Sur les tremblements de terre du Bárðarbunga

20/05/2016

Les mesures sismiques autour du volcan Bárðarbunga montrent que la libération de moment sismique sur la faille de l’anneau de la caldeira du volcan ont augmenté progressivement depuis la mi Septembre 2015. Cela signifie que des tremblements de terre plus forts qu’auparavant sont détectés dans les derniers mois. En dépit de l’augmentation de l’activité, il n’y a aucun signe de tremor volcanique.

L’analyse des données des tremblement de terre suggère que les mouvements sur la faille sont opposés à ceux qu’ils avaient pendant la période d’affaissement lors de l’éruption de Holuhraun. Les mesures GPS en continu montrent des mouvements loin du Bárðarbunga, ce qui suggère une inflation. Les images satellitaires traitées par l’Université d’Islande montrent que les chaudrons hydrothermaux dans la glace au bord de la caldeira se sont approfondis , ce qui pourrait refléter une activité croissante de la géothermie.

Depuis la fin de l’éruption de Holuhraun en Février 2015, 45 séismes de magnitude supérieure à M3 ont été détectés autour de la caldeira du Bárðarbunga, 42 d’entre eux depuis le 1er Septembre 2015 et 31 depuis le 1er janvier 2016. Les événements les plus forts ont été de M4.2 le 8 Avril 2016 et de M4.4 le 20. mai 2016.

L’augmentation de l’activité sous le Bárðarbunga dans les derniers mois pourrait refléter une accumulation de magma au-dessous du volcan. Bien que d’autres explications aient été envisagées, par exemple l’augmentation de la pression d’eau dans le système hydrothermal à l’intérieur de la caldeira, les variations de pression dues à l’évolution de la charge de la glace ou un frottement accru sur la faille de l’anneau due à la pression croissante du magma .

Le Bureau météorologique islandais suit l’activité 24/7 et mettra à jour le public en cas de tout changement.

21/05/2016. Bárðarbunga , Islande :

Source : Vedur . is.

Guatemala 20 mai 2016, 19h10 (heure locale)
Eruption du volcan Fuego avec flux pyroclastiques.

Type d’activité : Vulcanienne
Morphologie: Stratovolcan composite
Localisation géographique: 14° 28’54 » Latitude N ; 90° 52’54 » Longitude W.
Altitude: 3,763msnm.

Le volcan Fuego poursuit son activité éruptive, générant des flux pyroclastiques de type » Boiling over » (phénomène causé par une surchauffe du magma, puis sortant du cratère rapidement avec du matériel volcanique abondant et des nuages brûlants). L’enregistrement sismique de la station FG3 montre la descente de petits flux pyroclastiques circulant à travers le canyon de Las Lajas, provoquant des avalanches sur leur chemin.

Ce type d’éruption fournit beaucoup de débris dans les canyons , les remplis, de sorte qu’ils peuvent déborder dans les régions où il existe déjà des dépôts provenant des éruptions passées.
En raison des conditions météorologiques, ces matériaux peuvent provoquer la descente de lahars moyens , à des températures élevées et affecter les canaux en aval, provoquant des inondations.
Des chutes de cendres sur les flancs Sud, Sud-Ouest et Ouest du complexe volcanique, à une distance de 20 km n’est pas exclu.
Les cendres en contact avec des gouttes d ‘eau forment de la boue, il est conseillé de ne pas quitter la maison et de rester attentif à cette activité.
Ceci est une phase éruptive du volcan Fuego qui peut continuer dans les prochaines heures, jours ou semaines, il ne convient pas d’être dans les canyons ou à proximité de ceux-ci.

Par conséquent, l’ INSIVUMEH recommande:

A la SE-CONRED:
Mettre en œuvre la vigilance qu’il juge nécessaire en fonction de cette activité et d’être conscient du comportement du volcan , compte tenu des dépôts de matériel actuel existant pouvant générer de grands lahars dans les ravines de Las Lajas et El Jute dans la soirée en raison des précipitations d’ aujourd’hui.
A l’ aviation civile:
Il est recommandé de prendre des précautions avec la circulation aérienne, le panache de cendres se déplace au Sud, Sud-Ouest et à l’Ouest , sur une distance de 20 kilomètres, avec la possibilité de se déplacer plus loin au cours des heures.

21/05/2016. Fuego, Guatemala :

Source : Insivumeh.

Photo : G Chigna

France 2 a diffusé il y a quelques jours un reportage sur le Dallol et sur les recherches scientifiques liées au développement de la vie dans cet environnement hostile. En plus de découvrir les superbes paysages de la région en images, quelques éléments sur la formation de cette zone géographique sont expliqués.

Replay « Découverte : De la vie à Dallol »

Si vous aussi vous souhaitez découvrir cette zone du monde unique, voici nos prochains départs :

ETHIOPIE : Spécial passionnés et photographes – 9 jours
ETHIOPIE : Danakil – Volcans, Déserts et Caravanes de Sel – 8 Jours

Mercredi, 18 mai 2016
RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ DU VOLCAN

Le volcan s’est maintenu avec une activité élevée.
Dans l’après-midi hier et plus tôt aujourd’hui ont été observé des émissions de blocs incandescents vers les flancs Sud et Sud-Est, jusqu’à 1000 mètres au-dessous du cratère. En outre, il a pu observé des émissions de gaz et de cendres vers l’Ouest, qui ont atteint 1500 m.
En plus, ont été généré des flux pyroclastiques jusqu’à 1500 m au-dessous du bord du cratère sur le flanc Sud-Est.
TECHNIQUE ET OBSERVATIONS ANNEXE
Sismicité:
Depuis 11h00 (TL) hier jusqu’à 11h00 (TL) aujourd’hui, 22 explosions (EXP), 23 événements longue période (LP), 2 épisodes de tremor d’émission (TRE), et 1 épisode de tremblement harmonique (TRA) ont été enregistrés .
Observations des émissions et des cendres:
Dans l’après-midi hier, on a observé des émissions de gaz et de cendres vers le Nord-Ouest, ainsi que des émissions de blocs incandescents vers les flancs Sud et Sud-Est, jusqu’à 1000 mètres au-dessous du cratère. Dans les heures du matin, une coulée pyroclastique est descendue de 1500 mètres au-dessous du cratère sur le flanc Sud – Est . En ce moment, le secteur du volcan est trouble.
Pluies et lahars:
Il n’y a pas eu de pluies dans le secteur du volcan.

INFORMATIONS GÉNÉRALES
Ce rapport sur une base quotidienne sera publiée à 12h00 (TL) . Dans le cas d’une augmentation ou d’un changement dans le comportement du volcan, il sera émis immédiatement un rapport spécial.

20/05/2016. Reventador , Equateur :

Source : IGEPN

L’OVSICORI-UNA a rapporté qu’une explosion du Turrialba à 11h40 le 16 mai a généré des émissions de gaz et de cendres, bien que la hauteur du panache n’ait pas été déterminée en raison du brouillard. Les modèles de vent ont suggéré que le panache de cendres s’est élevé de 3 km au-dessus du cratère et a dérivé vers l’Ouest-Nord-Ouest et le Valle Central. Des fonctionnaires présents sur les fermes à 2,5 km vers l’ Ouest-Nord-Ouest ont rapporté des chutes de cendres abondantes. Le tremor soutenu avec une amplitude importante et très variable a continué à être enregistré. Le 17 mai , des émissions de gaz et de vapeur, par intermittence, mais contenant souvent des cendres, ont été enregistrées par la webcam. Tout au long du jour , l’amplitude volcanique du tremor a considérablement diminué, bien que de nombreux tremblements de terre ont continué à être enregistrés. Les émissions de cendres ont progressivement pris fin. Vers 18h00, le réseau sismique a commencé à enregistrer un grand nombre de tremblement de terre de très longue période, et à environ 22h00 , des tremblements volcaniques avec une amplitude significative ont été détectés. La sismicité est resté élevée le lendemain matin

Mise à jour CNE Turrialba 2h40 pm

Selon l’ OVSICORI-A, le volcan Turrialba montre un changement radical dans le modèle du tremor sismique volcanique, a été maintenant enregistré un tremor harmonique continu à partir de 13h00
Le tremor harmonique reflète le mouvement des fluides (gaz-liquide ou même magma). Malgré le changement de la nature des tremblements, les émissions de gaz , de vapeur et de cendres se maintiennent à une hauteur relativement faible , ne dépassant pas 200-300 mètres au-dessus du sommet.
La dispersion se fait vers le Sud-Ouest. Jusqu’à présent, l’endroit le plus éloigné où provienne les rapports de chutes de cendres est de San Gerardo de Irazu.
En outre, le CNE a établi une restriction de périmètre de 5 km autour du cratère du volcan Turrialba, par mesure de précaution.

Les agences scientifiques-techniques et le CNE maintiennent une surveillance constante de l’activité volcanique. ainsi que la coordination avec le Comité d’urgence municipal de Turrialba (CME).

L’activité du Volcan Turrialba, situé à environ 50 kilomètres à l’est de la capitale, San José, a considérablement augmenté le jeudi avec des émanations constantes de cendres et au moins trois grosses explosions.
Selon l’Université du Réseau national sismologique du Costa Rica (RSN), la première explosion a eu lieu à 14h05 et a formé un panache de gaz et de cendres qui a atteint près de 1 km de haut.
La seconde, et la plus longue , a eu lieu à 15h46 et a duré trois minutes. Quelques minutes plus tard, à 16h09, une troisième explosion a été enregistrée.

La colonne de gaz et de cendres à environ 16h20 s’est élevée à plus de 500 mètres au-dessus du cratère et le vent à ce moment-là a dispersé les cendres du volcan, principalement vers le Sud-Ouest .
Des chutes de cendres ont été rapportées à San José et dans la province d’Heredia.

Le volcan Turrialba a vu son activité s’accroitre après l’explosions de la fin Avril, avec certaines explosions qui se sont étendues pendant plusieurs heures. L’ Observatoire de l’Université nationale de Volcanologique et Sismologique du Costa Rica (OVSICORI) a signalé que des micro-tremblements et des éruptions de cendres du volcan ont été constants depuis l’éruption enregistrée à 22h07 mercredi.
Mercredi, la Commission nationale d’urgence (CNE) a établi une zone d’accès restreint de 5 km autour du volcan. L’entrée du Parc national du Volcan Turrialba a été fermé à tous les visiteurs depuis 2014.
Dans un rapport, le géologue du CNE Blas Sánchez dit que les cendres et d’autres matériaux venant des explosions sont visibles dans différentes fermes situées à l’Ouest du volcan. Il a également signalé que les cendres s’accumulent dans différents cours d’eau à proximité.

20/05/2016. Turrialba , Costa Rica :

10,025 ° N, 83,767 ° W
Altitude 3340 m

Source : GVP , CNE, Tico Times .

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz, du 10 mai au 16 mai 2016

Le niveau d’activité se poursuit au niveau:
Niveau d’activité Jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du Nevado del Ruiz, le SERVICIO GEOLÓGICO COLOMBIANO rapporte que:

Au cours de la dernière semaine l’ activité sismique du volcan Nevado del Ruiz s’est présentée principalement associée à la fracturation des roches au sein de l’édifice volcanique, montrant une légère diminution en nombre et en énergie libérée par rapport à la semaine précédente . Les tremblements de terre sont situés principalement dans les zones sismogènes Nord proximale , Nord distales et du Nord-Est par rapport au cratère Arenas , dans son voisinage , et dans le cratère lui même. A une moindre mesure, il a été enregistré une activité dans les secteurs du Sud, du Sud-Est et de l’ouest de la structure volcanique.

La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine correspondait au tremblement de terre enregistré le 13 mai à 16h21 (heure locale) avec une magnitude de 1,0 ML (de magnitude locale) à une profondeur de 4,14 km. Il était situé à 2,1 km au Nord-Est du cratère Arenas. Au cours de la semaine , un épisode sismicité de type « Drumbeat », de basse énergie et de courte durée, le 13 mai , de 11:47 à 11:54 (heure locale) a été enregistré.L’activité sismique liée à la dynamique des fluides dans les conduits volcaniques caractérisés par l’apparition de tremblements de terre longue période (LP) et à très longue période (VLP), ainsi que des épisodes de tremor volcanique continu de faible niveau d’énergie , ont également été enregistrés . Des impulsions de tremor avec des niveaux d’énergie différents ont été notés , certains de ces signes ont été associés à des émissions de gaz et de cendres. Ces événements ont été localisés principalement dans secteur Sud-Est du volcan et près du cratère Arenas. L’enregistrement de nouveaux signaux sismiques de ce type avec des niveaux élevés d ‘énergie et des émissions de cendres dans l’atmosphère ne sont pas exclus.

La déformation volcanique, mesurée à partir d’inclinomètres électroniques, des systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) et des images satellites pour suivre les changements dans l’inclinaison, la position et la forme du volcan (respectivement), continue à enregistrer des changements .
Le volcan continue à émettre dans l’atmosphère des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz , y compris du dioxyde de soufre (SO2) , comme cela a été estimé par les stations permanentes SCANDOAS installées dans la région du volcan et par l’imagerie par satellite.

Sur le suivi des images satellite fournies par le site Mirova, des anomalies thermiques ont été identifiées au cours de la semaine, dans les environs du cratère Arenas , le 11 et le 12 mai, avec une valeur maximale de 5 MW. La persistance de ces anomalies confirme l’instabilité du volcan Nevado del Ruiz et a confirmé que le processus volcanique continue d’évoluer.
La colonne de gaz, de vapeur et de cendres a atteint une hauteur maximale de 1700 m , mesurée à partir du sommet du volcan, le 12 mai. La direction de la dispersion de la colonne était en ligne avec le régime des vents dominants dans la région, qui, au cours de la semaine ont montré la direction prédominante vers l’Ouest , le Nord-Ouest et, occasionnellement, vers le Sud-Ouest du volcan.

Source : SGC.

Mise à jour INGV ETNA , 19 mai 2016, 11:00 UTC

Au cours de l’après-midi du 18 mai 2016, l’activité de fontaine de lave du cratère de la Voragine de l’Etna est passé à une activité strombolienne modeste, qui a continué à alimenter le débordement de lave vers l’Ouest jusqu’à la fin de soirée (voir première image à gauche, enregistrée par la caméra thermique de Bronte , EBT). Une deuxième coulée de lave, qui a été émise par un évent effusif situé près du plus bas des deux petits cônes formés au cours de l’activité subterminale de Juillet-Août 2014, à la base Est du cratère du Nord-Est (NEC), qui s’est élargie dans la partie Nord de la Valle del Bove dans la direction de Monte Simone. Cette coulée de lave est restée active jusqu’aux premières heures du matin d’aujourd’hui, le 19 mai 2016 (voir la deuxième image de gauche, enregistrée par la caméra haute définition de Monte Cagliato, EMCH), bien que son front le plus avancé semblait stagner après minuit. Peu avant minuit, il y a eu une nouvelle augmentation de l’amplitude du tremor volcanique , et l’ inclinomètre installé à Punta Lucia, à environ 1 km au Nord-Ouest du NEC, a enregistré une nouvelle l’inflation de la zone du sommet du volcan.

Dans la matinée, l’amplitude du tremor volcanique a montré une forte augmentation, et presque simultanément des détonations fortes et en continu ont été entendues dans les zones peuplées à l’Est et au Sud du volcan. Un nuage d’éruption dense a été soufflé par le vent fort vers l’Est à une altitude d’un peu plus de 1 km au-dessus du sommet de l’Etna (voir la troisième image à gauche, photographiée du village de Tremesteri Etneo, sur le flanc sud de l’Etna). Des chutes de cendres et de lapilli sont tombées sur le flanc Est du volcan, dans un secteur étroit immédiatement adjacent au Nord de la zone affectée par les chutes de tephra de la veille. L’observation de l’activité a été difficile en raison des conditions météorologiques plutôt mauvaises.

Les données instrumentales – principalement l’emplacement de la source de tremor volcanique et l’origine des signaux infrasons – indiquent qu’un nouvel épisode paroxystique était en cours à la Voragine (VOR). Cela a été confirmé quelques heures plus tard, quand les images transmises par la caméra de surveillance thermique EBT (Bronte) a révélé un nouveau débordement de lave vers l’Ouest, et l’alimentation d’une coulée de lave qui est descendue au-dessus de la lave de la soirée précédente. L’activité éruptive continuait à 09:00 heure locale, bien que l’amplitude du tremor volcanique diminuait. Au moment de cette mise à jour , les conditions météorologiques défavorables empêchent l’observation de l’activité en cours au sommet de l’Etna.

L’activité éruptive est contrôlée en permanence par les systèmes de vidéo , des caméras thermiques, stations sismiques et de déformation du sol.

Cette nuit , l’Etna nous a donné une pause et est resté silencieux , le tremor est redescendu un peu et la visibilité semble s’être améliorée par rapport à hier. A suivre.

20/05/2016. Etna, Sicile :

Source : INGV, Boris Behncke.

Photos : Turi Caggegi

Odile, une de nos fidèles voyageuse et amie a lancé son site internet de création textile. Des créations authentiques et uniques qui feront le bonheur de vos proches et réchaufferont vos intérieurs !

Voici une petite présentation de Rouge Coton contée par Odile.

« Rouge Coton est née en Alsace en juillet 2011 puis s’est installée en Rhône-Alpes fin 2013. Couturière de longue date, j’ai longtemps confectionné des vêtements et accessoires de mode puis me suis intéressée à la décoration intérieure. Tous les produits sont élaborés et confectionnés dans mon atelier à Ste Foy lès Lyon. »

Découvrir Rouge Coton

En général l’activité du volcan Sabancaya est faible. L’enregistrement des événements sismiques volcaniques montre des moyennes liées aux évènements de type LP (15 LP/ jour) et de Tremor (19 TRE / jour). Les événements volcano-tectoniques ont montré une activité accrue sur le foyer sismique situé à 9 km au Sud-Est de la ville de Maca. Cependant, les tremblements de terre de type VT proximaux ont été enregistrés avec parcimonie sur le Sabancaya.

Les événements de type VTPS (Volcano-Tectonique proximal), situés à moins de 6 km du cratère, ont diminué en moyenne, enregistrant 2 VTPS / jour. Deux événements de magnitude 2,6 ML et 2,7 ML enregistrés entre le 10 et le 14 mai, se détachent respectivement.
Les gaz magmatiques expulsés par le Sabancaya ont été sporadiques, tandis que l’émission de vapeur d’eau reste constante et prédominante. La hauteur au cours de cette période n’a pas changé par rapport au rapport précédent, variant entre 400 mètres et 800 mètres au-dessus du cratère.
La surveillance par satellite de la densité de SO2 et des anomalies thermiques Mirova n’ont pas détecté d’anomalies significatives dans cette période

19/05/2016. Sabancaya , Perou :

Source : IGEPN

Volcan Telica:
Le volcan Telica continue de montrer une haute micro-sismicité et de faibles émissions de gaz volcaniques. Aujourd’hui ( le 16/05) , à 08h37 , a été enregistré un tremblement de terre entre le Telica et le Cerro Negro , d’une magnitude de M 1,6 degrés .
L’amplitude sismique en temps réel est à des valeurs modérées , près de 80 unités.

Volcan Momotombo:
Samedi et Dimanche, le volcan Momotombo a présenté des périodes de micro-sismicité un peu élevées. À ce stade, elle reste à un faible niveau avec une faible émission de gaz volcaniques.
L’amplitude sismique en temps réel (RSAM) est à des valeurs faibles , moins de 70 unités.

Volcan Masaya :
A 23h17 hier et 3:21 am aujourd’hui ( le 16/05 ) des tremblements de terre de magnitude M2,1 et M1,0 degrés ont été enregistrés.
Le premier a eu lieu dans la caldeira du volcan Masaya et le second au Nord-Ouest de la caldeira.

Ces tremblements de terre ont des caractéristiques qui ont été induites par des mouvements de magma sous la caldeira du Masaya.
Un tremor volcanique de basse valeur est enregistré et l’ amplitude sismique en temps réel reste autour de 300 unités.
Le lac de lave continue sa forte circulation, et l’émission de gaz volcaniques est modérée.

Volcan San Cristobal :
À 23h48, le samedi un tremblement de terre sous le volcan San Cristobal, qui par sa faible ampleur ne pouvait pas être situé, a été enregistré. Ce tremblement de terre est liée aux mouvements de magma se produisant sous le volcan.
L’ émission de gaz volcanique est faible et l’amplitude sismique en temps réel est à des valeurs faibles, inférieure à 40 unités.

19/05/2016. Telica , Momotombo , Masaya , San Cristobal , Nicaragua :

Source : Ineter

Photo : Martin Rietze .