Plus de cent baleines blanches (bélougas) sont actuellement piégées en mer de Bering. Classés parmi les espèces menacées, les cétacés seraient en danger de mort. Les autorités russes envisageaient d’envoyer un navire brise glace pour permettre aux cétacés de rejoindre la pleine mer, mais les conditions météo rendent difficile l’accès à la zone. Le navire Russe pourrait arriver sur site en fin de week-end si les conditions météo deviennent plus clémentes. Toutefois, les scientifiques estiment que les individus les plus robustes pourraient tenir dans cette situation jusqu’au mois de Janvier avant de succomber au manque de nourriture ou à l’épuisement.

Découvrez nos voyages d’observation des cétacés.

Les Açores :

L’Afrique du Sud :

L’Islande :

La Patagonie (Argentine) :

 

Natures fortes – Le Groenland
Le parc national du Nord-Est du Groenland, le plus grand du monde, s’étend sur un million de km². Le réchauffement climatique provoque ici une fonte dramatique des glaciers. Balade à la découverte des boeufs musqués, des ours polaires, des morses et des eiders à duvet. Ces espèces survivront-elles ?

Retrouvez le documentaire de 43mn sur Arte+7 : ICI

Découvrez nos voyages “nature” au Groenland :

Destination Groenland

Le ministère de la pêche japonaise a annoncé le lancement de la campagne de pêche à la baleine en antarctique ainsi qu’un renforcement des mesures de lutte contre les organismes de défense des cétacés qui harcèlent les baleiniers japonais.

En février dernier, pour la première fois la campagne de pêche avait été écourtée suite aux actions répétées des navires de l’organisation Sea Shepherd. Le Japon avait ainsi annoncé étudier l’opportunité de poursuivre ou non la « pêche scientifique » à la baleine pratiquée par les baleiniers japonais.
Les défenseurs de cétacés considèrent que sous couvert de « pêche scientifique » (pratique tolérée par la Commission Baleinière Internationale) il s’agit en fait d’une pêche commerciale déguisée. D’autant plus que les autorités japonaises militent activement pour une reprise de la chasse commerciale.

En tant que passionnée de l’observation des cétacés, notre agence ne peut qu’encourager les autorités japonaises à stopper définitivement cette chasse.

Vous pouvez observer les baleines avec nous :

Aux Açores
En Afrique du Sud
Au Groenland
A Hawaii
En Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Le lagon glaciaire Jökulsárlón, alias Breidamerkurlón, est formé par les eaux de fonte et les icebergs qui se détachent du Breidamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajökull.
Un tiers du territoire Islandais est recouvert de glaciers. Les trois plus grands, Hofsjökull, Langjökull et Vatnajökull, réagissent différemment au réchauffement climatique. En particulier en fonction de l’altitude.
Le Langjökull, dans les hautes terres de l’Ouest, a la plus basse altitude (1 400 mètres) a diminué plus rapidement que les deux autres d’après le glaciologue Thorsteinn Thorsteinsson de l’Office météorologique islandais.
Hofsjökull est situé dans les hautes terres centrales et culmine  1 800 mètres. La fonte est plus lente bien qu’il a perdu 5% de sa taille, soit une dizaine de kilomètres cubes de glace, au cours des 15 dernières années.
Toutefois, les précipitations de l’hiver dernier dans le nord de Hofsjökull, ont permis au glacier d’augmenter de 1,73  mètres.
Il s’agit d’une amélioration de 18 pour cent par rapport à la moyenne de l’hiver entre 1988-2010.
L’été dernier, la plus importante fonte du glacier depuis 1988 a été mesurée pour l’Hofsjökull. Les cendres émises par l’éruption volcanique de l’Eyjafjallajökull ont favorisé la fonte des glaces.
En ce qui concerne Vatnajökull, il est de loin le plus grand des trois glaciers (grand comme la Corse) et le plus grand glacier d’Europe (hors calotte glaciaire du Groenland).
Son sommet culmine a une altitude de 2 100 mètres, le Hvannadalshnjukur et, est ainsi le plus haut sommet de l’Islande.
Thorsteinsson fait remarquer que suite aux chutes de neiges enregistrées, le Vatnajökull recule moins, chaque année, au prorata des deux autres glaciers, bien que l’ensemble des glaciers islandais soient en diminution d’année en année.

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article (en anglais) ici

Retrouvez nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Les premières sternes arctiques de la saison sont arrivés en Islande vers le 10 mai. Quatre oiseaux ont été repérés près de Gardur au sud-ouest l’Islande le 10 mai. Ces oiseaux migrateurs arrivent chaque année au même endroit et au même moment.

Depuis lors, les sternes ont été repérées dans d’autres endroits en Islande,
D’autres d’oiseaux ont été aperçus dans le nord et l’est ce printemps. Magnússon fait remarquer que les sternes ont afflué à Grímsey (île au nord de l’Islande située sur le cercle polaire) au cours des deux derniers étés, l’abondance de nourriture dans les eaux autour de l’île a favorisé la nidification.

Toutefois, il est encore difficile d’évaluer les perturbations causées par la météo hivernale et par l’éruption du Grimsvötn (et son nuage de cendres) sur les routes de migration de sternes.

Pendant plusieurs semaines les températures sont restées très faibles dans le nord et le sud est a subit d’importantes “chutes de cendres”.

La sterne arctique est l’oiseau migrateur qui migre sur la plus longue distance à chaque printemps. Ce petit oiseau se déplace de son habitat d’hiver dans l’Antarctique à ses sites de nidification en Islande et dans les régions arctiques.

Cliquez ici pour lire au sujet des difficultés de reproduction de la sterne arctique (en anglais).

voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

L’exploration pétrolière et minière, la pêche et même le tourisme sont à l’ordre du jour de la réunion que regroupent les ministres des affaires étrangères de huit pays riverains de l’Arctique à Nuuk au Groenland.
Américains, canadiens, danois, finlandais, islandais, norvégiens, russes et suédois doivent discuter des règles pour l’exploitation de cette région du globe gravement menacée par le réchauffement climatique et qui suscite notamment, les convoitises des géants pétroliers.
Selon les estimations scientifiques de l’administration américaine, plus du cinquième des ressources de gaz et de pétrole encore non exploitées se trouveraient au nord du cercle polaire arctique.
Dans un premier temps, les ministres devraient signer un accord sur le sauvetage en mer qui définirait des zones de recherches, et qui serait le tout premier accord liant l’ensemble des huit pays autour de la gestion de l’Arctique. Une première pierre ?
L’importance d’une concertation entre ces pays arctiques devient primordiale du fait de la multiplication des voies maritimes ouvertes par la fonte des glaces.
En effet, en  août dernier, un pétrolier russe a ainsi inauguré une nouvelle route nordique vers la Chine, et les croisières touristiques s’approchent de plus en plus du pôle, en particulier autour de l’Alaska.
“Nous savons qu’il y a d’importants dépôts de pétrole, qui étaient difficiles d’accès par le passé et qui vont devenir de plus en plus accessibles”, a expliqué M. Steinberg. Ainsi, les Etats-Unis souhaitent discuter de la gestion des marées noires dans l’Arctique, ainsi que des moyens de les éviter.
L’Alaska fournit déjà 10% de la production pétrolière américaine. Mais n’oublions pas le traumatisme écologique qu’a laisser la marée noire de l’Exxon Valdez sur les côtes d’Alaska en 1989. La faune et la flore fragiles des régions arctiques sont très vulnérables aux pollutions diverses, d’où la grande inquiétude des mouvements écologiques et de protection de la nature. Les récentes catastrophes dans le golf du Mexique et au Japon illustrent une fois encore que le risque zéro n’existe pas et que parfois l’avidité énergétique de certaines compagnies peuvent mettre en péril les milieux naturels les plus fragiles…

Retrouvez nos voyages au Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Des scientifiques anglais conduits par le Dr Travis Horton viennent de publier une étude dans la revue Biology letters des scientifiques de l’Université de Canterbury sur les capacités d’orientations des baleines à bosses lors de leur longue migration. Selon eux, l’orientation solaire et individuelle de chaque mammifère ne suffirait pas à expliquer autant de précision. Ainsi, ils ont utilisé de la technologie satellite afin de suivre 16 baleines à bosses durant leur migration. Un voyage de plusieurs milliers de kilomètres pendant lequel les mammifères parviennent à maintenir une direction rectiligne sans être affectés ni par la météo, ni par les courants océaniques. Ne déviant pas plus d’un degré, les baleines conservent alors le même cap jusqu’à atteindre leur objectif.Une précision directionnelle aussi remarquable est difficile à expliquer par les modèles d’orientation déjà établis“, ont écrit dans leur publication les chercheurs.

Si de nombreuses découvertes ont été faites sur les baleines, leur mode de communication, leurs chants, etc.  le mystère reste entier quant à leur étonnante précision à se diriger dans les océans. C’est un peu la conclusion de cette étude que de monter qu’il n’existait à ce jour aucune théorie capable d’expliquer les capacités de navigation de ces mammifères marins.

Retrouvez nos voyages d’observation des baleines en Islande, en Afrique du Sud, au Groenland ou à Hawaii

S’inscrire à la newsletter


Nom:
Email:


La Russie créera un centre scientifique à Barentsburg, sur le Spitzberg (Svalbard – Norvège), a annoncé mardi à Saint-Pétersbourg le député à la Douma russe  (chambre basse) Artour Tchilingarov, représentant spécial du président russe pour la coopération internationale en Arctique et en Antarctique.

“Nous avons décidé de créer un centre scientifique russe à partir de l’observatoire existant de Barentsburg”, a indiqué M.Tchilingarov.
Les travaux de construction pourraient commencer dès cette année, estime le parlementaire.

La ville de Barentsburg est située sur la côte ouest de l’île norvégienne du Spitzberg. Le Traité du Svalbard de 1920 permet aux pays signataires d’exploiter les ressources naturelles de l’archipel du Spitzberg. L’observatoire hydro-météorologique russe de Barentsburg a été créé par l’URSS en 1933.

Selon M.Tchilingarov, les autorités de Spitzberg ont récemment confirmé leur intention de respecter leurs obligations concernant la présence russe au Spitzberg.

Source : Saint-Petersbourg, 26 avril – RIA Novosti

nos voyages au Spitzberg

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

les Inuits ont maintenu la tradition d’une chasse vivrière indispensable à leur survie. Très éprouvante, elle nécessite la participation de tous et chaque journée printanière est mise à profit. C’est l’histoire d’une communauté et de ses traditions dont le ciment est les activités de pêche blanche et de chasse aux phoques et aux narvals… Survie, traditions et modernisme, les Inuits doivent s’adapter à la fois au monde de “l’homme blanc” et à la rudesse des territoires polaires.

 

Pour voir le reportage sur Arte+7, cliquez ici (43 min) ou la rediffusion sur Arte le mardi 26 avril à 9h15.

Partez à la découverte des terres polaires et du Groenland…

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

 

Puissantes, majestueuses, hors normes, pacifiques et joueuses,  elles n’ont pratiquement pas de prédateurs ni d’ennemi(e)s, exception faite de l’homme !
Leur chair est très prisée dans certain pays, elles ont été chassées pour produire corsets, parfums et toutes sortes de produits lucratifs. A une époque leur huile éclairait le monde entier et faisait tourner la roue du progrès…
Le destin de l’humanité aurait été bien différent sans les baleines…
Un nouveau chapitre s’ouvre dans l’histoire commune des baleines et de l’homme, désormais,nous préférons observer ces grands mammifères marins plutôt que de les chasser, les photographier au lieu de les harponner…

Pour voir le reportage sur l’histoire des baleines, « Ces animaux qui ont marqués l’histoire », cliquez ici (Arte+7 – 43 min)
Retrouvez nos voyages d’observation des baleines en Afrique du Sud, en Islande, au Groenland ou au Spitzberg.

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: