Les îles Sandwich du Sud ne sont guère connues que des passionnés de volcans, de terres polaires ou de faune sauvage !

Aller découvrir ces volcans actifs quasi-inexplorées, ces îles inhabitées et sauvages et vivre une authentique aventure polaire, c’est le rêve qui m’a poussé à organiser ce voyage en février/mars 2022.

L’exploration de cet archipel volcanique, dont on connaît les éruptions qu’à travers l’interprétation des images satellites et quelques très rare observations historiques, est l’objectif de ce voyage atypique. Nous aurons une attention particulière sur le Mont Michael sur l’île Saunders, puisque les images satellites et les anomalies thermiques détectées laissent penser qu’il pourrait y avoir un lac de lave permanent ou quasi-permanent dans ce cratère !

Accompagné de 3 skippers expérimentés, accoutumés à naviguer dans les eaux antarctiques et d’un bateau adapté à ces régions polaires, notre périple démarrera aux Malouines pour rejoindre la Géorgie du Sud et enfin descendre encore plus aux Sud jusqu’au chapelet des 11 îles des Sandwich. C’est un voyage de 7 semaines ouvert à seulement 8 passagers.

Outre l’île de Saunders, où l’activité du Mt Michael est très importante avec la présence probable d’un lac de lave, le volcan Zavodovski dont la première éruption observée date de 1819, semble avoir connu de nombreuses éruptions historiques dont une récente en 2016. Cette île abrite également la plus grande colonie au monde de manchot à jugulaire avec 700 000 à 1 million d’individus !

Sur l’île Candlemas, le volcan Lucifer Hill présente actuellement une activité fumerolienne persistante.  Des geysers et des piscines chaudes ont également été observés à plusieurs reprises au cours du 20e siècle.

Le mont Belinda, sur l’île Montagu, aurait été en éruption de 2001 à 2007 d’après l’analyse des anomalies thermiques. Durant cette période, une coulée de lave a atteint la côte nord de l’île. Depuis 2010, on observe parfois des anomalies thermiques très localisées et mineures sans doute liées à de l’activité fumerollienne.

L’éruption la plus récente sur l’île de Bristol s’est produite sur le mont Sourabaya en avril-août 2016. Elle a été identifiée par l’imagerie satellite qui a détecté des anomalies thermiques, des panaches d’éruption et deux bras de coulées de lave. La présence de la banquise une bonne partie de l’année rend les observations difficiles.

L’île Bellingshausen est la plus petite île du groupe Thulé du Sud à l’extrémité sud de l’arc insulaire. Sur le flanc sud de l’île, est présent un vaste champ de lave bien conservé. Une éruption s’est produite sur le côté sud de l’île à la fin du 20e siècle où un petit cratère d’explosion s’est formé au sommet entre 1964 et 1986. Des fumerolles actives sont encore présentes sur le bord du cratère sud.

Les volcans du Nicaragua y sont nombreux mais relativement peu élevés. Le plus haut d’entre eux est le San Cristobal qui culmine à 1745 m. Ces volcans sont régulièrement actifs, les derniers en dates sont le Masaya, le Telica et le Momotombo.

Le lac de lave du Masaya

Le Masaya culmine à 635m d’altitude. Le centre de l‘édifice comporte une vaste caldeira de 6x11km entourée de falaises d’une hauteur de 300 mètres. On y trouve à l’intérieur une douzaine de petits cônes percés d’un cratère, actif à tour de rôle. Le cratère de Santiago (450m de diamètre) abrite depuis 11 décembre 2015 un petit lac de lave d’une taille estimée à 40×30 m situé à une profondeur de 250m. A ce jour, le lac est encore présent mais bien plus profond. Les lacs de lave restent exceptionnels dans le monde.

Telica et Momotombo

La dernière activité du Telica a eu lieu entre le 23 septembre 2015 et le 8 mai 2016 avec un panache éruptif allant à une hauteur de 600 mètres. Le Momotombo a un cône qui culmine à 1297 mètres. Son petit frère, le Momotombito a fait une éruption majeure en 1609-1610, qui associée à un séisme, a détruit la ville de Leon Viejo.

La naissance du Cerro negro

La « colline noire » est formé par l’accumulation de bombes, lapillis et cendres. Ce volcan est né en 1850 et le cône basaltique mesure aujourd’hui environ 250 mètres de haut, soit une altitude de 728 mètres.  Observer la naissance d’un volcan reste quelque chose de très rare dans les temps historiques.

Inspiré d’un article de Jacques-Marie Bardintzeff et Sylvain Chermette paru dans L.A.V.E

Lac de lave Masaya Nicaragua
Volcan Telica Nicaragua
Cerro Negro Nicaragua