La campagne japonaise de chasse à la baleine s’est terminée la semaine dernière… Le nombre de prises, bien que supérieur à l’année dernière reste très en dessous des prévisions.
Comme chaque année, les militants de l’association Sea Shepherd, n’ont pas laissé les flots libres aux baleiniers nippons et ont à plusieurs reprises lancé des bombes puantes et bloqués les hélices des baleiniers à l’aide de filins.
Ainsi, les baleiniers japonais n’ont pu prendre qu’un tiers de « leurs quotas » de cétacés par rapport aux prévisions qui avaient été faites.

Venez découvrir les baleines lors de nos séjours :

Aux Açores (observez de Cachalots et nagez avec les dauphins)
En Islande (whalewatching dans les eaux Islandaises)
En Patagonie (là où les orques attaquent les lions de mer sur la plage !)
En Afrique du Sud (le rendez-vous mondial des baleines franches australes)

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS

Les chercheurs de l’expédition scientifique Tara-Océan expliquent que « tous les échantillons collectés à cette occasion dans l’Océan Antarctique contenaient du plastique, le compte allant de 956 à 42.826 morceaux de plastique par kilomètre carré autour des différentes stations d’échantillonnage ». Une découverte qui montre « que cette pollution est maintenant détectable dans tous les recoins du globe »

Ces particules et microparticules de plastique souvent invisibles à l’œil nu ont un impact sur les oiseaux marins, les poissons et les mammifères, notamment les baleines à fanons bien que l’antarctique reste le continent le mieux préservé.

Découvrez nos voyages et expéditions en Antarctique

N’attendez pas pour rester au courant de nos actualités scientifiques et touristiques.

Inscrivez-vous dès maintenant

Nom:
Email:

Lire nos Newsletters en ligne

France Inter et son émission scientifique La tête au carré présenté par Mathieu Vidard consacre un épisode à ce continent.

«Il y a 100 ans, le 14 décembre 1911, l’explorateur norvégien Roald Admunsen atteignait pour la première fois le pôle Sud, au terme d’un raid de plus de 1000 km dans les glaces de l’Antarctique. »

Écoutez l’émission ICI

Invités :

  • Yves SCIAMA, journaliste scientifique , envoyé spécial en Antarctique , et a coordonné le dossier « Antarctique, le continent du futur » pour le Hors Série de Science et vie (Parution décembre 2011)
  • Philippe KOUBBI, océanographe biologiste , spécialiste de l’écologie des poissons polaires , professeur de l’Université Pierre et Marie Curie, Laboratoire d’Océanographie de Villefranche et vice président du comité scientifique de la CCAMLR (la Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique)

Découvrez nos séjours en Antarctique

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

VOIR TOUTES LES NEWSLETTERS

Le quotidien « Le Monde » a publié un article indiquant comment l’industrie japonaise de chasse à la baleine finance en partie sa campagne 2011 de pêche en Antarctique grâce à l’argent consacré à la reconstruction des zones touchées par le tsunami du 11 mars et la crise nucléaire qui a suivi.


De façon pour le moins inattendue, l’agence des pêches a obtenu une enveloppe de 2,3 milliards de yens (21,2 millions d’euros), non pas pour participer à la reconstruction d’installations, à l’achat de nouveaux bateaux, ni même au soutien des victimes, mais pour assurer la bonne exécution de la campagne 2011 !

L’enveloppe financera le déploiement de navires d’escorte des baleiniers car les campagnes annuelles dans l’Antarctique sont soumises à rudes perturbations liées à l’activité le l’organisation « Sea Shepherd » qui mobilise chaque année plusieurs bateaux pour tenter de stopper la chasse.
L’article conclut par le constat effrayant qui montre, d’après les chiffres officiels, que cette pêche inutile coûte chaque année environ 3 milliards de yens et se termine sur un déficit de 1,9 milliard de yens.

Lire l’article ici

Passionné par la nature et l’observation des cétacés, 80 JOURS VOYAGES est favorable au maintien du moratoire international interdisant la chasse à la baleine et à l’arrêt de l’hypocrisie de l’industrie japonaise prétendant faire une « pêche scientifique » pour contourner le moratoire.

Découvrez nos voyages d’observation des cétacés.

Les Açores :

L’Afrique du Sud :

L’Islande :

La Patagonie (Argentine) :

 

La NASA, dans le cadre de son programme « Operation Ice-Bridge », la plus grande étude aérienne jamais conduite sur les glaces polaires de la Terre étudie le glacier de Pine Island considéré comme instable et ayant déjà laissé échapper un gigantesque iceberg de 42 km de long sur 17 de large en novembre 2001.
Les scientifiques ont découvert une fissure s’étendant sur 29 kilomètres et large de 80 à 250 mètres suivant les lieux.
Si l’iceberg se détache en un seul bloc, il recouvrira quelques 880 kilomètres carrés de surface, d’après les estimations de la NASA. Le bord de la calotte glaciaire de Pine Island reculera alors de la plus grande distance jamais observée depuis la première localisation du glacier dans les années 1940.
« Cela fait partie d’un processus naturel mais c’est très excitant d’être là et d’observer comment cela se passe. » a expliqué Michael Studinger, scientifique du Goddard Space Flight Center.

Découvrir nos séjours en Antarcitque

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:


VOIR TOUTES LES NEWSLETTERS

Une étude réalisée par des chercheurs de la Chicago Zoological Society basée à Brookfield vient de montrer que les manchots utilisent leur odorat très développé pour identifier leurs proches.
Ces oiseaux marins, forment des couples monogames et partagent la responsabilité d’élever leurs jeunes en se relayant tour à tour pour quitter le nid et chercher de la nourriture. Au terme de leur périple pouvant duré plusieurs jours, le manchot rentre nourrir sa famille qu’il retrouve parmi une immense colonie.
Cette reconnaissance des membres de la même famille au sein d’une colonie, empêche également l’éventuelle possibilité de reproduction entre frères et sœurs entraînant une descendance consanguine.

Photo : manchot en Patagonie (lors de nos voyages)

 

Découvrez les manchots lors de nos voyages :
En Patagonie
En Antarctique
En Afrique du Sud

Lire nos newsletters en ligne

Le ministère de la pêche japonaise a annoncé le lancement de la campagne de pêche à la baleine en antarctique ainsi qu’un renforcement des mesures de lutte contre les organismes de défense des cétacés qui harcèlent les baleiniers japonais.

En février dernier, pour la première fois la campagne de pêche avait été écourtée suite aux actions répétées des navires de l’organisation Sea Shepherd. Le Japon avait ainsi annoncé étudier l’opportunité de poursuivre ou non la « pêche scientifique » à la baleine pratiquée par les baleiniers japonais.
Les défenseurs de cétacés considèrent que sous couvert de « pêche scientifique » (pratique tolérée par la Commission Baleinière Internationale) il s’agit en fait d’une pêche commerciale déguisée. D’autant plus que les autorités japonaises militent activement pour une reprise de la chasse commerciale.

En tant que passionnée de l’observation des cétacés, notre agence ne peut qu’encourager les autorités japonaises à stopper définitivement cette chasse.

Vous pouvez observer les baleines avec nous :

Aux Açores
En Afrique du Sud
Au Groenland
A Hawaii
En Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: