

Source : Kvert , Volkstat.ru.

Photo : Volkstat.ru.

Objet: Bulletin d’activité du volcan Cumbal.

Le niveau d’activité du volcan reste au niveau: JAUNE (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

A propos de la surveillance de l’activité du complexe volcanique du volcan Cumbal, le Service Géologique Colombien , note que:

L’activité sismique reste faible, enregistrant une légère hausse par rapport à la semaine précédente, avec la prédominance d’ événements liés au mouvement du fluide dans le système volcanique. Les événements liés à la fracturation des roches sont situés principalement dans et à proximité du cratère Plazuela, avec des profondeurs allant jusqu’à 9,2 km et des grandeurs locales comprises entre M0.2 et M1 sur l’échelle de Richter.

Les 12 et 14 Avril , il était possible d’enregistrer des émissions de gaz blanc s’étirant variablement par l’action du vent sur les champs de fumerolles situés au Nord-est et au sud-ouest du complexe volcanique du Cumbal.

La Commission Géologique Colombienne suit de près l’évolution du phénomène volcanique et continuera de faire rapport en temps opportun sur les changements qui peuvent survenir.

21/04/2016. Cumbal , Colombie :

Source : MAURICIO DIEGO MARTÍNEZ GÓMEZ
Coordinateur du Groupe de travail , Observatoire Volcanologique et Sismologique de Pasto
Photo : SGC

Résumé de l’activité:
Le volcan Kilauea continue son activité à la fois au sommet, où il y a un lac de lave qui persiste, et sur la Rift Zone Est, où des coulées de lave de surface sont actives au Nord-Est de Pu’u’O’o . La coulée de lave de la Rift Zone Est ne pose actuellement aucune menace pour les communautés avoisinantes. Au sommet , l’inclinaison a très peu changé au cours des dernières 24 heures. Les taux de tremblement de terre et de tremor sismique n’ont pas changé de manière significative durant le jour passé .

Observations du Sommet :
Les inclinomètres du sommet ont enregistré très peu de changements dans l’inclinaison au cours du dernier jour. Dès mardi matin, le niveau du lac de lave était à 47 mètres (154 pieds) en dessous du plancher actuel du cratère Halema’uma’u. L’activité sismique à travers le volcan n’a pas changé de manière significative au cours de la dernière journée. Les fluctuations de l’ amplitude du tremor sont liées aux éclaboussures le long des bords du lac de lave. Les taux d’ émissions moyennes de dioxyde de soufre au cours de la semaine dernière se situait entre 1.400 et 4.500 tonnes / jour; le taux moyen le plus récent d’émission ,le 19 Avril , était d’environ 4500 tonnes métriques / jour.

Observations sur Pu’u’O’o :
Il n’y avait pas de changements observables sur Pu’u’O’o au cours de la dernière journée. Le dégazage continue des cônes de projections sur le fond du cratère. Un inclinomètre sur le flanc Nord de Pu’u’O’o a enregistré une légère inclinaison inflationniste au cours de la dernière journée. Depuis plusieurs mois, les instruments GPS qui couvrent Pu’u’O’o avaient montré que le cône se « propage », ce qui suggère que le système de magma sous l’évent a été pressurisé . L’épisode déflationniste prononcé du 5 au 9 Avril sur Pu’u’O’o, cependant, a interrompu cette tendance à long terme. Le taux d’émission de dioxyde de soufre de tous les évents de la Rift Zone Est était d’environ 300 tonnes / jour lors de la dernière mesure, le 6 Avril.

Observations de la coulée de lave du 29 Juin :
Les images webcam continuent de montrer de petites évasions dispersées au Nord-Est de Pu’u’O’o, là où elles se sont produites au cours des derniers mois. Ce modèle est compatible avec les observations d’une équipe du HVO sur le terrain qui a visité le champ d’écoulement le 12 Avril . L’équipe a reconnu une expansion très mineure de la limite Nord du champ d’écoulement depuis la visite des semaines précédentes. Les évasions les plus distales étaient à environ 5,7 km (3,5 mi) au Nord-Est de Pu’u’O’o.

21/04/2016. Kilauea , Hawai :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Altitude Sommet : 4091 ft (1247 m)
Volcan actuel Niveau d’alerte: Attention
Aviation : actuel Code couleur: ORANGE

Source : HVO

Photo : Bruce Omori

Guatemala 19 Avril 2016, 22h34 heure locale
BULLETIN SPÉCIAL VOLCANOLOGIQUE

Type d’activité : Peléenne
Morphologie: Complexe de dômes dacitiques
Localisation géographique : 14°44’33 » Latitude Nord , 91° 34’13 » Longitude Ouest.
Hauteur: 2500m.

Le volcan Santiaguito, tel que rapporté par le biais des bulletins d’information, continue sa phase de forte activité. Ce soir à partir 22h34
, il a été enregistré une forte explosion, générant des flux pyroclastiques, vers le Sud-Est et le Sud du dôme Caliente .

Cette activité a été générée par l’effondrement à l’Est et à l’Ouest du bord du cratère, et a soulevé un nuage de cendre jusqu’à 4000 m, qui s’est déplacé vers le Sud-Est et le Sud, sur une distance de 25 kilomètres. On estime qu’en raison de la finesse des cendre , ce nuage peut s’étendre plus loin comme cela est arrivé durant les jours précédents.

La cendre abondante est tombée sur Le FCAS, San José, la Quina, Aldea Santa Maria de Jesus, et au Sud sur Aldea Las Marias, et peut-être au cours des minutes qui vont suivre sur San Felipe, Retalhuleu et d’autres domaines dans la zones de Quetzaltenango , selon la variabilité du vent .

Le Santiaguito à fait plusieurs événements similaires au cours de ce mois et devrait continuer à générer des événements similaires ou plus intenses au cours des heures et \ ou des jours à venir. Donc, il ne faut pas rester à proximité du complexe volcanique, car il peut générer des flux pyroclastiques .

Par conséquent, L’INSIVUMEH recommande:

A la CONRED, de prendre les précautions nécessaires, mettre en œuvre la vigilance qu’il juge nécessaire, prendre des précautions avec l’air à proximité du complexe volcanique, principalement à cause des cendres qui peuvent contaminer l’eau potable et causer des problèmes respiratoires.
A la Direction générale de l’aviation civile, de prendre des précautions avec le trafic aérien, car ce type de cendres se déplace en direction Ouest et Sud-Ouest, à 4000 mètres d’altitude, avec le potentiel d’être transportées sur des distances de plus de 25 kilomètres.

21/04/2016. Santiaguito , Guatemala :

Source : Insivumeh

Photo : Denis Hernandez

Pour faire suite à certains articles de presse, voici une petite mise au point. Les seules informations dignes de crédit sont celles des observatoires volcanologiques. Pour les États-Unis, vous pouvez aller visiter :

Le site USGS de L’AVO : Alaska volcano Observatory ( Volcans Cleveland, Shishaldin ,etc..)
Le site USGS du HVO : Hawaian volcano Observatory ( Volcans Kilauea , Mauna Loa , etc…)
Le site USGS du CVO : Cascades Range Observatory ( Volcans St Helens, Mount Baker , etc…)
Le site USGS du CalVO : California volcano Observatory ( Volcans Mount Shasta, Medicine Lake Volcano , etc)
Le site USGS du NMI : Northern Mariana Islands ( Volcans Agrigan, Pagan, etc…)

L’info en dessous est le bulletin d’activité actuel de Yellowstone. Point. Pitié… Plus de super éruption ( super arnaque) et plus de « Ring of Fire » qui ne veut rien dire.

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Altitude Sommet : 9203 ft (2805 m)
Volcan : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: GREEN

Sismicité:
Au cours du mois de Mars 2016, l’Université de l’ Utah , responsable de l’exploitation et l’analyse des stations sismologiques du réseau sismique de Yellowstone, rapporte que 49 séismes ont été localisés dans la région du parc national de Yellowstone (ONP). Le plus grand événement était un micro séisme de magnitude M 2,3 le 26 Mars, à 02h28 MDT, situé à 9 miles au nord-est de Norris Geyser Basin.
En Mars 2016 , la sismicité n’a connu aucun essaims de tremblement de terre. L’activité sismique de Yellowstone en Mars est à des niveaux de fond BAS.

Déformation du sol:
Les stations GPS dans Yellowstone continuent de ne montrer que peu ou pas de mouvement de terrain.
http://www.unavco.org/instrumentation/networks/status/pbo/data/WLWY (cliquez sur Emplacements statiques / Séries temporelles)

L’Observatoire du volcan de Yellowstone (YVO) assure la surveillance à long terme de l’activité volcanique et des tremblement de terre dans la région du parc national de Yellowstone. Yellowstone est le site de la plus grande et la plus diversifiée collection de caractéristiques thermiques naturelles dans le monde et le premier parc national. YVO est l’un des cinq observatoires de volcans de l’USGS qui surveillent les volcans aux États-Unis pour la science et la sécurité publique.

20/04/2016. Yellowstone , Etats-Unis :

Source : USGS