Poursuite de l’alerte jaune sur le volcan Lascar.

Le 30 Octobre, l’ Onemi a décrété l’alarme après la détection d’une émission de cendres à plus de 2500 mètres de haut. La « Fach » a fait un survol ce dimanche sur le massif volcanique.
Pour la cinquième journée consécutive l’alerte jaune continue pour le massif du volcan Lascar situé dans la région d’Antofagasta.

Selon le rapport, après l’activité volcanique l’ état d’alerte a été prolongé pour San Pedro de Atacama . Voilà pourquoi, le dimanche 1er Novembre, la Force aérienne du Chili a fait un vol de reconnaissance au-dessus de la zone avec un avion appartenant à Aerofotogramético Lear Jet Service.
Avec cette analyse, , l’ Onemi et le SERNAGEOMIN continuent de surveiller le comportement en ligne du massif volcanique.

Basé sur l’analyse des informations recueillies par l’équipement de surveillance et de la surveillance des volcans, le Service national de géologie et des mines (SERNAGEOMIN), à travers l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud (OVDAS), communique: –
Au cours de ce mois , un total de soixante-deux (62) événements sismiques, dont huit (8) ont été classés comme volcano-tectoniques (VT), ont été enregistrés. Ces évènements liés au processus de fracturation d’un matériau rigide, ont fourni une énergie de magnitude locale maximale (ML) égale à M 0,5. De même, il a été enregistré cinquante-quatre (54) événements associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, classées longue période (LP) de grandeurs locales (ML) égales et inférieures à 1,2 et de valeurs de déplacement
réduite (RDC) de 0,7cm2 .

Le 30 Octobre à 09h32 HL (12h32 GMT) à travers les webcam une émissions de cendre du volcan Lascar a été observée présentant une hauteur de plus de 2500 m, et se dirigeant vers le côté nord-est (NE) du volcan, le signal sismique qui a accompagné ce processus a présenté
un petit déplacement de 1 cm2, valeur considérée comme faible à modéré.

Des observations d’ incandescence de nuit grâce à des caméras IP, ont été enregistrées ,celle-ci étant en corrélation avec le rayonnement thermique publié par Mirova (Moyen d’Observation infrarouge de l’activité volcanique).
A partir des données fournies par les trois postes GNSS, qui permettent de mesurer la déformation de la surface du volcan , il a été observé au cours de la dernière période , par la station située au sud du cratère actif , un mouvement d’ampleur modérée et constant dans le temps, montrant un raccourcissement de 1,8 cm de la longueur de la ligne traversant le cratère actif du volcan.

Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) du volcan Lascar , enregistrées par l’équipe DOAS (différentiel de spectrométrie d’absorption optique) de la station Lascar, installée à 6 km au nord-nord-ouest (NW) du cratère actif, a présenté une valeur moyenne mensuelle de 491 ± 47 T/jour et une valeur maximale de 1171 T/jour , enregistrée le 30 Octobre.
Cette augmentation de flux observée le 30, est associée à l’augmentation de l’activité interne du système volcanique.

07/11/2015. Lascar, Chili :

Source : Sernageomin, Latercera.com

Rapport d’activité volcanique spécial (REAV)
Région d’Antofagasta , le 30 octobre 2015 à 09: 45 hl

Le Service national de géologie et des mines (SERNAGEOMIN) et l’ Observatoire Volcanologique des Andes méridionales (OVDAS), communique ce qui suit:

A 09: 32HL (12: 32GMT) via la webcam du volcan Lascar, il a été observé une émission de cendres a une hauteur de 2500 m, en direction du flanc Nord-Est du volcan. Le signal sismique qui a accompagné ce processus , en superficie, présente un déplacement réduit de 1cm2 , ce qui est considéré comme faible à modéré.

Au moment de la publication de ce rapport , les émissions de matières particulaires ont continué , leur évolution est évaluée.
L’éruption n’a été précédée d’aucun signe précurseur, ce qui pousse à croire qu’elle a probablement une origine phréatique. La dernière éruption majeure du Lascar remonte à 2005.

En raison des faits ci dessus, le niveau technique d’alerte volcanique passe à JAUNE.
Le SERNAGEOMIN – OVDAS continue la surveillance en ligne et rapportera en temps opportun les changements de l’activité du volcan .

Le Lascar est le volcan le plus actif des Andes du nord du Chili. Ce stratovolcan andésitique à dacitique contient six cratères sommitaux qui se chevauchent. Des coulées de lave importantes descendent ses flancs Nord-Ouest. Un plus vieux stratovolcan à 5 km vers l’Est, le Volcán Aguas Calientes, affiche un cratère sommital bien développé et un flux de lave , probablement de l’ Holocène près de son sommet (de Silva et Francis, 1991). Le lascar se compose de deux grands édifices; l’activité a commencé au volcan de l’Est, puis s’est déplacée vers le cône de l’Ouest. La plus grande éruption a eu lieu il y a environ 26500 années, et suite à l’éruption/coulée de scories Tumbres il y a environ 9000 années, l’activité s’est décalée , avec un retour à l’édifice de l’Est, où trois cratères qui se chevauchent ont été formés. De petites à modérées éruptions explosives fréquentes ont été enregistrées depuis le milieu du 19e siècle, avec de plus grandes éruptions périodiques qui ont produit des chutes de cendres à des centaines de kilomètres. La plus grande éruption historique a eu lieu en 1993, produisant des coulées pyroclastiques jusqu’à 8,5 km au Nord-Ouest du sommet et des chutes de cendres à Buenos Aires.

31/10/2015.  Láscar, Chili :

Source : Sernageomin, GVP .

Photo : aoc.nrao.edu, Darack/Alamy.