De petits essaims de séisme de faible magnitude continuent sur le Mount St. Helens

A partir du 14 Mars 2016, un certain nombre de petits tremblements de terre de faible magnitude ont eu lieu sous le mont St. Helens, à une profondeur comprise entre 2 et 7 km (1,2 à 4 miles). Au cours des 8 dernières semaines, il y a eu plus de 130 tremblements de terre formellement localisés par le Réseau sismique Nord-Ouest du Pacifique et bien d’autres tremblements de terre trop petits pour être situés. Ces tremblements de terre sont de faibles amplitudes , de 0,5 ou moins; la plus grande magnitude étant de 1,3. Les taux de tremblement de terre n’ont cessé d’augmenter depuis Mars, atteignant près de 40 séismes localisés par semaine. Ces tremblements de terre sont trop faibles pour être ressentis à la surface.

Les tremblements de terre sont de type volcano-tectoniques , signe d’un glissement sur une petite faille. De tels événements sont fréquemment observés dans les systèmes hydrothermaux et magmatiques actifs. La chambre de magma est susceptible de conférer ses propres contraintes sur la croûte autour et au-dessus d’elle, tandis que le système se recharge lentement. La contrainte entraîne des fluides à travers des fissures, produisant le petits tremblements de terre. Le modèle actuel de sismicité est similaire à celui des essaims observés sur le mont St. Helens en 2013 et 2014. Les essaims de recharge dans les années 1990 avaient des taux de tremblement de terre beaucoup plus élevés.

Mount St. Helens earthquake record during times of magma recharge.
Aucune émission anormales de gaz, augmentation de l’inflation du sol ou de sismicité superficielle n’ont été détectés avec ces essaims, et il n’y a aucun signe d’une éruption imminente. Comme on l’a observé sur le mont St. Helens entre 1987 et 2004, la recharge peut se poursuivre pendant de nombreuses années sous le volcan sans éruption.

17/05/2016. Mont St Helens , Etats-Unis:

Source : CVO

Sismicité:
Au cours du mois d’ Avril 2016, l’Université de l’Utah, responsable de l’exploitation et l’analyse des stations sismologiques du réseau sismique de Yellowstone, rapporte que 53 séismes ont été localisés dans la région du parc national de Yellowstone (ONP). Le plus grand événement était un micro séisme de magnitude M2,0 le 23 Avril, à 21h48 , situé à 4 miles au nord de Norris Geyser Basin, ONP.

La sismicité d’ Avril 2016 inclus un petit essaim de séismes , de 11 tremblements de terre survenus le 17 Avril . Le tremblement de terre le plus grand de l’essaim (magnitude M1,5) a eu lieu le 17 Avril 2016 à 06h48 , situé à 8 miles à l’est de West Thumb, WY.

Déformation du sol:
Une petite valeur de soulèvement du sol (~ 1 cm) a été enregistrée au nord de Yellowstone Caldera sur la NRWY (station GPS Norris). Le soulèvement semble avoir commencé au début de 2016 et le motif apparent est similaire à ceux observés en 2013/2014. La plupart des stations GPS dans la zone de la caldeira notent une légère subsidence, à un taux de ~ 1,5 cm / an.
Les modèles de déformation actuels à Yellowstone restent dans les normes historiques.

03/05/2016. Yellowstone , Etats-Unis :

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Altitude Sommet : 9203 ft (2805 m)
Volcan : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: Vert

Source : YVO

Volcans : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: Vert

Mise à jour d’activité: Tous les volcans de la chaîne des Cascades de l’Oregon et de Washington sont à des niveaux de fond normaux de sismicité. Ceux-ci incluent le mont Baker, Glacier Peak, le mont Rainier, le mont St. Helens, et le Mont Adams, dans l’État de Washington; et le mont Hood, le Mont Jefferson, Three Sisters, Newberry et Crater Lake dans l’Oregon.

Observations récentes: Au cours de la semaine écoulée, les petits tremblements de terre ont continué sous le mont Rainier et le mont St. Helens, qui sont toujours considérés comme faisant partie de l’activité normale de fond.

02/05/ 2016.  Chaine des Cascades , Etats Unis :

Source : YVO

Pour faire suite à certains articles de presse, voici une petite mise au point. Les seules informations dignes de crédit sont celles des observatoires volcanologiques. Pour les États-Unis, vous pouvez aller visiter :

Le site USGS de L’AVO : Alaska volcano Observatory ( Volcans Cleveland, Shishaldin ,etc..)
Le site USGS du HVO : Hawaian volcano Observatory ( Volcans Kilauea , Mauna Loa , etc…)
Le site USGS du CVO : Cascades Range Observatory ( Volcans St Helens, Mount Baker , etc…)
Le site USGS du CalVO : California volcano Observatory ( Volcans Mount Shasta, Medicine Lake Volcano , etc)
Le site USGS du NMI : Northern Mariana Islands ( Volcans Agrigan, Pagan, etc…)

L’info en dessous est le bulletin d’activité actuel de Yellowstone. Point. Pitié… Plus de super éruption ( super arnaque) et plus de « Ring of Fire » qui ne veut rien dire.

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Altitude Sommet : 9203 ft (2805 m)
Volcan : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: GREEN

Sismicité:
Au cours du mois de Mars 2016, l’Université de l’ Utah , responsable de l’exploitation et l’analyse des stations sismologiques du réseau sismique de Yellowstone, rapporte que 49 séismes ont été localisés dans la région du parc national de Yellowstone (ONP). Le plus grand événement était un micro séisme de magnitude M 2,3 le 26 Mars, à 02h28 MDT, situé à 9 miles au nord-est de Norris Geyser Basin.
En Mars 2016 , la sismicité n’a connu aucun essaims de tremblement de terre. L’activité sismique de Yellowstone en Mars est à des niveaux de fond BAS.

Déformation du sol:
Les stations GPS dans Yellowstone continuent de ne montrer que peu ou pas de mouvement de terrain.
http://www.unavco.org/instrumentation/networks/status/pbo/data/WLWY (cliquez sur Emplacements statiques / Séries temporelles)

L’Observatoire du volcan de Yellowstone (YVO) assure la surveillance à long terme de l’activité volcanique et des tremblement de terre dans la région du parc national de Yellowstone. Yellowstone est le site de la plus grande et la plus diversifiée collection de caractéristiques thermiques naturelles dans le monde et le premier parc national. YVO est l’un des cinq observatoires de volcans de l’USGS qui surveillent les volcans aux États-Unis pour la science et la sécurité publique.

20/04/2016. Yellowstone , Etats-Unis :

Source : USGS

Volcans : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: Vert

Mise à jour d’activité: Tous les volcans surveillés par le CALVO en utilisant la télémesure , les réseaux de capteurs en temps réel présentent des niveaux normaux de fond de sismicité et de déformation. Les volcans surveillés comprennent Mount Shasta, Medicine Lake Volcano, Clear Lake Volcanic Field, Lassen Volcanic Center, Long Valley Volcanic Region, Coso Volcanic Field, Ubehebe Craters, et Salton Buttes.

Observations du 1 Mars 2016 jusqu’au 31 Mars 2016 :
Mt Shasta: Un tremblement de terre au-dessus de M1.0 a été détecté (M1.06).
Medicine Lake: Aucun tremblements de terre au-dessus de M1.0 n’a été détecté .
Lassen Volcanic Center: Cinq tremblements de terre ont été détectés, avec le plus grand enregistrement à M1.42 . Beaucoup de ces événements se sont produits au cours de deux essaims sismiques mineurs le 23 Mars 2016 à proximité des lignes Shasta-Tehama-Plumas County à environ 14 km au nord de la ville de Mill Creek et le 26 Mars 2016 à proximité des lignes Shasta-Tehama-Plumas County , à environ 8 km au nord de la ville de Mineral.
Clear Lake Volcanic Field : Deux tremblements de terre ont été détectés, avec le plus grand enregistrement à M2.63. [Note: Le haut niveau typique de sismicité a été observé dans le champ de vapeur Geysers situé à la bordure ouest du CLVF. Le plus grand événement était de M2.90].

Long Valley volcanic Région: Dans la Long Valley Caldera, 16 tremblements de terre de M1.0 ou plus ont été détectés. Le plus grand événement enregistré à M2.15. Aucun tremblement de terre au-dessus de M1.0 n’a été détecté dans la région de Mono Cratères. Aucun tremblement de terre au-dessus M1.0 n’a été détecté dans Mammoth Mountain. [Note: Le haut niveau typique de sismicité a été observé au sud de la caldeira dans la zone Sierra Nevada. Le plus grand événement enregistré à M2.58].
Ubehebe Cratères: Aucun tremblements de terre au-dessus de M1.0 n’a été détecté .
Salton Buttes: Seize tremblements de terre de M1.0 ou plus ont été détectés. Le plus grand enregistré à M2.14.
Coso Volcanic Field: Le haut niveau typique de sismicité a été observé , avec 24 tremblements de terre de M1.0 ou plus, le plus grand enregistré à M2.47 .

L’histoire courte de Ubehebe Crater dans Death Valley National Park
31 mars 2016

De nouvelles recherches par des scientifiques du CALVO indiquent que Ubehebe Craters s’est formé il y a environ 2100 ans au cours d’un seul événement éruptif. Ubehebe Craters est un groupe isolé de cratères volcaniques dans la moitié Nord du Parc national de la Vallée de la mort , en Californie. Les géologues du CALVO , Judy Fierstein, Wes Hildreth, et Champion Duane ont étudié la séquence des roches pour déterminer si les 15 cratères se sont formés sur plusieurs éruptions indépendantes , sur des centaines d’années à partir d’une source de magma de longue durée, en profondeur, ou si ils se sont formés en une seule fois.

Les scientifiques sont convaincus que ces cratères sont monogénétiques , créés au cours d’un épisode explosif lorsque le magma fut interaction avec les eaux souterraines, sur plusieurs jours, semaines ou mois (mais certainement pas sur des centaines d’années). Leur témoignage: d’abord, des dizaines de couches de roches éjectées pendant les impulsions éruptives successives sont « conformable » , aucun temps d’érosion n’ est présent entre elles , donc toutes les couches doivent avoir chuté au cours d’une séquence d’éruption de courte durée. Deuxièmement, ils notent que la composition des échantillons de cendres basaltiques ne varie pas ce qui signifie qu’un seul lot de magma a alimenté le multi-cratère dans un épisode phréatomagmatique . Troisièmement, les directions paléomagnétiques mesurées sont presque exactement les mêmes; encore une fois, pas beaucoup de temps n’ aurait pu se passer entre les impulsions éruptives formant les cratères .

Les séquences éruptives de courte durée de vie comme celles qui ont formées Ubehebe Craters sont communes dans les zones volcaniques actives (par exemple, tout au long de la chaîne des Cascades). Ceci est le seul jeune volcan dans le parc national de la Vallée de la mort, qui était par ailleurs une zone volcanique calme sur le dernier million d’années.

05/04/2016. Volcans de Californie , Etats-Unis :

Source : Calvo

Je reproduis ici » in extenso » un splendide article que Claude Granpey à publié sur son site http://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com

Jusqu’à présent, la théorie généralement acceptée sur les origines de Yellowstone est que le soi-disant supervolcan est né à partir d’un point chaud, autrement dit un panache mantellique émergeant des profondeurs de notre planète. Une récente simulation montre que l’hypothèse conventionnelle est probablement erronée. Il semblerait que le panache était dans l’incapacité d’atteindre la surface car il était bloqué par une ancienne plaque tectonique. Il s’agirait de la plaque Farallon, si l’on se réfère à une étude publiée en 2012. En effet, ce n’est pas la première fois que cette nouvelle approche de Yellowstone est diffusée par les revues scientifiques.
Les résultats de la simulation, la première de son genre à reproduire l’interaction complexe entre un panache mantellique et une plaque tectonique en train de s’enfoncer, ont été présentés le mois dernier dans Geophysical Research Letters.

Des géologues de l’Université de l’Illinois ont réussi à reproduire deux choses en laboratoire : d’une part, l’histoire de la tectonique des plaques dans la région et, d’autre part, l’image géophysique de l’intérieur de la Terre. Non seulement les chercheurs ont réussi à créer une vue en trois dimensions de l’intérieur de Yellowstone, mais ils l’ont fait sur les 40 derniers millions d’années, afin d’essayer de recréer les éruptions qui se sont produites aux États-Unis entre l’Oregon et le Wyoming. Cependant, ils ont constaté qu’il leur était impossible de recréer la plupart des éruptions récentes en raison de la présence d’une plaque qui avait été entraînée en profondeur dans le manteau terrestre il y a environ 100 millions d’années, époque où les plaques Pacifique et nord-américaine ont commencé à converger.
Selon les scientifiques, le manteau autour de la plaque en train de s’enfoncer a provoqué une très forte pression à l’avant de cette dernière. La simulation montre qu’il y a 15 millions d’années, cette pression est devenue tellement importante que la plaque a commencé à se déchirer. Le panache qui se trouvait en dessous est passé à travers la plaque, ce qui a entraîné d’énormes épanchements de lave qui semblent correspondre aux basaltes du plateau de Steens-Columbia River.

Malgré le trou béant dans le centre de la plaque, le panache n’a pas continué à passer à travers elle parce que le manteau était très visqueux. Au fur et à mesure que la plaque continuait à s’enfoncer, elle entraînait avec elle le manteau environnant ce qui, en fin de compte, a obstrué le trou et empêché le panache d’atteindre la surface pendant les 15 millions d’années qui ont suivi.
L’hypothèse privilégiée jusqu’à présent ne peut pas expliquer la suite d’éruptions volcaniques qui a eu lieu depuis les premiers vastes épanchements basaltiques, y compris la formation de la caldeira de Yellowstone qui s’est produite il y a seulement 2,1 millions d’années. En conséquence, il faudra trouver une nouvelle explication pour la formation de Yellowstone, ainsi qu’une source de chaleur supplémentaire! Un chercheur pense que cette source pourrait se trouver au niveau de la dorsale Juan de Fuca dans l’Océan Pacifique. Bien que cette dorsale se trouve aujourd’hui à près de 1600 kilomètres du point chaud de Yellowstone, elle aurait pu facilement affecter le milieu de la plaque nord-américaine. Comme il se trouve tout juste à l’ouest de la zone de subduction de Cascadia, le jeune plancher océanique plonge facilement sous la plaque nord-américaine. Il se peut, il y a plusieurs millions d’années, que certains événements aient fait apparaître une grande quantité de chaleur au sein de la plaque Juan de Fuca alors qu’elle s’enfonçait sous la plaque nord-américaine. Cela aurait fait apparaître un chapelet d’éruptions volcaniques et finalement contribué à former la caldeira de Yellowstone dans les Montagnes Rocheuses.
Quelle que soit l’origine du volcanisme de Yellowstone, la simulation démontre que les plaques tectoniques ont joué un rôle beaucoup plus important qu’on le pensait dans tout le volcanisme de cette région.

26/03/2016. Yellowstone , Etats- Unis :

Sources: C Granpey , Scientific American: http://www.scientificamerican.com/

Photos : Geo , maxisciences.com .

Tremblements de terre de faible magnitude détectés sur le Mont St. Helens.

Le 14 Mars, 2016, le réseau sismique du mont St. Helens a commencé à détecter des tremblements de terre de faible magnitude à une profondeur de 3 à 4 km sous le cratère. Douze tremblements de terre ont été formellement localisés et le réseau sismique local à détecté au moins 100 tremblements de terre , trop petits pour être enregistré avec suffisamment de précision sur les sismomètres , afin de calculer un emplacement. La plupart des tremblements de terre ont des signatures sismiques similaires, ce qui suggère qu’ils se produisent dans le même secteur que les séismes localisés. Selon le Réseau sismique Nord-Ouest du Pacifique, le plus grand tremblement de terre sur une période de quatre jours était de magnitude M0.7, un événement qui ne serait pas ressenti même si vous étiez debout à la surface juste au-dessus.

Ces types de séismes volcano-tectoniques sous le mont St. Helens sont probablement associés à la recharge du volcan. Après l’éruption de 2004-2008, l’inflation subtile de la surface du sol et de la sismicité indiquent que le réservoir de magma sous le mont St. Helens est en re-pressurisation lente , comme il l’a fait après la conclusion de l’éruption de 1980-1986. Ceci est une prévision et ne signifie pas que le volcan soit susceptible d’entrer en éruption à tout moment . La re-pressurisation du réservoir de magma d’un volcan est généralement observée sur des volcans qui sont entrés en éruption récemment. La recharge peut se poursuivre pendant de nombreuses années sans une éruption.

Avant 1980, le mont St. Helens formait un volcan jeune conique parfois connu sous le nom de Fuji-san d’Amérique. Au cours de l’éruption de 1980 la partie supérieure à 400 m du sommet a été éliminé par l’effondrement de la pente, laissant un cratère en forme de fer à cheval , de 2 x 3,5 km , maintenant partiellement rempli par un dôme de lave. Le Mount St. Helens a été formé au cours de neuf périodes éruptives commençant il y a environ 40-50,000 ans et a été le volcan le plus actif de la chaîne des Cascades au cours de l’Holocène. Avant , il y a 2200 ans, des téphras, des dômes de lave et des coulées pyroclastiques ont éclaté, formant l’édifice du vieux St. Helens , mais les flux de lave se sont étendus au-delà de la base du volcan. L’édifice moderne a été construit au cours des 2200 dernières années, lorsque le volcan basaltique a émis des produits andésitiques et dacitiques de son sommets et des évents de flancs . Les éruptions historiques du 19e siècle provenaient de la région de Goat Rocks sur le flanc Nord, et ont été notés par les premiers colons.

23/03/2016. Mont St Helens , Etats-Unis :

Sources : CVO, GVP.

Photo : Cocomagnanville

MISE À JOUR HEBDOMADAIRE , Vendredi, 18 Mars, 2016 16:30

Volcans : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: GREEN

Mise à jour d’activité: Tous les volcans de la chaîne des Cascades de l’Oregon et de Washington sont à des niveaux de fond normaux de sismicité. Ceux-ci incluent le mont Baker, Glacier Peak, le mont Rainier, le mont St. Helens, et le Mont Adams, dans l’État de Washington; le mont Hood, Mont Jefferson, Three Sisters, Newberry et Crater Lake dans l’Oregon.

Observations récentes: Au cours de la semaine dernière, des tremblements de terre ont été localisés au Mont Rainier, Mont Saint Helens et Mount Hood. Au mont St. Helens, il y a eu plus de 100 très petits tremblements de terre, trop petit pour être situé formellement, tous se produisant probablement entre 2 et 4 kilomètres de profondeur sous le volcan. Une telle activité est conforme à ce que nous croyons être les niveaux de fond de sismicité du Mont St. Helens.

Le réseau sismique du mont St. Helens continue de détecter de petits séismes de faible magnitude. Depuis le 14 Mars 2016, douze tremblements de terre ont été formellement localisés et le réseau local a détecté au moins 100 tremblements de terre trop petits pour être enregistrés avec suffisamment de précision sur les sismomètres afin de calculer leur emplacement. La plupart des tremblements de terre ont des signatures sismiques similaires suggérant qu’ils se produisent dans la même zone que des tremblements de terre situés à une profondeur moyenne d’environ 3-4 km. Selon le Réseau Sismique Nord-Ouest du Pacifique, le plus grand tremblement de terre sur une période de quatre jours a été d’une magnitude de M 0,7, un événement qui ne serait pas ressenti même si vous étiez debout juste au-dessus.
Ces types de séismes volcano-tectoniques sous le mont St. Helens sont probablement associés à la re-pressurisation lente du réservoir de magma, semblable à ce qui se passait après l’éruption de 1980 à 1986. Ceci est une prévision et ne signifie pas que le volcan soit susceptible d’entrer en éruption à tout moment .

19/03/2016. Chaine des Cascades , Etats-Unis :

Source : USGS

Photo: Blog scentifiqueamericain.

Sismicité

Au cours de Février 2016, l’Université de l’ Utah , responsable de l’exploitation des stations sismologiques et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, rapporte 35 séismes , qui ont été localisés dans la région du parc national de Yellowstone (ONP). Le plus grand événement était un micro-séisme de magnitude M 2,4 le 09 Février, à 21h09 , situé à 4 miles au Sud-Ouest de West Yellowstone.
Durant Février 2016 , la sismicité n’a enregistré aucun essaim de tremblement de terre.

Déformation du sol:

Les stations GPS dans Yellowstone continuent de ne montrer que peu ou pas de mouvement de terrain.

L’Observatoire du volcan de Yellowstone (YVO) assure la surveillance à long terme de l’activité volcanique et des tremblement de terre dans la région du parc national de Yellowstone. Yellowstone est le site de la plus grande et la plus diversifiée collection de caractéristiques thermiques naturelles dans le monde et le premier parc national. YVO est l’un des cinq observatoires des volcans de l’USGS qui surveillent les volcans aux États-Unis pour la science et la sécurité publique.

03/03/2016. Yellowstone , Etats-Unis :

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Altitude Sommet : 9203 ft (2805 m)
Volcan : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: VERT.

Source : YVO.

Photo : Leon Jenson

                                                                                       Mise à jour de l’activité:
Tous les volcans de la chaîne des Cascades de l’Oregon et de Washington sont à des niveaux de fond normaux de sismicité. Ceci inclue le mont Baker, Glacier Peak, Mont Rainier, Mont Saint Helens, et le Mont Adams, dans l’État de Washington; le mont Hood, Mont Jefferson, Three Sisters, Newberry, et Crater Lake dans l’Oregon.

Observations récentes:
Les systèmes de surveillance montrent que l’activité des volcans de la chaine des Cascade , au cours de la semaine dernière reste à des niveaux de fond. Ce mardi, quelques

05/02/2016. Chaine Des Cascades , États- Unis :

Volcans : actuel niveau d’alerte: NORMAL
Actuel Code couleur Aviation : vert

Source : CVO

Photo : Exploraventure