La communauté des astronomes laisse entendre que la comète ISON pourrait être la comète de l’année. Grâce à son télescope Hubble, la NASA a pris une photo de la comète ISON dans la nuit du 10 au 11 avril qui montre que celle-ci accroît son activité. Les scientifiques ont observé que la comète possède un noyau de taille étonnement petite (moins de 6 kilomètres) alors que la taille de la queue est proche des 3700 km. Mais ce qui intéresse le plus les astronomes est l’extrême brillance qui la caractérise et qui devrait augmenter lorsque la comète approchera du Soleil. Elle pourrait devenir la plus brillante des comètes, rivalisant alors avec la pleine lune, au dire de certains.

Prochainement dans notre système solaire, il serait possible de l’observer dans l’hémisphère nord en novembre / décembre 2013. Si les calculs des scientifiques se révèlent exacts, ce pic de luminosité sera atteint le 29 novembre 2013.

Elle serait alors à 634 millions de kilomètres de la Terre et 621 millions de kilomètres du Soleil. Toutefois, le risque que la comète se désintègre lors de son passage à proximité du soleil n’est pas nul, mais les scientifiques pensent qu’en l’état actuel des observations, l’hypothèse plus séduisante d’un passage éblouissant est loin d’être improbable.

C’est pourquoi nous organisons un séjour d’observation des aurores boréales, et nous l’espérons de la comète du 23/11 au 01/12 en plein cœur de l’Islande où nous avons, pour l’occasion, privatisé un refuge de montagne à plus de 100 km de la première habitation ! Au-delà de la situation géographique favorable à l’observation, nous pourrons chaque jour profiter du confort d’une rivière d’eau chaude (38/40°C) et de nombreuses manifestations géothermiques présentes sur le site (sources chaudes, mofette, etc.) Nous espérons ainsi pouvoir observer (et photographier) conjointement la comète et des aurores comme nous avons pu le faire au mois de mars avec la comète PANSTARRS (photos ci-dessous)

Découvrez le voyage dont le départ est d’ores et déjà confirmé : ICI

 

Deux voyages en Islande étaient programmés en mars cette année sur la thématique des aurores boréales. Une météo excellente et une activité aurorale particulièrement intense ont favorisé le succès de ces deux séjours.

Pour ceux qui n’étaient pas du voyage, la galerie photo ci-dessous nous permet de vous faire partager les grands moments d’observation des aurores que nos clients ont vécus lors de ces séjours.

[cincopa AEJAALLouw-I]

Pour mémoire, les aurores boréales sont directement liées à l’activité du soleil et aux cycles solaires qui correspondent à des pics d’activités récurrents en moyenne tous les 11 ans. Ainsi, l’hiver 2012/2013 et l’hiver 2013/2014 doivent être des périodes privilégiées d’observation. Le mois de mars 2013 n’a pas dérogé aux prévisions !

Pesnell (NOAA/NASA Solar Cycle Prediction Panel) observe que le nombre de taches solaires est monté en flèche en 2011, est redescendu en 2012 et il s’attend à une remontée en 2013. « Je crois pouvoir dire avec certitude qu’un nouveau pic d’activité se produira en 2013 et se prolongera peut-être même jusqu’en 2014 », prédit-il.

 Photos : S. Chermette / E. Le Berre / S. Vechard

Pour ceux qui souhaiteraient nous rejoindre pour un voyage sur le thème des aurores boréales, vous pouvez réserver dès maintenant l’un des séjours ci-dessous :

9 jours au cœur du désert Islandais pour observer les aurores boréales :

  • Départ unique du 23/11 au 01/12/2013

 

Voyage sur la côte Sud de l’Islande, étoiles et lumières polaires :

  • Du 23 /02 /14 au 02 /03 /14
  • Du 02 /03 /14 au 09 /03 /14

 

Autotours en Islande et aurores boréales : 

5 jours en Islande sur la côte sud pour profiter des aurores boréales

8 jours en Islande sur la côte sud pour profiter des aurores boréales

 

 

C’est un petit pays dont on entend de plus en plus parler et où de plus en plus de français se rendent : c’est officiel, l’ Islande fait désormais partie des destinations phares des touristes hexagonaux, avec une augmentation de 16% depuis le début de l’année. Eté comme hiver, le pays attire toujours plus de visiteurs : mais comment donc expliquer un tel engouement ?

A 80 jours voyages, nous ne sommes pas vraiment étonnés. Amoureux de cette terre volcanique, nous savons parfaitement l’effet qu’elle procure à quiconque y met les pieds. On peut essayer d’expliquer ce qu’on ressent dans la nature islandaise, mais les mots sont impuissants à traduire les sentiments de chacun. L’ Islande, c’est avant tout une nature intacte et profondément respectée par ses habitants. Ici, on sait que c’est elle qui décide : la terre tremble, le pays s’écarte, les volcans explosent et le vent souffle violemment. L’homme y est humble, conscient de sa petite taille face à la force de la nature, mais capable de profiter de tous les bienfaits qu’elle procure : la géothermie y est largement exploitée, les piscines d’eau chaude, naturelles ou pas, font partie intégrante du décor et de la culture du pays, les sentiers de randonnées sont balisés et les refuges confortables. L’été, le visiteur peut profiter des journées sans fin et l’hiver, admirer les aurores boréales.

A une époque où tout va toujours plus vite, où l’on parle de plus en plus de la difficulté de chacun de se déconnecter de ses appareils électroniques, alors que l’on est habitué à être joignable en toute circonstance, l’ Islande appartient à ces detsinations nature qui ont le vent en poupe, car elles permettent à chacun de se retrouver avec soi-même, et de renouer le lien avec une nature oubliée.

Découvrez nos voyages en Islande, été comme hiver.

Tout le monde a déjà entendu parler des aurores boréales… oui, mais dans le fond, qu’est-ce que c’est ? L’aurore polaire ( boréale pour celle qu’on observe dans l’hémisphère nord, australe pour celle de l’hémisphère sud ) est un phénomène physique : c’est le résultat de la collision entre les particules rapides de la magnétosphère et les atomes et ions de la ionosphère. Lors des éruption solaires, des particules, principalement des électrons, sont propulsées en direction de la terre et de sa magnétosphère. Elles se dirigent vers les pôles et leur collision avec l’atmosphère crée ces phénomènes lumineux exceptionnels. Les aurores peuvent durer plusieurs minutes, et sont soit rouges, soit jaune-vert. Il y en a tout le temps, mais pour les voir, il faut que toutes les conditions soient réunies : un ciel noir, clair et dégagé, sans pollution lumineuse. L’hiver est donc la période idéale pour les observer, mais il est également possible d’apercevoir une aurore lors d’une nuit d’été dégagée !

Découvrez nos voyages d’observation des aurores boréales.

La tempête solaire qui a atteint la terre le semaine dernière et qui était provoquée par deux éruptions de plasma solaire devait être d’après l’agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) niveau trois (sur cinq), ce qui en aurait fait la plus puissante depuis 2006. Elle a finalement été classée force un, de même force que celle qui s’était produite le 23 janvier.
Ainsi, elle n’a provoqué aucune perturbation dans les communications satellitaires. Joseph Kunches explique qu’il est « très difficile, voire quasiment impossible, de prédire la direction du champ magnétique en observant une éruption de plasma solaire ».
Toutefois, les éjections de masse coronale à l’origine de cette tempête, lors de leur contact avec le champ magnétique terrestre on crée de belles aurores boréales qui ont pu être observé dans les hautes latitudes telles que l’Islande.
L’observation du cycle solaire laisse pensé que l’activité solaire sera à son maximum en 2013, de quoi nous préparer un bel « hiver auroral » l’année prochaine !

Contactez-nous dès aujourd’hui pour nos séjours d’observation des aurores boréales 2013.

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS

N’attendez pas pour rester au courant de nos actualités scientifiques et touristiques. 
Inscrivez-vous dès maintenant

Nom:
Email:

Les autorités américaines ont annoncé que la plus forte éruption solaire observée depuis 2005 s’était déclenchée dimanche. Cette éruption a projeté dans l’espace une grosse masse coronale, autrement dit un nuage de plasma solaire au champ magnétique intense. Cette éruption se classe en catégorie 3 sur une échelle qui en compte 5.

Retrouvez l’article publié dans « Le Monde » ici.

Les aurores boréales accompagnent souvent les éruptions solaires. Depuis 2011, le soleil est dans une phase très active laissant pour cette année, comme l’année dernière, de grandes chances de profiter du spectacle fascinant que sont les aurores boréales, pour ceux qui comme nous voyageront en arctique cet hiver. D’après l’astronome Thorsteinn Saemundsson qui suit de très près les éruptions solaires, il est difficile d’estimer précisément l’arrivée des aurores boréales liées aux éruptions.

Il reste quelques places :

Aurores boréales et découverte de l’Islande (séjour accompagné du 19 au 26 février 2012).

Autotour Islande et aurores boréales.

 

Le concours annuel du « The World At Night » (TWAN) récompense les photos de nuit sur des sites remarquables par leur beauté ou leur aspect historique. Près de 240 participants issus de plus de 30 pays ont participé cette année dans les deux catégories : “Beauty of the night sky” pour les œuvres purement esthétiques, et  “Against the Light” traitant de la pollution lumineuse.

Le premier prix dans la catégorie “Beauty of the night sky” a été décerné à Stéphane Vetter pour sa photo « A Starry Night of Iceland » qui présente les aurores boréales et la Voie lactée au-dessus d’un paysage Islandais.

Découvrez sa photo ici

Vous aussi, venez découvrir l’Islande, ses aurores boréales et le lagon de Jokulsarlon.


S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

 

L’émission L a tête au carré (France Inter) présenté par Mathieu Vidard , mercredi 30 mars (14h-15h) a mis sous les projecteurs les aurores Boréales.
Deux spécialistes nous ont permis de mieux connaître ce phénomène, comprendre la formation de ces lumières polaires et partager leurs expériences  :

Invités pour cette émission :
Olivier Grünewald, photographe
Il a réalisé un grand nombre de photo reportages sur les aurores boréales

Jean Lilensten, de l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble
Directeur de recherches au CNRS, planétologue à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble. Il travaille sur l’impact de l’activité solaire sur les atmosphères des planètes, dont les aurores sont la manifestation la plus connue et la plus spectaculaire.

Écoutez ou ré-écoutez l’émission ici

Retrouver nos voyages “aurores boréales”

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Nous avons accompagné du 6 au 13 mars un petit groupe en quête d’observation d’aurores boréales en Islande. Après de nombreuses nuits passées à admirer ce spectacle de lumières polaires féeriques, nous avons pensés qu’il pouvait être opportun de donner quelques petites explications sur ces aurores boréales et d’illustrer tout cela avec certaines des nombreuses photos prises pendant notre séjour en terre Islandaise… Ainsi, vous pourrez partager un peu l’émotion du groupe, improvisé pour l’occasion en “chasseurs d’aurores”…

Qu’est ce que sont les aurores boréales ?
Comment se forment ces aurores ?
Pourquoi la lumière est-elle verte ?
Quels sont les “prédateurs” de ces “lumières polaires” ?

Pourquoi en mars ?

La réponse à ces questions et de nombreuses photos ici…



Nous vous parlions la semaine dernière de l’éruption solaire du jeudi 24 février et des liens entre ces éruptions solaires et les aurores boréales.

Cette éruption solaire à durée environ 90 min, et la Nasa nous permet aujourd’hui de voir un film de l’éruption reconstitué grâce aux images de SDO.

Lors de ces éruptions solaires, en plus des rayonnements, le soleil éjecte également dans l’espace des quantités massives de particules chargées. Ce sont ces particules projetées à près de 900 kilomètres par seconde qui en atteignant l’orbite terrestre  permettent l’observation d’aurores boréales.

La vidéo de la Nasa ici

Retrouvez nos voyages d’observation des aurores boréales en Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: