Il y a un an, la photographe Barbara Fryer a photographié un macareux moine blanc qui se trouvait à proximité des îles Scilly. L’oiseau a été photographié alors qu’il nageait aux côtés d’un macareux moine au plumage typique de l’espèce, c’est-à-dire de couleur noire.

Ce macareux est atteint d’une particularité génétique appelée leucistisme. Celle-ci est due à un gène dit récessif, qui donne aux plumes  une couleur blanche. Celui-ci se distingue de l’albinisme du fait que le bec et les yeux ont gardés leurs couleurs “normales”.

L’ornithologue Peter Robinson, qui a travaillé pour la BBC et la RSPB (Société royale pour la protection des oiseaux) a qualifié l’oiseau “d’extrêmement rare”.

Photo de Barbara Fryer ici

Photos de macareux moines (noirs) lors de nos voyages en Islande.

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:


Alors que la saison de « whale watching » (observation des baleines) à Husavik (au nord de l’Islande) doit commencer demain, le 1er avril, une baleine à bosse à rendu visite à notre partenaire dès le 30 mars… dans le port !
Nos collègues d’Husavik ont été très agréablement surpris de voir ce mâle, curieux, venir les saluer directement au port. Tous ont interprété  ça comme de bon augure pour la saison 2011 d’observation des cétacés !

Quelques photos de la baleine à bosse dans le port (photos de Haukur Hauksson)
Photo 1 / Photo 2 / Photo 3

Venez observer les baleines avec nous en Islande ou en Afrique du Sud

Viagra Professional alt=”” width=”300″ height=”187″ />S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

L’émission L a tête au carré (France Inter) présenté par Mathieu Vidard , mercredi 30 mars (14h-15h) a mis sous les projecteurs les aurores Boréales.
Deux spécialistes nous ont permis de mieux connaître ce phénomène, comprendre la formation de ces lumières polaires et partager leurs expériences  :

Invités pour cette émission :
Olivier Grünewald, photographe
Il a réalisé un grand nombre de photo reportages sur les aurores boréales

Jean Lilensten, de l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble
Directeur de recherches au CNRS, planétologue à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble. Il travaille sur l’impact de l’activité solaire sur les atmosphères des planètes, dont les aurores sont la manifestation la plus connue et la plus spectaculaire.

Écoutez ou ré-écoutez l’émission ici

Retrouver nos voyages “aurores boréales”

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

L’Europe vient de réaliser que l’Islande abrite une force colossale, avec laquelle ses habitants ont appris à vivre depuis des siècles. Les fumées émises par l’Eyjafjöll, entré en éruption le 20 mars 2010, ont semé la panique dans le trafic aérien mondial du 14 au 20 avril. Mais d’autres volcans beaucoup plus puissants sont prêts aujourd’hui à se réveiller en Islande. Les volcanologues, sismologues et géologues qui surveillent minutieusement cette terre à haut risque ont resserré le dispositif d’alerte autour de quatre cratères dont le réveil pourrait être imminent.
Malgré les commentaires anxiogènes du reportage, ce documentaire suit quelques-uns des plus grands spécialistes des volcans d’Islande sur leurs terrains de recherches, à travers les paysages spectaculaires forgés par la lave et les cendres.

Vous pouvez voir ce documentaire de 52 min sur Arte+7 ici

Nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Un autre siècle, un autre volcan ! Histoire géologique et humaine du Laki

Le 8 juin 1783, le volcan Laki entre en éruption.  Les huit mois d’émission de gaz sulfurique provoquent l’une des plus importantes perturbations climatiques et sociales du dernier millénaire.
Poussé par les vents, le nuage atteint la Norvège, l’Allemagne, la France et l’Angleterre. Plusieurs années de suite, des hivers longs et rigoureux ruinent les récoltes. L’Islande est ravagée par la famine la plus grave de son histoire. Ailleurs, la faim et le froid font aussi monter la mortalité en flèche. L’éruption du Laki pourrait même avoir hâté la Révolution française et causé des disettes jusqu’en Chine et au Japon !
Des études géologique, climatologique et médicale menées pour ce documentaire permettent d’avoir une vision très précise de cette catastrophe. Des témoignages sous forme de coupures de presse, lettres et journaux intimes, ainsi que des scènes reconstituées retracent le quotidien bouleversé des populations. Et des images de synthèse permettent de comprendre la nature du phénomène et la manière dont il s’est manifesté. Le tableau précis d’une “année de cendres” et de ses conséquences, éclairé par les explications des chercheurs.

Voir ce documentaire de 48min sur arte+7 ici

Nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Au Groenland, lorsque le printemps arrive, les Inuit profitent des premières brèches dans la banquise pour aller chasser les narvals, avec les mêmes techniques que leurs ancêtres : chiens, traineaux, kayak et harpon…
Dans cet univers de glace, Inuits, ours polaires, morses, phoques et narvals luttent pour survivre…

Reportage arte+7 de 52min à voir ici

Nos voyages au Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Nous avons accompagné du 6 au 13 mars un petit groupe en quête d’observation d’aurores boréales en Islande. Après de nombreuses nuits passées à admirer ce spectacle de lumières polaires féeriques, nous avons pensés qu’il pouvait être opportun de donner quelques petites explications sur ces aurores boréales et d’illustrer tout cela avec certaines des nombreuses photos prises pendant notre séjour en terre Islandaise… Ainsi, vous pourrez partager un peu l’émotion du groupe, improvisé pour l’occasion en “chasseurs d’aurores”…

Qu’est ce que sont les aurores boréales ?
Comment se forment ces aurores ?
Pourquoi la lumière est-elle verte ?
Quels sont les “prédateurs” de ces “lumières polaires” ?

Pourquoi en mars ?

La réponse à ces questions et de nombreuses photos ici…



On savait que la sterne arctique migrait d’arctique en antarctique pour profiter des deux été polaires… mais il semble que ce soit vrai aussi pour certains petits rorquals !

En effet, les analyses génétiques confirment les observations surprenantes des chercheurs et des chasseurs : un petit rorqual de l’hémisphère sud a migré jusqu’en Arctique et un hybride a résulté d’un croisement entre un petit rorqual de l’Antarctique et un de l’Atlantique Nord !

Pourtant, la migration des deux sous-espèces est normalement asynchrone. En effet, les saisons étant inversées, les petits rorquals de l’atlantique nord sont en arctique pour l’été boréale lorsque leurs cousins de l’hémisphère sud sont dans les zone de reproduction tropicales, loin de l’hiver austral… Lorsque ces derniers migrent vers l’antarctique pour se nourrir, leurs cousins du nord descendent vers les eaux chaudes des tropiques… Ainsi, les espèces ne peuvent pas, à priori, se mélanger.

C’est en 1996 que les premières observations de ce genre ont été faites par les scientifiques et c’est l’analyse des prélèvements ADN qui viennent aujourd’hui conforter les observations. Cependant, avec les données génétiques datant seulement de 1996, les auteurs de l’étude estiment pour l’instant qu’il s’agirait de cas isolés plutôt qu’un comportement avéré de ces espèces.

Le rapport a été publié le 22 décembre 2010dans le journal PLoS One dont l’auteur principal est le chercheur norvégien Kevin Glover que vous pouvez consulter ici (en anglais seulement)

Nom:
Email:


 

L’accident nucléaire de la centrale de Fukushima au Japon donne lieu à beaucoup de débats sur le choix du nucléaire comme important fournisseur d’énergie électrique. A la suite de cette catastrophe, beaucoup de pays s’interrogent sur l’opportunité de “sortir du nucléaire” !

Le Japon, placé sur une zone tectonique importante est sujet à de nombreuses manifestations tels que tremblements de terre et éruptions volcaniques dont les tsunamis sont malheureusement parfois l’une des conséquences. Le “choix de l’atome” pour un pays dans une telle situation géographique est maintenant largement critiqué.

L’Islande, autre pays placé à cheval entre deux plaques tectoniques, a fait le choix d’utiliser “les forces de la nature” pour la production d’électricité. Ainsi, le pays est alimenté par de nombreuses centrales géothermiques utilisant la chaleur de la terre et par des barrages hydroélectriques.

Un ambitieux projet de construction d’un câble-sous marin permettant à l’électricité Islandaise de rejoindre l’Europe continentale est en réflexion sur l’île dont l’exportation d’électricité pourrait être un pas de  plus vers la sortie de la crise économique qui frappe le pays depuis 2008.

L’Islande étudie les potentiels pays de destination de son câble géant, qui pourrait mesurer entre 1.200 et 1.900 kilomètres de long. Royaume-Uni, Norvège, Pays-Bas ou Allemagne sont des candidats potentiels. Toutefois, aucune décision ne devrait être prise avant quatre ou cinq ans, a précisé la porte-parole de la compagnie nationale d’électricité islandaise Landsvirkjun, bien que les recherches quant à la faisabilité de ce câble géant soient sur le point de s’achever.

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

 

Documentaire sur l’ours polaire et son adaptation à son environnement sur l’île du Spitzberg, dans l’archipel du Svalbard.

Reportage de 43 min à voir ici – (arte+7 – disponible en ligne jusqu’au mercredi 23 mars 14h)

L’ours blanc

“La fonte des glaces de l’Arctique rend l’extinction de l’ours blanc inévitable, prédisent certains écologistes. Et de suggérer qu’on le déplace dans l’Antarctique. Précaution inutile, nous montre ce documentaire qui a observé comment le roi de la banquise s’adapte de lui-même aux mutations de son milieu naturel…”

Découvrez le royaume de l’ours, sur nos pages Spitzberg ou Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: