La réserve naturelle intégrale des Macalube d’Aragona est une réserve naturelle régionale en Sicile, située à 4 km au Sud-Ouest d’ Aragona et à 15 km au Nord d’ Agrigento, qui comprend une zone argileuse large caractérisée par la présence de phénomènes éruptifs.
Les volcans sont le résultat d’un phénomène géologique rare appelé volcanisme sédimentaire.

Le phénomène est lié à la présence de petits sols argileux substantiels, entrecoupés par des couches d’eau saumâtre, dominant des bulles de gaz de méthane soumis à une certaine pression. Le gaz, à travers les discontinuités du sol, remonte à la surface, emportant avec lui les sédiments argileux et de l’eau, donnant lieu à un cône de boue, dont le sommet est semblable à un cratère volcanique. Le phénomène est parfois à caractère explosif, avec éjection de matériau argileux mélangé avec du gaz et de l’eau , projetés à une hauteur considérable. Ces dernières années, une activité explosive intense et soudaine est marquée par l’émission de grands volumes de boue. Les chercheurs ont mis en évidence une corrélation entre l’activité explosive et l’activité sismique à l’échelle locale, nécessitant des études interdisciplinaires plus approfondies

18/05/2016. Maccalube de Aragona , Sicile 

Les récents essaim de tremblement de terre du Mount Hood sont typiques pour les volcans de l’Oregon .
16 mai 2016

Sur le mont Hood, un essaim de petits tremblements de terre a été détecté les 15 et 16 mai 2016. Les essaims ne sont pas rares dans la région du Mount Hood, qui subit généralement un ou deux essaims par an qui durent plusieurs jours à quelques semaines.

Les tremblements de terre dans cet essaim se trouvent à 2-3 miles au sud du sommet du mont Hood à des profondeurs de 2-3 miles en dessous du niveau de la mer. Le plus grand événement était d’une magnitude de M 1,8. Les taux de tremblement de terre ont atteint jusqu’à 20 tremblements de terre par heure, avec un pic entre 6 et 7 heures du matin le 16 mai, avant de diminuer plus tard dans la journée. Le Réseau sismique Nord-Ouest du Pacifique a situé près de 40 tremblements de terre; beaucoup plus d’événements se sont produits qui étaient trop petits pour être situés.

Cet essaim est très typique pour le Mount Hood, car il est situé à quelques miles de l’évent du sommet. Il est rare de voir des essaims se produisant directement sous le sommet. L’essaim le plus énergique enregistrée à ce jour a eu lieu en Juin-Juillet 2002, qui comprenait une magnitude M4,5 qui avait été largement ressenti dans la région de Government Camp. L’essaim actuel est beaucoup, beaucoup plus petit que l’essaim de 2002, tant en termes de taille de tremblement de terre , qu’ en nombre.

Des études sur les essaims passés dans la région du Mount Hood ont conclu qu’ils se produisent probablement sur les failles régionales préexistantes et sont plutôt des tremblements de terre en tant que « tectoniques régionales « , que des tremblements de terre directement liés aux processus magmatiques. Ceci est en contraste avec la récente hausse de la sismicité au mont St. Helens, qui , nous croyons , est causée par des processus magmatiques (spécifiquement une recharge de magma ).

18/05/2016. Mont Hood , Etats-Unis :

Source : CVO

ÉVALUATION

Visuellement, l’Awu est généralement enveloppé dans le brouillard, avec , comme il est évident, l’impossibilité d’observer depuis le Poste d’observation du volcan, les solfatares et fumées du G. Awu.
Les résultats de la surveillance de la sismicité du G. Awu durant la période d’Avril 2016 montre que la sismicité a fluctué, avec une tendance à l’augmentation du nombre de tremblements de terre qui ont commencé à être observés clairement de manière significative le 11 mai 2016 . Le nombre de séismes tectoniques locaux et tremblements de terre volcaniques profonds ont enregistré le nombre le plus élevé jamais enregistrée durant la dernière période d’un an. Le nombre de séismes volcaniques peu profonds enregistré est le deuxième plus élevé jamais enregistré dans la dernière période d’un an après l’incident du 24 Novembre 2015, ou le niveau d’activités de l’Awu avait été porté du niveau I (normal) au niveau II (Alert).

Les résultats des calcul d’amplitude sismique ( RSAM) indique que le modèle de croissance à court terme du G. Awu , observé le 11 mai, est retombé. Mais la tendance à long terme indique que l’activité sismique du G. Awu a augmenté. Les résultats de l’estimation des épicentres du G. Awu montrent que le centre de l’activité sismique du G. Awu est principalement dispersé à des profondeurs de 500 à 4000m .
L’augmentation de l’activité sismique volcanique profonde et peu profonde de l’ Awu indique une augmentation de l’alimentation de liquides magmatiques vers la surface.

CONCLUSION

Sur la base de l’analyse des visuels, des relevés instrumentaux, et de la menace potentielle de danger, depuis le 12 mai 2016 à 12h00 le niveau d’activité du G.Awu a été relevé du niveau II (WASPADA) au niveau III (SIAGA).
La surveillance intensive est toujours en cours pour évaluer le niveau d’activité et la menace d’éruption du G. Awu. S’il y a un changement significatif de l’activité volcanique, le niveau d’activité de l’Awu peut être revu et modifié en fonction du niveau de menace.

Le massif stratovolcan Gunung Awu occupe l’extrémité nord de la Grande île Sangihe, la plus grande de l’arc Sangihe. Des vallées profondes qui forment des passages pour les lahars dissèquent les flancs du volcan, qui a été construit dans une caldeira de 4,5 km de large . Des éruptions explosives puissantes en 1711, 1812, 1856, 1892, et 1966 ont produit des flux pyroclastiques dévastateurs et des lahars qui ont causé plus de 8000 morts cumulatifs. L’Awu contenait un lac de cratère à son sommet , qui avait 1 km de large et 172 m de profondeur en 1922, mais a été largement éjecté lors de l’éruption de 1966.

17/05/2016. Awu , Indonésie :

Source : VSI , GVP.

Photo : Pvgmbh , A Solihin.

Le panache de cendres s’est étendu vers le Sud-Est du volcan.

L’éruption explosive du volcan se poursuit. Des explosions de cendres jusqu’à 19,700-26,240 pieds (6-8 km) a.s.l. pourraient survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les avions internationaux volant à basse altitude.

Distance du panache de cendres / nuage du volcan: 17 mi (28 km)
Direction de la dérive du panache de cendres / nuage du volcan: Sud-Est / azimut 135 degrés
Temps et méthode de détermination des cendres du panache / nuage: 20160516 / 2010Z – NOAA 18 (4M5)
Le KVERT a rapporté que l’éruption strombolienne sur le Klyuchevskoy a continué entre le 29 Avrilet le 6 mai. Les données satellitaires et vidéo ont montré une coulée de lave s’épanchant sur le flanc Sud-Est , par le drainage Apakhonchich. Les images satellites ont montré une anomalie thermique intense sur le volcan, et un nuage de cendres qui a dérivé sur 88 km vers le Sud-Est le 2 mai. Le code couleur de l’aviation a été porté à Orange

18/05/2016. Klyuchevskoy , Kamchatka :

56,056 ° N, 160,642 ° E
Altitude 4754 m

Source : Kvert , GVP.

Photo : Yu. Demyanchuk, IVS FEB RAS, KVERT

Mise à jour INGV , Etna, le 17 mai 2016, 20:00 UTC

Depuis le début d’Avril 2016, il y a eu une reprise progressive de l’activité éruptive au sommet de l’ Etna, qui comprenait initialement une augmentation des émissions de gaz , principalement du cratère du Nord-Est (NEC) et de l’évent qui s’était ouvert le 25 Novembre 2015 sur le flanc supérieur Est du Nouveau cratère du Sud-Est (NCSE). Ceci a été accompagné par des émissions plutôt discontinues et faibles de cendres. Au cours de la première quinzaine de mai, ces émissions provenant du NCSE ont produit également de petites anomalies visibles sur les images de la caméra de surveillance thermique de Monte Cagliato (EMCT). Le 7 mai, une augmentation de l’amplitude du tremor volcanique, dont la source s’est déplacée vers le NCSE, a été accompagnée par l’apparition d’une source de signaux infrasonores au NCSE. Cependant, les mauvaises conditions météorologiques ont permis seulement d’observer une émission modeste de cendres du NCSE (depuis l’ évent du 25 Novembre) et du NEC.

Pendant la nuit du 16 mai, des lueurs très faibles et rares ont été observées depuis l’ évent du 25 Novembre du NCSE, encore une fois accompagnées de signaux infrasons provenant du même évent. Au début de la matinée du 17 mai, le réseau de suivi de l’INGV-Osservatorio Etneo (INGV-OE) a enregistré une augmentation progressive de l’amplitude du tremor volcanique, accompagné de signaux infrasonores provenant du NEC, ainsi que le dégazage intense avec des émissions de cendres occasionnelles, faibles à partir du même cratère. Le personnel de l’INGV-OE présent dans la zone de la Grotta del Gelo (sur le flanc Nord-Nord-Ouest supérieur) a déclaré avoir entendu une explosion provenant probablement du NEC.

Des mises à jour seront affichées sous peu.

18/05/2016. Etna , Sicile :

Source : INGV.

Photo : Salvatore Lo Giudice

De petits essaims de séisme de faible magnitude continuent sur le Mount St. Helens

A partir du 14 Mars 2016, un certain nombre de petits tremblements de terre de faible magnitude ont eu lieu sous le mont St. Helens, à une profondeur comprise entre 2 et 7 km (1,2 à 4 miles). Au cours des 8 dernières semaines, il y a eu plus de 130 tremblements de terre formellement localisés par le Réseau sismique Nord-Ouest du Pacifique et bien d’autres tremblements de terre trop petits pour être situés. Ces tremblements de terre sont de faibles amplitudes , de 0,5 ou moins; la plus grande magnitude étant de 1,3. Les taux de tremblement de terre n’ont cessé d’augmenter depuis Mars, atteignant près de 40 séismes localisés par semaine. Ces tremblements de terre sont trop faibles pour être ressentis à la surface.

Les tremblements de terre sont de type volcano-tectoniques , signe d’un glissement sur une petite faille. De tels événements sont fréquemment observés dans les systèmes hydrothermaux et magmatiques actifs. La chambre de magma est susceptible de conférer ses propres contraintes sur la croûte autour et au-dessus d’elle, tandis que le système se recharge lentement. La contrainte entraîne des fluides à travers des fissures, produisant le petits tremblements de terre. Le modèle actuel de sismicité est similaire à celui des essaims observés sur le mont St. Helens en 2013 et 2014. Les essaims de recharge dans les années 1990 avaient des taux de tremblement de terre beaucoup plus élevés.

Mount St. Helens earthquake record during times of magma recharge.
Aucune émission anormales de gaz, augmentation de l’inflation du sol ou de sismicité superficielle n’ont été détectés avec ces essaims, et il n’y a aucun signe d’une éruption imminente. Comme on l’a observé sur le mont St. Helens entre 1987 et 2004, la recharge peut se poursuivre pendant de nombreuses années sous le volcan sans éruption.

17/05/2016. Mont St Helens , Etats-Unis:

Source : CVO

Les émissions de gaz volcaniques augmentent sur le Ruapehu, le niveau d’alerte volcanique est relevé au niveau 2

Bulletin d’alerte volcanique : RUA – 2016/04
Etat d’alerte:
Le niveau d’alerte volcanique est élevé au niveau 2 (changement de 1)
Le Code couleur Aviation est élevé à jaune (changement de Vert)

Les récentes visites sur le volcan ont confirmé une augmentation de la production de gaz volcanique de Crater Lake sur le Mt Ruapehu. Des niveaux modérés de tremors volcaniques continuent et la température du lac mesurée par l’enregistreur de données est de 45 ºC. L’augmentation de la production de gaz, la température élevée du lac et la sismicité continue suggèrent que le Ruapehu est à un niveau plus élevé d’activité volcanique. En conséquence, le GNS scientifiques révisent le niveau d’alerte volcanique au niveau 2 ( agitation modéré à accrue). Le code couleur de l’aviation est également modifié, passant du vert au jaune.

Nous avons fait deux visites de suivi sur le Mt Ruapehu hier, l’un était un vol pour mesurer la production de gaz et l’autre était pour analyser l’eau de Crater Lake et effectuer des mesures supplémentaire de gaz à terre . Les mesures de gaz volcaniques indiquent une augmentation de quantité à la fois des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et de dioxyde de soufre (SO2) . Les mesures au sol de gaz étaient complémentaires aux données aéroportées.
L’activité sismique sur le Mont Ruapehu est habituellement dominée par des tremors volcaniques. Depuis les tremblements de terre volcaniques à la fin Avril , la sismicité a été dominée par des tremors volcaniques à des niveaux variables. Le niveau de secousse a augmenté mais il n’est pas exceptionnel par rapport à ces dernières années.

La température du lac de cratère, telle que mesurée par un enregistreur de données , a augmenté depuis la mi-Avril 2016 et est passé de 25 ° C à 46 ° C. Pour les deux derniers jours, il a varié entre 45 et 46 ºC.

Prises ensemble, ces données indiquent maintenant plus d’agitation volcanique sur le Mont Ruapehu. La production de gaz a augmenté couplée avec un flux de chaleur élevé et le tremor volcanique implique une probabilité plus élevée d ‘activité. Actuellement, ces changements sur le Ruapehu sont jugés suffisants pour modifier le niveau d’alerte volcanique. Le niveau d’alerte volcanique pour le Mt Ruapehu est maintenant porté à Volcanic Alert Level 2 (agitation modéré à accrue). Le code couleur de l’aviation a également changé, passant du vert au jaune.
Les volcanologues du GNS science continuent de suivre de près le Ruapehu à travers le projet GeoNet.

17/05/2016. Ruapehu, Nouvelle Zélande :

Source : Geoff Kilgour
Duty volcanologue

Bulletin volcanologique spécial.

Type d’activité : Peléenne
Morphologie: Complexe de dômes dacitiques
Localisation géographique :14°44′ 33″ Latitude N, 91°34’13 » longitude W.
Hauteur : 2500 m

Sur l’éruption du volcan Santiaguito à 17h45 , l’OVSAN rapporte une forte explosion, accompagnée par des colonnes de cendres épaisses atteignant 5000 mètres , qui s’est dirigé vers l’est, sud-ouest , sur une distance de 40 kilomètres, comme cela est arrivé auparavant, provoquant des chutes de cendres sur San Felipe Retalhuleu, Pueblo Nuevo, El Nuevo Palmar, Las Marias, Village Loma Linda, San Marcos Palajunoj , Fincas El Faro, La Florida Patzulin, El Patrocinio et d’ autres sur ce flanc. Ces explosions ont généré des grondements sonores audibles à plus de 30 kilomètres et des coulées pyroclastiques qui sont descendues du cratère du Dôme Caliente sur les flancs Est, Sud et Ouest, et dans les rivières Cabello de Angel et San Isidro et éventuellement dans Nima II, sur une longueur de 2 kilomètres.
Il est nécessaire de mentionner que les éruptions enregistrées et observées ces derniers jours, sont violentes , avec l’expulsion de projectifs balistiques de différentes tailles à une distance de 3 kilomètres.

En raison de la violence de ces explosions , il est possible de connaitre des crises similaires ou supérieures à celle du 9 mai 2014.
Par conséquent, l’ INSIVUMEH recommande:

A la CONRED, en tenant compte que l’activité du volcan Santiaguito reste sous tension, avec la possibilité de générer des éruptions semblables ou plus violentes , il est donc nécessaire de prendre toutes les précautions jugées nécessaires et de maintenir l’état d’alerte.
Aussi pour les villages de Loma Linda et San Marcos Palajujoj qui sont les plus touchés par les chutes de cendres, constantes , qui peuvent causer des problèmes de voies respiratoires , d’estomac et affecter la vue des gens.
A la Direction générale de l’aviation civile, de prendre des précautions avec la circulation aérienne, car il y a des cendres dans l’atmosphère sur une distance de 40 kilomètres, au Sud-Ouest, au Sud et à l’Est, du périmètre volcanique du Santiaguito , à des hauteur de 5000 au dessus du niveau de la mer, avec des possibilités d’être transportées plus loin.

17/05/2016. Santiaguito , Guatemala :

Source : Insivumeh.

Photo : Austin Arkin

Des émissions de cendres mineures sur le volcan Pavlof ont été observées par les observateurs locaux et les cameras web hier soir , d’ environ 19h 27 à 21h 07 (3h 27 /5 h 07 UTC). Le panache de cendres diffus a atteint des hauteurs de 15,000 à 18,000 pieds au-dessus du niveau de la mer mais ne s’est pas étendu loin et est resté dans les environs du volcan. Depuis le début de la dernière soirée, le volcan a été relativement calme et aucune émission de cendres supplémentaires n’ont été observées. Les vues satellites claires du volcan obtenues au cours de la dernière journée n’ont pas indiqué de panaches de cendres ou de signaux thermiques jusqu’à environ 08h50 AKDT (16:50 UTC) ce matin, lorsque des températures de surface élevées ont été observées sur les données satellitaires.

Les signaux thermiques sur le Pavlof sont généralement associés à des épanchement de lave et il est possible que des fontaines de lave de bas niveau peuvent avoir eu lieu temporairement ce matin. L’activité sismique reste élevée et au-dessus des niveaux de fond . L’AVO continuera à suivre de près le Pavlof même si les niveaux actuels de sismicité indiquent que le volcan est en pause. Les émissions de cendres supplémentaires et des épanchement de lave au sommet peuvent reprendre avec peu ou pas d’avertissement.

17/05/2016. Pavlof , Alaska :

55 ° 25’2 « N 161 ° 53’37 » W,
Altitude Sommet : 8261 ft (2518 m)
Volcan actuel Niveau d’alerte: Attention
Aviation : actuel Code couleur: ORANGE

Source : AVO.