Un séisme de magnitude 4,2 a frappé le volcan Bárðarbunga – sous le célèbre glacier Vatnajökull en Islande – juste après minuit la nuit dernière.
Ceci est le plus grand tremblement de terre frappant la région depuis la dernière éruption volcanique du Bárðarbunga qui s’est terminée en Février 2015.

Le séisme a été suivi par une quinzaine de répliques, la plus grande mesuraient M 3,5 et se sont produites à 01h01.
Il n’y a aucun signe de mouvements de magma ou d’activité volcanique. Les tremblements de la nuit dernière sont considérés comme susceptibles d’être liés à des mouvements dans les fissures circulaires de la caldeira du Bárðarbunga.

09/04/2016. Bárðarbunga, Islande :

Sources : icelandmonitor.mbl.is ,

Photo : Rax / Ragnar Axelsson

Agitation sous le Bárðarbunga .

L’activité sismique sous le volcan Bárðarbunga est devenue plus forte ces derniers mois, a rapporté visir.is. Après le déclenchement de l’éruption de Holuhraun l’activité sismique avait aussi augmenté. Depuis Septembre dernier, ils ont cependant augmenté de façon constante, écrit le département des tremblement de terre du Service météorologique islandais sur sa page Facebook. Un nouvel instrument de GPS , installé sur le bord du cratère , a été déplacé en Décembre de 6,5 centimètres vers l’ouest et de trois centimètres en hauteur.

Cet exemple suggère que le magma est de nouveau présent sous le volcan. Dans le graphique publié , il est clair que les tremblements de terre de magnitude 3 sont plus fréquents ces derniers mois.
Selon des informations du Service météorologique , l’éruption à Holuhraun avait réduit la pression dans le système du volcan , mais les mesures conduisent à la conclusion de l’arrivée nouveau magma. Cela ne signifie pas que, dans un proche avenir il soit susceptible de gagner la surface , mais la zone est surveillée intensivement.

Afficher l’image d’origineLe géologue Art Trausti Guðmundsson rappelle que sous le Bárðarbunga , ne se trouve pas une chambre magmatique classique . Au contraire, il existe une marge latérale, ce qui rempli finalement la chambre de subsurface. La lave qui est arrivée à la surface de la terre à Holuhraun, provient d’une chambre profonde de 10 à 12 km. Au début des événements de 2014, le magma a migré vers Kistufell, mais n’a jamais atteint la surface . Dans la région il y a des fissures anciennes, où le mouvement des plaques tectoniques développe des tension.
Sous le Dyngjujökull et avant cela, il y a deux vallées profondes qui ont été récemment formées , selon le rapport du géologue Ásta Rut Hjartardóttir , dans un nouvel article de journal. On peut voir clairement ici l’interaction de la pression du magma, du paysage et des plans nouveaux et anciens , a expliqué le géologue.
Le Bárðarbunga a été très actif entre les 9ème et 15ème siècles, et au 18ème siècle. Il est impossible de dire quand et comment arrivera à nouveau une activité sur le volcan , toutefois, l’arrivée de nouveau magma et cette accumulation de signes prédit de nouvelles périodes de troubles.

08/01/2016 .Bárðarbunga , Islande :

Source : Icelandrewiew

Photos : Páll Stefánsson, Ragnar Axelsson ( archives)

Les Islandais ont peut-être pris une pause de Noël dans leurs routines habituelles, mais le désormais célèbre volcan Bárðarbunga semble être un cas de «continuation d’activité » avec deux autres tremblements de M3+ ce matin.
Le premier évènement à 2h32 ce matin, suivi d’un autre à 04h51, mesuré à M 3,3 en magnitude. Ceci selon les données du Met Office islandais.

L’activité sismique du Bárðarbunga a été à la hausse depuis la mi-Septembre, ce qui indique probablement une accumulation de magma sous la caldeira.
La plupart des modèles récents suggèrent que la phase d’accumulation pourrait prendre un certain temps et que l’éruption ne soit pas imminente. Le site est néanmoins désormais sous surveillance jour et nuit par l’OMI.

Le Bárðarbunga est au centre d’un système volcanique de 200 km (124 mi) de long , un des plus importants de la planète. La caldeira de 10 km (6,2 mi) de large est située sous 600-850 mètres (1968 à 2788 ft.) d’épaisseur de glace du glacier Vatnajökull.
L’éruption était dans une zone libre de glace d’environ 41 km (25,5 mi) au nord de la caldeira, et elle a laissé un nouveau champ de lave couvrant 85 km carrés (32,8 sq. Mi). Pour l’échelle, imaginez une zone d’environ 1,5 fois plus grande que l’île de Manhattan recouverte de 7 à 30 mètres (21-90 pieds) de lave épaisse.

27/12/2015. Bárðarbunga, Islande :

Source : icelandmonitor.mbl.is

Photo : Árni Sæberg

Une activité sismique accrue dans et autour du volcan Bárðarbunga, durant les deux dernières semaines sera discutée aujourd’hui lors d’une réunion de scientifiques de la protection civile en Islande, rapporte Vísir. Ils vont comparer leurs notes et discuter des raisons possibles de l’augmentation récente de cette activité.
Selon le Met Office islandais, les tremors ont augmenté dans cette zone ces derniers temps, avec deux évènements mesurant plus de M 3,0 sur l’échelle de Richter, un la semaine dernière de M 3,1 et l’autre lundi, mesurant M 3.2. La zone est surveillée 24 heures par jour.

Mise à jour:

Les scientifiques à la réunion ont conclu que l’augmentation de la tension dans la région peut être expliquée par une accumulation de magma sous la caldeira, dont ils disent que ce n’est pas inhabituel à la suite d’une grosse éruption, rapporte RÚV.

Selon Kristín Jónsdóttir, géophysicien, il n’y a aucune raison d’attendre qu’il arrive quelque chose sur le Bárðarbunga dès maintenant, mais il est sous surveillance continue. « Ceci, bien sûr, est une bête nous ne connaissons pas très bien, » dit-elle. «Nous n’avons jamais suivi une éruption ici, avec une surveillance moderne. Alors, bien sûr que nous sommes sur le qui-vive et un groupe de scientifiques se réunira bientôt pour récupérer toutes les informations disponibles « .

19/11/2015. Bárðarbunga , Islande :

Source : icelandreview.com

Photos : IMO, livefromiceland.is.

Selon le Bureau islandais de météorologie, le niveau d’eau de la rivière Skaftá à Sveinstindur (la station de jaugeage la plus proche , à 28 km en aval du bord de la glace) a vu sa conductivité électrique augmenter le 29 Septembre, indiquant le début d’une inondation glaciaire (jökulhlaup) , originaire de la glace du chaudron Skaftá à l’Est du volcan Grimsvötn. Les mesures GPS ont indiqué que la surface de glace au-dessus du lac a commencé à s’affaisser le 27 Septembre; le taux de décharge a augmenté progressivement reflétant une vidange accrue du lac.

À 03h30 le 1er Octobre le taux de décharge détecté à Sveinstindur était supérieur à 1300 m³ / s, le taux le plus élevé enregistré depuis que la station a été créée en 1971. Aux environs de 10h00, les eaux de crue ont été également détectées à Skaftárdalur avec un taux de ~ 400 m³ de décharge / s montant rapidement. Les données GPS du chaudron de glace à l’Est ont montré plus de 66 m de subsidence depuis 18h00, le 27 Septembre. L’ OMI a averti que le sulfure d’hydrogène libéré par les eaux de crue est particulièrement puissant à la sortie de la rivière , au bord de la marge de glace, où les concentrations peuvent atteindre des niveaux toxiques. Les chaudrons se vidangent tous les deux ans en moyenne, produisant des inondations jusqu’à 1500 mètres cubes par seconde. Pendant le travail de terrain plus tard , les volcanologues ont observé que le jökulhlaup avait éclaté à travers le glacier à plusieurs endroits , à 1-2 km de la fin de la langue de glace. Des fragments de glace de quelques dizaines de centimètres de diamètre ont été dispersés à proximité de l’extrémité; des blocs de glace de 3-5 m de haut et 10 m de long ont été déposés à proximité des points d’écoulement.

Le 2 Octobre , l’OMI a noté que le jökulhlaup était peut-être le plus grand d’avoir qu’avait eu le chaudrons Skaftá. Le taux de décharge a culminé à 02h00, avec un peu moins de 2100 m³ / s, mais le vrai taux de décharge a été calculé pour avoir été considérablement plus élevé (3.000 m³ / s) puisque l’eau a inondé en dehors de la zone surveillée. Le taux de décharge a atteint un sommet à 13h00 à Eldvatn près d’Asar , avec un taux approximatif de 2 200 m³ / s. Selon un article de nouvelles, les hautes eaux de la rivière Skaftá ont endommagé le pont à Eldvatn incitant les autorités à le fermer pendant les 4-5 Octobre.

08/10/2015. Grimsvotn, Islande:

64.42 ° N, 17.33 ° W
Altitude 1725 m

Sources: Icelandic Met Office, Islande Magazine

Photo : Rax / Ragnar Axelsson via IMO

Géologue et Docteur en hydrologie, Sandrine divulgue et enseigne les sciences de la terre sous forme de cours, sorties de terrain et conférences, aussi bien dans les Universités académiques de Bretagne (Lorient-Vannes et Rennes) que dans les Universités de Tous Ages (UTA) et du Temps libre. Médiatrice scientifique, spécialiste de la vulgarisation, elle saura très facilement vous expliquer, de manière pédagogique, les phénomènes scientifiques les plus complexes ainsi que les relations existantes entre les différentes interfaces « sol-roche-eau-atmosphère ».
Sa passion pour les volcans l’amène chaque année à accompagner des petits groupes, entre deux plages d’enseignement, notamment en Islande et au Yellowstone qu’elle connaît très bien et sur d’autres territoires au gré des éruptions.

Sandrine accompagne des séjours chez 80 Jours Voyages, retrouvez le prochain départ confirmé : Islande – Côte Sud et Aurores boréales – Spécial Géologie.

En préparation :

  • Yellowstone – Hiver 2015-2016 et Eté 2016.
  • Cap Vert – Printemps 2016
  • Açores Eté 2016
  • Islande

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Scott Kelly, astronaute de la NASA et en mission dans l’ISS (Station Spatiale Internationale) a réalisé dans la nuit du 22 au 23 Juin 2015 des clichés d’aurores boréales  depuis son poste de travail.
Un phénomène comme celui-ci  observé depuis l’espace est rare, et c’est grâce aux réseaux sociaux que Scott Kelly a partagé ses clichés avec le reste du monde.
On peut voir que l’aurore boréale rouge et très visible sur les photos. Ce qui la rend incroyable réside dans le fait que la couleur rouge existe qu’en haute altitude.
Plus bas sur Terre,  des aurores boréales  ont été observées dans le Calvados dans la nuit du 23 Juin 2015. Ce début d’année a été riche en observation d’aurores boréales dans le ciel français, ce qui reste tout de même un phénomène rare car les dernières observées datent de 2004.

80 Jours Voyages vous propose de découvrir des aurores boréales en Islande : Découvrez nos séjours aurores boréales.

17/05/2015. Etna , Calbuco, Grímsvötn , Shishaldin.
17/05/2015.

Etna, Sicile :

Fin de l’éruption .

etna

Le Nouveau cratère du sud-est de l’Etna et son petit frère, un cône minuscule formé sur sa partie inférieure de son flanc nord-est, sur la fissure éruptive qui avait été ouverte le 13 mai 2015. Le dernier épisode éruptif, qui a commencé dans la nuit du 11 au 12 mai, est maintenant terminé , mais ce matin, ( hier) quand j’ai pris cette photo, il y avait encore une certaine émission de lave mineure. Vue de la Valle del Bove.

Source , photo et commentaire : B. Behncke

Calbuco, Chili :

Activité sismique:
Poursuite de l’ enregistrement de l’activité sismique associée avec le mouvement des fluides sous le volcan, le signal de tremor est resté à des niveaux jugés de faible valeur , avec un déplacement réduit (DR) égal ou inférieur à 2,4 cm2. En outre, deux (2) événements longue période, avec des magnitudes locales ( ML) égales et inférieures à M1,2 et un déplacement réduit (DR) inférieur à 0,8 cm2, valeurs considérées comme basses pour ce volcan.

calbuco

Remarques:
Les niveaux de sismicité associées à la dynamique des fluide sous le volcan restent faibles. Aucune sismicité de type VT n’a été enregistrée.

Source : Sernageomin.
Photo : El diario

Grímsvötn , Islande :

64.42 ° N, 17.33 ° W
Altitude 1725 m

Selon l’Office météorologique islandais, une petite crue glaciaire ( jökulhlaup) , venant du lac sous-glaciaire du Grímsvötn a lieu le 6 mai, entrainant l’augmentation du niveau d’eau dans la rivière Gígjukvísl. Des mesures de conductivité électrique ont indiqué une importante augmentation de la contribution géothermique pour l’eau du fleuve. Basé sur des informations de l’Institut des sciences de la Terre, l’eau disponible à l’évacuation était de 0,2-0,3 kilomètres cubes, donc on attendait que le débit maximal de la crue soit à moins de 700 mètres cubes par seconde, se produisant vers le milieu de la semaine. La secousse sismique a augmenté en raison de l’inondation et non de l’activité volcanique. Le rapport a averti que le sulfure d’hydrogène libéré par les eaux de crue est particulièrement puissant à la sortie de la rivière à la marge de la glace, où les concentrations peuvent atteindre des niveaux toxiques.

grimsvotn

Grimsvötn, le volcan le plus fréquemment actif de l’Islande dans le temps historique, se situe largement en dessous de la grande calotte glaciaire du Vatnajökull. Le lac de caldeira de 6 x 8 km est recouvert par un plateau de glace de 200 m d’épaisseur, et seule la rive sud est exposée. La zone géothermique dans la caldeira provoque des jökulhlaups fréquents lorsque la fusion relève le niveau d’eau assez haut pour sauter son barrage de glace. Un systèmes de longues fissures NE-SW s’étendent depuis le volcan central.

Source: Met Office islandais
Photo : Islandenpoche

Shishaldin, Alaska :

54 ° 45’19 « N 163 ° 58’16 » W,
Altitude Sommet : 9373 pi (2857 m)
Volcan : actuel niveau d’alerte: Surveillance .
Aviation : actuel Code couleur: ORANGE

shishaldin

Une activité éruptive de bas niveau continue sur le Shishaldin. Des températures de surface élevées ont été détectées dans les données satellitaires. L’activité sismique reste au-dessus des niveaux de fond.

Source : AVO