Moaï : ces mystérieuses sculptures

La grande majorité des Moaï est issue de la carrière des pentes du volcan Rano Raraku. Ce sont près de 200 moaï de toute taille qui ont été sculptés et souvent extrait des flancs du volcan.

Le tuf volcanique est une roche plutôt tendre et relativement légère que les Rapa Nui ont choisi d’exploiter pour la construction de leurs moaï. En effet, les Rapa Nui n’avaient pas d’outils en fer et ne travaillaient la roche qu’à l’aide d’outils fabriqués dans une pierre plus dure, c’est pourquoi ce tuf se prêtait mieux que d’autres roches à la sculpture. Quelques-uns des moaï ont été taillés dans un basalte beaucoup plus dur.

Le Te Tokanga est la carrière de scories rouges d’où ont été extraits les pukao, la coiffe des moaï. Cette roche tendre et rouge reste lourde. Les pukao pèsent entre 9 et 12 tonnes !

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff, Michèle et Sylvain Chermette.

Nos voyages au Chili : https://80joursvoyages.com/tour-category/chili/

La formation de l’île et ses volcans

L’île de Pâques est une île d’origine volcanique liée à un volcanisme de point chaud. Ces traces de point chaud sont au long de la chaîne sous-marine à l’est de l’île avec les volcans éteints Sala y Gomez, San Ambrosino et San Félix. A l’ouest de l’île, on trouve les volcans les plus récents (sous-marins) : les seamounts Moaï, Pukao, Ahu, Umu et Tupa.

Cette île est en fait constituée de trois ensembles volcaniques principaux :

  • Le Kanau Kau (au sud de l’île), formé il y a 940 000 ans. Son altitude est de 341m, et offre un grand cratère de 1.5km de diamètre qui témoigne d’une phase explosive.
  • Le Poiké s’est formé entre 890 000 et 140 000 ans. C’est un volcan basaltique constitué de nombreuses coulées. Un petit cratère d’explosion est présent au sommet, mais le volcan se démarque aussi par la présence de petits dômes de trachyte sur son flanc nord.
  • Terevaka formé entre 300 000 et 200 000 ans. C’est un volcan bouclier (le point culminant de l’île 507m) aux laves essentiellement basaltiques avec quelques cônes satellites dont certains de matériel pyroclastique.

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff, Michèle et Sylvain Chermette.

Nos voyages au Chili : https://80joursvoyages.com/tour-category/chili/

Les volcans de Wudalianschi sont sous forme de volcans composites et volcans-boucliers. Ils comptent 7 cycles éruptifs : vers 2Ma ; 1.30-1Ma ; 0.9-0.7Ma ;0.6-0.4Ma ;0.33-0.28Ma ; 0.19-0.17Ma et 1719-1721.

La zone de Wudalianschi compte 14 cônes de scories dont les épanchements de lave fluide ont couvert une superficie de quelques 600km².

Les volcans Laoheishan et Huoshaoshan se trouvent au centre de la zone. Ils ont fait éruption entre 1719-1721. Les laves de ces volcans ont modifié et barré le cours de la rivière Bei. Cela a donné naissance à une chaîne de 5 lacs. Aujourd’hui on trouve dans ce lieu, un musée des volcans. Les fumerolles sulfureuses et les sources thermales sont réputées et sont censées guérir les hémorragies cérébrales, les problèmes circulatoires, la calvitie et les maladies de peau. Des témoignages écrits relatent de l’éruption du XVIII ème siècle notamment par Séménoff et Guo Ke-Yi.

Inspiré d’un article de Philippe Bouysse, paru dans LAVE en 1997.

Retrouvez notre voyage sur-mesure en Chine ici https://80joursvoyages.com/tours/chine-sur-mesure-a-travers-les-parcs-nationaux/

La montagne à la blancheur éternelle c’est-à-dire le Mont Changbaishan, est un stratovolcan qui culmine à 2744m et couvre une surface d’environ 2000 km² dans le Parc National de Changbaishan à Jilin. Ce parc est classé par l’Unesco de « réserve naturelle et géologique nationale » ainsi que de « réserve de biosphère » en 1979.

Cette montagne sacrée, sujet de plusieurs mythes, est prétexte à des pèlerinages par les chinois et les sud-coréens par le versan chinois. Le volcan est frontalier avec la Corée du Nord. Côté coréen il se nomme Mont Paektu et n’en est pas moins sacré. Il serait le lieu de naissance de Kim Il Song grand père de la dinastie des Kim dont est issu l’actuel dirigeant Kim Jong Un.

Sa dernière éruption date de 1903 et depuis 1999, le volcan possède son propre observatoire volcanologique. Le volcan rentre régulièrement en éruption dont entre autres en 1668, 1702, 1898 et 1903. En 2002-2005, il a été observé une augmentation de la déformation, la sismicité ainsi que de la température des sources chaudes et de leur teneur en hydrogène et hélium. La caldeira sommitale fait 4.5km de diamètre et 850m de profondeur. Le fond du cratère du Changbaishan est occupé par le lac Céleste (Tian Chi He en chinois). Il est l’un des lacs de cratère les plus hauts au monde avec une altitude de 2 194m. Le lac Céleste est l’un des lacs les plus profonds de Chine ayant une profondeur moyenne de 204 m.

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff, Philippe Bouysse et Julien Monteillet.

Retrouvez notre voyage sur-mesure en Chine ici https://80joursvoyages.com/tours/chine-sur-mesure-a-travers-les-parcs-nationaux/

Les Açores sont des petites îles, mais d’une richesse volcanologique prodigieuse. Elles concentrent quelque 1500 volcans dont 13 stratovolcans.

Le stratovolcan de Sete Cidades

Situé à l’extrême ouest de Sao Miguel, le massif de Sete Cidades culmine à 873m au Pico das Eguas. Ce stratovolcan est surtout connu pour sa large caldeira sommitale de 5km de diamètre et 350m de profondeur. L’émersion du volcan remonte au moins à 250 000 ans. En 5000 ans, le massif a connu 17 éruptions explosives intra caldeira.

Le stratovolcan du Fogo

Situé au centre de l’île Sao Miguel, le Fogo culmine à 947m au Pico do Barrosa. C’est un volcan dont le sommet est découpé par une caldeira d’environ 3km de diamètre, en partie occupée par un lac, le Lagoa do Fogo. Au cours des 5000 dernières années, sept éruptions explosives se sont produites dans la zone sommitale.

Le volcan Furnas

Situé sur l’île de Sao Miguel, le Furnas est un volcan formé de deux larges caldeiras elliptiques, l’une de 7km sur 4km, emboîtée dans une autre plus ancienne de 8 km sur 5km. Depuis 5000 ans, Furnas a été le siège de dix éruptions de nature subplinienne (le volcan projette des cendres à quelques km de hauteur, le panache retombe en général sous son poids et dévaste les flancs du volcan à des km à la ronde). Parmi elles, deux sont historiques : la première se déroula lors de l’arrivée des premiers colons sur Sao Miguel vers 1440, l’autre en 1630.

La montagne du Pico

Situé sur l’île de Pico, ce stratovolcan basaltique culmine à 2350m d’altitude. C’est le sommet des Açores et du Portugal. La nature très fluide des laves émises à partir du sommet de la montagne du Pico contraste avec la forme très pentue de son cône terminal. Ses pentes moyennes sont à 35°. Le volcan du Pico est très actif puisque, depuis 1500 ans, il a connu 22 éruptions dont trois historiques. Les éruptions ont été faiblement explosives.

Remerciement aux travaux de Guy Caniaux, hors-série paru dans LAVE en 2005

L’été 2021, les volcanologues Ludovic Leduc et Alex Molle vont accompagner un voyage aux Açores pour vous permettre de découvrir les richesses volcanologiques de cet archipel.

A 1400km du continent européen et 1900km du continent nord-américain, dans le nord-est de l’Atlantique se trouve l’archipel des Açores, 9 îles appartenant au Portugal.  Ces îles forment trois groupes distincts, au nord-ouest se trouvent les îles Corvo et Flores, au sud est Sao Miguel, Santa Maria, les îles Formigas et entre ces deux groupes, les îles de Graciosa, Terceira, Sao Jorge, Faial et Pico.  L’île la plus vaste est Sao Miguel avec 744km² et la plus petite est Corvo avec 17km².  L’archipel a un fort relief, les sommets dépassent souvent 1000m. Le plus haut sommet est dans l’île de Pico, le Pico Pequeno avec 2350m.

Les Açores comptent une population de 245 000 habitants. C’est une région autonome du Portugal depuis 1976.

Le plateau des Açores est une structure à la tectonique complexe car située à la jonction de trois plaques lithosphériques : la plaque nord-africaine au sud-est, la plaque eurasiatique au nord-est, et la plaque américaine à l’ouest. Compte tenu de son environnement géotectonique, le plateau des Açores connaît une activité sismique intense. Depuis l’installation de réseaux de sismographes aux Açores vers 1950, le séisme le plus important enregistré fut celui du 1er janvier 1980 qui atteignit 7.2 sur l’échelle de Richter. L’activité sismique associé au volcanique est comparativement beaucoup plus rare. La dernière grande crise d’origine sismo-volcanique eut lieu entre le 12 et le 14 mai 1958, lors de l’éruption du volcan du Capelinhos sur l’île de Faial, où 400 secousses furent ressenties par la population.

Remerciement aux travaux de Guy Caniaux, hors-série paru dans LAVE en 2005

L’été 2021, les volcanologues Ludovic Leduc et Alex Molle vont accompagner un voyage aux Açores pour vous permettre de découvrir les richesses volcanologiques de cet archipel.

Le Sinabung est un stratovolcan culminant à 2460 mètres dans le nord de Sumatra en Indonésie. On ne lui connaît pas d’éruptions historiques sauf peut-être en 1881.

Le réveil du volcan

Le 27 août 2010, il émet un panache cendreux de 5 à 8 kilomètres de haut, obligeant l’évacuation de 30 000 personnes. Il cesse son activité le 18 septembre 2010. En août 2012, des déformations de l’édifice sont enregistrées, puis l’activité sismique augmente en août 2013. Le 15 septembre 2013, le Sinabung alterne des périodes plus ou moins actives. Le volcan émettait une centaine d’avalanches de dôme et une à cinq nuées ardentes par jour.

Le 26 août 2015, le volcan était le siège d’une explosion de type vulcanien et continuait fin septembre.

Des humains

Plusieurs villages détruits, 30 000 personnes évacuées, 9 personnes ensevelies, des centaines de personnes sont tombées malades dont 11 en sont mortes et 17 victimes de nuées ardentes.

 

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff, Sylvain Chermette et Patrick Marcel paru à Géochronique.

Retrouvez notre voyage en Indonésie ici  https://80joursvoyages.com/tours/indonesie-volcan-des-moluques-avec-s-chermette-13-jours/

Au cours de l’été 2018, l’agence de voyage 80 Jours Voyages découvre l’Arménie avec la participation du volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff et le géologue arménien Ghazar Galoyan. L’Arménie est un petit pays situé entre l’Europe et l’Asie et la plaque Eurasie et Arabique.  On y trouve de nombreux volcans dont 41 « sont potentiellement actifs ».

Les massifs volcaniques

Le monts Aragats est un stratovolcan qui se trouve à 4095 de hauteur soit le point culminant du pays. Il est occupé d’une vaste caldeira. Les différentes éruptions sont datées entre 0.48 et 1.53 millions d’années. Gegham Ridge consiste en trois alignements volcaniques parallèles sur une surface de 65 sur 35 km consitutés de nombreux dômes, cônes monogéniques et coulées associées. Dar-Alages est un ensemble de six cônes volcaniques d’altitude modeste (maximum 1637m). Ce nom est ancien et devrait être remplacé par Vayots Dzor. Plus au Sud-Est, les massifs Vardenis (au sud du Lac Sevan) et Syunik révèlent eux aussi des formes volcaniques variées, parfois spectaculaire. Paytasar qui appartient à l’ensemble Karkar dans le massif Syunik est un curieux cône volcanique égueulé. Dans cette même région volcanique on y trouve des sources chaudes légèrement gazeuse et pétrifiante dont la boue aurait des vertus thérapeutiques pour la peau.

Volcans et Civilisations

En Arménie on trouve des pétroglyphes, les pierres levées de Karahunj (site mégalithique de 800 ans), les habitats troglodytes de Khndzoresk (occupés du XIVème siècle jusqu’à 1950) et la ville d’Erevan essentiellement bâtie en tuf volcanique.

L’observatoire de géophysique de Garni

Cet observatoire est en charge de l’étude des séismes de la région du Caucase. Le dernier séisme meurtrier de Spitak de 1998, de magnitude 6.8-6.9 fit entre 25 000 et 30 000 morts.

 

Un voyage en Arménie est reprogrammé pour l’été 2021 avec Patrick Marcel !

ARMÉNIE séjour géologique à la demande

Durant l’hiver 2020, Patrick Marcel a accompagné un séjour au Cap Vert organisé par 80 Jours Voyages. Sur l’île Fogo, au Cap Vert, se trouve le volcan Pico do Fogo et à l’intérieur de la caldeira, des habitations regroupées en deux villages. Grâce au volcan, le sol est très fertile, on y trouve, des haricots, manioc, courges, tomates et surtout les vignes pour le vin !

Le Fogo est un volcan actif, depuis 1785, les éruptions ont déserté le cratère sommital pour le pied de l’édifice, à seulement 2km des habitations. Le 23 novembre 2014, une fissure éruptive apparaît à l’emplacement de celle de 1995 et dans les jours qui suivent, la coulée de lave va couper la route d’accès à la caldeira puis engloutir les villages de Portela et Bangaeira. La cave viticole et ses réserves de vins vont également être touchées. 1400 habitants sont évacués et relogés à Achada Furna. Cinq ans après, tout est reconstruit. Certaines habitations ont conservé le style du funco traditionnel, en basalte d’autres sont en parpaing. Certains ont également décidé de conserver la lave qui s’est retrouvé dans leurs habitations tel un ornement naturel.

 

Inspiré d’un article de Patrick Marcel que vous pouvez retrouver en intégralité dans l’excellente revue LAVE de Juin 2020 !  http://www.lave-volcans.com/

Si vous allez dans le sud-ouest du Sichuan en Chine, dans le village de Pingwu, vous verrez sûrement une jeune femme avec sa grand-mère faire des vidéos méditatives sur la vie traditionnelle chinoise. C’est Li Ziqi, la nouvelle montée de Youtube. Les beaux paysages qui illustrent ses vidéos sont dans les montagnes Min Shan, une branche des montagnes Kun Lun. Cette grande chaîne de montagne sépare deux régions autonomes, le Xinjiang et le Tibet. Kun Lun fait partie d’après “Volcanoes of the world de Simkin” et “l’Atlas of People’s Republic of China” une des 6 zones volcanique de Chine. Les cinq autres zones se trouvent :
•    Dans le Xinjiang, avec la dépression de Turfan (154m sous le niveau de la mer) et la chaîne du Tian Shan (Montagnes du Ciel).
•    Dans la province Yunnan, dans la région de Baoshan, proche de la frontière birmane avec le volcan Tengchong.
•    Dans le sud de la Chine avec la péninsule de Leizhou et l’île de Hainan.
•    Le Datong, au nord de la province du Shanxi, entre deux segments de la Grande Muraille.
•    Dans les provinces de Jilin et du Heilongjiang avec le Mandchourie et la zone du nord de Heilongjiang.

Inspiré d’un article sur Li Ziqi et un article de Philippe Bouysse publié dans L.A.V.E en 1997.