C’est en Colombie britannique, au Canada, que vit cet ours dont certains individus présentent un pelage blanc. Appelé “spirit bear” ou “ours de Kermode”, du nom du premier scientifique à l’avoir étudié, il se distingue de l’ours polaire ; la blancheur de son pelage vient en fait de la présence d’un gène récessif dans le génotype de certains individus. L’ours de Kermode est une sous-espèce de l’ours américain (ursus americanus, quand l’ours polaire est ursus maritimus). Le nom de “spirit bear”, quant à lui, a été donné par les Indiens, chez qui il occupe une place importante dans le folklore.

Au Canada, les baleines à bosses (appelées “rorquals à bosses”), viennent de passer de la catégorie “espèce menacée” à “espèce préoccupante”. La nouvelle crée une polémique, les écologistes accusant le gouvernement d’avoir accepté cette déclassification afin de mener à bien un projet de construction d’oléoduc déjà fortement controversé. Car en devenant une espèce seulement “préoccupante”, la baleine à bosse voit son habitat perdre la protection qu’il avait en tant qu’espèce menacée.