Décollage de la fusée Soyuz ce matin depuis Baïkonour au Kazakhstan.

Découvrez le décollage à 1:05.

https://www.youtube.com/watch?v=erfXf08tuFg

Prochain départ pour ce séjour automne 2020, accompagnés par le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette. Contactez-nous pour mettre une option.

https://80joursvoyages.com/tours/mer-daral-et-decollage-du-soyuz-a-baikonour-avec-j-m-bardintzeff/

Le complexe volcanique Altiplano-Puna couvre 50 000km² entre l’Altiplano bolivien et le bassin de l’Atacama Chilien. On y trouve de nombreux trésors géologiques notamment le volcan Licancabur, Laguna Verde et Blanca, le volcan Lascar et le Salar de Tara.
Le volcan Licancabur (Bolivie-Chili), Laguna Verde et Laguna Blanca (Bolivie)
Le Licancabur est un strato-volcan culminant à 5916m. Ce volcan a émis dans le passé des écoulements pyroclastiques (jusqu’à 12km) et des coulées de lave (jusqu’à 15km). Un petit lac occupe le cratère sommital large de 400m. Il est considéré comme un des plus hauts du monde. Au pied du volcan se trouve les lacs de Laguna Verde et Laguna Blanca. Le lac salé de Laguna Verde est de couleur verte dû aux sédiments chargés en cuivre. Quand au Laguna Blanca, sa couleur blanche est causée par sa forte concentration en minéraux.
Le volcan Lascar (Chili)
Le volcan Lascar culmine à 5592m et entre régulièrement en éruption (2005, 2006, 2007, 2013, 2015). En 1993, son éruption avait un VEI de 4. Les panaches montaient à 23km de hauteur et étaient associés à des nuées ardentes. Des cendres sont retombées sur Buenos Aires en Argentine. Il est l’un des volcans les plus actifs du pays.
Les formations érodées du Salar de Tara
A 130 km de San Pedro d’Atacama se trouve le Salar de Tara. On y observe à proximité de très belles formations volcaniques, les Monjes de la Pacana (Guardian de Tara) et les Cathédrales de Tara.
Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette.
Le complexe volcanique Altiplano-Puna couvre 50 000km² entre l’Altiplano bolivien et le bassin de l’Atacama Chilien. On y trouve de nombreux trésors géologiques notamment le laguna Colorada avec son volcan, le volcan Ollagüe et les geysers de Sol de Mañana et d’El Tatio.
La laguna Colorada et le volcan laguna Colorada
C’est les sédiments rouges et la pigmentation de certaines algues qui font que le lac salé est rouge. Le volcan bouclier Laguna Colorada a été mis en place lors d’une importante activité effusive.
Le volcan Ollagüe
Le volcan Ollagüe se trouve entre la Bolivie et le Chili et culmine à 5868m. C’est un strato-volcan dont on ne connait pas d’éruption, sauf peut être en 1903. Il est en revanche le siège d’une importante activité fumerolienne. Le souffre était exploité, mais il semblerait que ceci a cessé depuis une vingtaine d’années.
Les geysers de Sol de Mañana (Bolivie) et d’El Tatio (Chili)
Le champ de geysers de Sol de Mañana se trouve au sud de la Laguna Colorada. La zone principale des manifestations géothermales couvre une surface de 10km² sur un total de 120 km². Son altitude est entre 4800 et 5000m. Il y a de nombreux solfatares et autres mares de boue en ébullition.
Le champ de geysers El Tatio se situe au Nord du Chili à l’altitude 4320m. C’est le 3ème plus grand champ de geysers du monde après ceux de Yellowstone et du Kamtchatka. La plupart des sources atteignent 86°c.  Dans les années 70, la mine de cuivre de Chuquicamata et la ville de Calama exploitait cette chaleur géothermique afin d’être alimenté en électricité.
Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette.
Cher clients, cher amis,

C’est un drôle d’anniversaire que de fêter les 10 ans de l’agence cette année. Ceux qui me connaissent le mieux savent que ma « vie d’avant » était dans le sport et j’ai donc suivi l’exemple des JO et repoussé l’anniversaire à 2021 ! 🙂

Depuis quelques semaines la vie reprend doucement, les rues s’animent et le Covoid19 laisse peu à peu la place à d’autres actualités après un règne sans partage de plusieurs mois !

Quelques frontières européennes commencent à se ré-ouvrir et on espère que, bientôt, le reste du Monde nous tendra les bras. De notre côté, nous nous efforçons d’être prêt pour de nouvelles aventures volcaniques et géologiques !

Contrairement à la majorité des acteurs du tourisme, 80 Jours Voyages ne s’est pas retranchée derrière l’ordonnance du gouvernement permettant de ne pas rembourser comptant les séjours annulés. Tous nos clients dont le voyage a été annulé et ne souhaitant pas se reporter sur un prochain départ ont eu la possibilité d’être remboursé en numéraire sans délais (et non pas en bons d’achats).
Pour notre plus grand bonheur la très grande majorité d’entre vous nous sont restés fidèles pour de prochains voyages dès que les conditions le permettront.

Afin de maintenir ce contrat de confiance, nous avons prolongé l’opération « réservation à 1€* » jusqu’à l’ouverture des frontières des pays concernés. De cette façon, vous pouvez sans crainte vous inscrire sur nos prochains départs, nous permettant ainsi d’avancer sereinement dans l’organisation.

Cette période particulière nous aura permis de travailler pour 2021 et 2022 sur des projets en gestation de longue date et nous reviendrons très prochainement vers vous avec une toute nouvelle programmation aussi riche qu’insolite pour ces prochaines années.

Suite aux nombreux encouragements reçus par téléphone ou email, j’en profite pour vous remercier encore une fois pour votre humanisme et votre empathie. C’est grâce à vous que l’agence est devenue ce qu’elle est aujourd’hui et grâce à vous qu’elle ressortira encore plus forte de cette période de disette !

Sylvain CHERMETTE
Fondateur de 80 Jours Voyages

Volcanisme andin et complexe volcanique Altiplano-Puna
Le complexe volcanique Altiplano-Puna couvre 50 000km² entre l’Altiplano bolivien et le bassin de l’Atacama Chilien. Il s’est formé par la subduction de la plaque de Nazca sous la plaque sud-américaine. C’est à la fin du Miocène (10,4 millions d’années) que de larges caldeiras ont été formés. L’activité géothermique actuelle et la récente déformation du sol au volcan Uturunku indiquent qu’il y a encore de l’activité. On y trouve de nombreux trésors géologiques notamment le volcan Tunupa, le salar d’Uyuni mais également le salar de Coipasa et le volcan Pucarani.
Le volcan Tunupa et le salar d’Uyuni en Bolivie
Le Tunupa est un volcan éteint culminant à 5432m et surplombant le Salar d’Uyuni. Le Salar d’Uyuni est d’une altitude de 3658 m et d’environ 150km de large. C’est la plus grande étendue de sel du monde et résulte d’un assèchement du grand lac préhistorique Tauca. Son épaisseur totale est de 120 m qui est exploité localement. On y trouve sur les flancs du volcan le cimetière de Chullpas qui renferme 7 momies.
Le salar de Coipasa dominé par le volcan Pucarani (Bolivie)
Le désert de sel de Coipasa est le second plus grand salar du pays et occupe 2218km² à une altitude de 3657 km. Il résulte également de l’assèchement du grand lac préhistorique Tauca. Culminant à 4910m, le volcan Pucarani surplombe le salar de Coipasa.
Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette.
Salar d’Uyuni en Bolivie

Le Taal est un volcan de l’archipel des Philippines situé à 60 km de la capitale Manille. Il entre en éruption le 12 janvier 2020 après une période d’inactivité de 47 ans. Ses panaches de cendres montent jusqu’à 15km d’altitude. Le PHIVOLCS indique qu’une activité explosive est possible dans les heures ou les jours à venir. 150 000 habitants sont évacués. En effet, le Taal a un passé meurtrier avec notamment 1335 morts lors de son éruption de 1911. Ce volcan explosif a des retombées de cendres mais ce qui inquiète le plus les scientifiques sont notamment les possibilités qu’une série d’explosions violentes puissent engendrer un tsunami sur le lac Taal. Deux jours après la réduction de la zone d’exclusion à 7km, 80 Jours Voyages était dans le pays.

Mardi 28 janvier

L’hôtel est situé en bordure de la caldera. Tout le long de la route, des ouvriers retirent la cendre de la toiture des entreprises. Il faut faire vite car en cas de pluies, la cendre devient dure comme du béton avec le risque d’un effondrement des toits. Les champs sont grisâtres, les palmiers ploient sous le poids.

Mercredi 29 janvier

En direction de la ville de Talisay. Cette ville se trouve sur les bords du lac à sept kilomètres du volcan. Au port, c’est le premier jour de pêche depuis le retour des pêcheurs. Ils ont pris leurs bateaux pour constater les dégâts sur leurs fermes piscicoles : elles n’ont pas souffert. Laurel se situe à l’ouest du lac. Deux kilomètres plus loin, changement de décor : tout est gris, la couche de cendres est épaisse, les cultures et arbres ravagés. A 4 km de l’île, il est impossible de s’approcher plus près. Sylvain sort son drone qui s’enfuit à toute vitesse vers le volcan. Le lac situé à l’intérieur du volcan a totalement disparu, des fumerolles sont présentes un peu partout, l’île jadis verdoyante est totalement recouverte de cendres.

Inspiré d’un article de Sylvain Chermette et Alexandre Paul

Taal, Philippines 2020
Tall Philippines 2019

Le Salvador est le plus petit pays d’Amérique Centrale. Il se situe au sud du Guatemala et du Honduras. Une chaîne volcanique longe la côte parallèle à la fosse océanique, la fameuse ceinture de feu du Pacifique à 200km. La production magmatique volcanique est importante, de 3,1km3 par km de côte pour les 100 000 dernières années. Le Salvador connaît de nombreux séismes souvent meurtriers. Le 13 janvier 2001, le séisme d’une magnitude de 7,9 fit plusieurs milliers de morts.

Des volcans actifs

Sur 200km de long se trouve une vingtaine de volcans actifs.

Le groupe ouest comprend le Santa Ana, l’Izalco ainsi que la caldeira Coatepeque. Le Santa Ana aussi appelé Llamatepec est un strato-volcan andésitique de 2381m de hauteur. Sa dernière éruption date de 2005. Son large cratère sommital renferme un joli lac vert jade. L’Izalco est né en 1770 sur le flanc sud du Santa Ana. Son cône haut de 650m, culmine à 1950m. Quelques fumerolles sortent de son sommet. Sa dernière éruption date de 1966. Il fut surnommé « le Phare du Pacific ».

Dans le groupe central, se trouve le volcan San Salvador, San Vincente et la caldeira Llopango.

Le San Salvador, est d’une hauteur de 1893m d’altitude et présente une structure complexe. Son édifice primitif s’est effondré en une caldeira de 6km de diamètre. Il ne reste que deux sommets (Picacho et Jabali). Sur le flanc Nord-Ouest, se trouve l’important champ lavique de El Payon datant du XVIIème siècle. Dans la région se trouve le « Pompéi d’Amérique Centrale ». Le site archéologique Joya de Cenen révèle des habitats recouverts de téphras vers l’an 600. Ce site est classé à l’UNESCO depuis 1993. Le San Vicente, aussi appelé Chinchontepec a un sommet double (Cerro de las dos tetas). Il mesure 2182 mètres d’altitude, c’est un strato-volcan andésitique. Aux alentours se trouve de nombreuses fumerolles et sources chaudes.

A l’est se trouve le Tecapa, le San Miguel et le Cochague.

Le Tecapa d’une hauteur de 1593m s’est effondrée en une caldeira dans laquelle se trouve aujourd’hui de nombreux cônes. L’un d’eux renferme la « Laguna de Alegria », un lac peu profond d’un vert céladon qui libère quelques fumerolles sur ses rives.

Le San Miguel aussi nommé Chaparrastique d’une altitude de 2130m est le strato-volcan le plus actif avec sa dernière éruption en 2018. Le 22 février 2020, un petit panache qui s’est élevé à 400 m au-dessus du cratère pouvait être observé.

Le Cochague culmine à 1225m et n’a pas d’éruption historique connue. En revanche, il a été le siège de multiples glissements de terrain.

 

Caldeiras et éruptions majeures.

La caldeira Coatepeque mesure 10km de long pour 6 de large et est occupé pour une grande partie par un lac.

La caldeira Llopango mesure 11km de long pour 8 de large. Elle est également occupée par un grand lac.

 

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette paru à Géochronique.

Chaparrastique, El Salvador, 80 Jours Voyages
Izalco, El Salvador, 80 Jours Voyages

 

 

Le Turkménistan est un pays d’Asie centrale en grande partie désertique. Sa chaîne montagneuse l’Ayrybaba culmine à 3139m et se trouve à l’extrême Est du pays.

Richesse en hydrocarbure
Le désert du Karakum, représentant 80% de la superficie du pays, est riche en pétrole et surtout en gaz naturel (il représente 12% du gaz mondial). On y trouve également de nombreux volcans de boue. Près de Darwaza se trouve la « Porte de l’Enfer », un forage gazier qui s’est effondré en 1971 en un « cratère ». D’importantes quantités de gaz nauséabonds s’y libéraient. Les ingénieurs ont décidé d’y mettre le feu, 47 ans plus tard, le brasier continue.

Sédimentation et érosion
Les reliefs sédimentaires sont variés : marins, évaporitiques, détritiques. Dans certains lieux, ils présentent d’étonnants débits en boules de taille métrique et par endroit on découvre de vastes canyons tel celui de Yangykala. Dans les contreforts de la chaîne de montagne Kopet-Dag, frontalière avec l’Iran, se trouve la grotte de Kow-Ata. Elle abrite un lac souterrain libérant du sulfure d’hydrogène recommandées pour les maladies de la peau, les rhumatismes etc…

La plus grande lagune du monde
La lagune de Kara Bogaz d’une taille de 150x120km, est visible de l’espace ! Peu profonde, elle a la caractéristique d’être dix fois plus salé que l’eau de mer. Le sel est exploité industriellement.

 

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette paru dans Géochronique.

 

Les volcans du Nicaragua y sont nombreux mais relativement peu élevés. Le plus haut d’entre eux est le San Cristobal qui culmine à 1745 m. Ces volcans sont régulièrement actifs, les derniers en dates sont le Masaya, le Telica et le Momotombo.

Le lac de lave du Masaya

Le Masaya culmine à 635m d’altitude. Le centre de l‘édifice comporte une vaste caldeira de 6x11km entourée de falaises d’une hauteur de 300 mètres. On y trouve à l’intérieur une douzaine de petits cônes percés d’un cratère, actif à tour de rôle. Le cratère de Santiago (450m de diamètre) abrite depuis 11 décembre 2015 un petit lac de lave d’une taille estimée à 40×30 m situé à une profondeur de 250m. A ce jour, le lac est encore présent mais bien plus profond. Les lacs de lave restent exceptionnels dans le monde.

Telica et Momotombo

La dernière activité du Telica a eu lieu entre le 23 septembre 2015 et le 8 mai 2016 avec un panache éruptif allant à une hauteur de 600 mètres. Le Momotombo a un cône qui culmine à 1297 mètres. Son petit frère, le Momotombito a fait une éruption majeure en 1609-1610, qui associée à un séisme, a détruit la ville de Leon Viejo.

La naissance du Cerro negro

La « colline noire » est formé par l’accumulation de bombes, lapillis et cendres. Ce volcan est né en 1850 et le cône basaltique mesure aujourd’hui environ 250 mètres de haut, soit une altitude de 728 mètres.  Observer la naissance d’un volcan reste quelque chose de très rare dans les temps historiques.

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette paru dans L.A.V.E

Lac de lave Masaya Nicaragua
Volcan Telica Nicaragua
Cerro Negro Nicaragua

 

Le Kazakhstan, situé en Asie centrale, est le 9ème plus grand pays du monde.

L’ouest du pays est bordé par la mer Caspienne dont le niveau est à -28m. Dans la dépression karstique de Karakia, cela peut aller jusqu’à -132m. A l’est du pays se trouve les monts Altaï avec le point culminant au mont Béloukha qui s’élève à  4506m. Au sud-est se trouve la chaîne du Tian Shan qui s’élève à 7010m, point culminant du pays. Au centre du pays, se situe la mer d’Aral (altitude 52m). Plus à l’est, le lac Balkhach a la particularité de n’avoir aucun émissaire et de contenir de l’eau douce dans sa partie occidentale et de l’eau salée dans sa partie orientale.

Les parcs naturels

Dans la région d’Aktau, on observe des strates horizontales à Tuzbaiyr tandis qu’à Torysh on découvre des paysages sculptés dans des  grès plurimétriques. Dans la région d’Almaty, deux parcs naturels ont été classés : Alty Emel avec sa dune « chantante » et Charyn avec son canyon. A Tamgaly, en 1957, des pétroglyphes étonnants ont été découverts puis classées à l’UNESCO en 2004.

D’importantes ressources naturelles

Le sous-sol du Kazakhstan est un véritable eldorado. On y trouve du pétrole (14ème pays producteur et 11ème en réserves prouvées), du gaz (31ème), du charbon (10ème), de l’uranium (1er pays producteurs), de l’or (15ème), fer, manganèse (9ème) etc…

Au centre du pays se trouve également les fusées Soyouz à Baïkonour.

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette

Retrouvez nos voyages au Kazakhstan dans les liens ci-dessous :

https://80joursvoyages.com/tours/kazakhstan-sejour-geologique-avec-j-m-bardintzeff-pre-extension-soyuz-possible/

Mer d’Aral et décollage du Soyuz à Baïkonour avec J-M Bardintzeff

Ci-dessous une vidéo du voyage de 2019 pour vous donner un aperçu de nos voyages au Kazakhstan:

Après 2 semaines d’accompagnement d’un groupe 80 Jours Voyages en Bolivie et Chili, Sylvain Chermette est resté quelques jours supplémentaires pour tenter l’ascension du volcan Aucanquilcha au Chili.

Ce stratovolcan de 6176 m de hauteur n’a connu aucune éruption dans les temps historiques. Il s’est formé en plusieurs phases durant plus de 11 millions d’années d’activité. On y trouve, dans la zone proche du sommet, d’importants dépôts de soufre exploité de 1913 à 1994 dans une mine à 5950m de hauteur.

Elle est considérée comme la plus haute mine du monde et ses habitants, les mineurs, ont été recensés en 1986 comme les habitants les plus hauts de la planète. Les études physiologiques sur les mineurs Aymara ont montré qu’ils faisaient moins d’hyperventilation et ont un taux de globules rouges plus élevé que les habitants des zones inférieures. Sylvain Chermette n’étant pas aussi bien acclimaté à l’altitude résume son ascension par soufre, souffre et souffle. Cette ascension risque de rester son « toit du monde » personnel.

Inspiré d’un article de Sylvain Chermette.