Natures fortes – Le Groenland
Le parc national du Nord-Est du Groenland, le plus grand du monde, s’étend sur un million de km². Le réchauffement climatique provoque ici une fonte dramatique des glaciers. Balade à la découverte des boeufs musqués, des ours polaires, des morses et des eiders à duvet. Ces espèces survivront-elles ?

Retrouvez le documentaire de 43mn sur Arte+7 : ICI

Découvrez nos voyages “nature” au Groenland :

Destination Groenland

Une étude réalisée par des chercheurs de la Chicago Zoological Society basée à Brookfield vient de montrer que les manchots utilisent leur odorat très développé pour identifier leurs proches.
Ces oiseaux marins, forment des couples monogames et partagent la responsabilité d’élever leurs jeunes en se relayant tour à tour pour quitter le nid et chercher de la nourriture. Au terme de leur périple pouvant duré plusieurs jours, le manchot rentre nourrir sa famille qu’il retrouve parmi une immense colonie.
Cette reconnaissance des membres de la même famille au sein d’une colonie, empêche également l’éventuelle possibilité de reproduction entre frères et sœurs entraînant une descendance consanguine.

Photo : manchot en Patagonie (lors de nos voyages)

 

Découvrez les manchots lors de nos voyages :
En Patagonie
En Antarctique
En Afrique du Sud

Lire nos newsletters en ligne

Les premières sternes arctiques de la saison sont arrivés en Islande vers le 10 mai. Quatre oiseaux ont été repérés près de Gardur au sud-ouest l’Islande le 10 mai. Ces oiseaux migrateurs arrivent chaque année au même endroit et au même moment.

Depuis lors, les sternes ont été repérées dans d’autres endroits en Islande,
D’autres d’oiseaux ont été aperçus dans le nord et l’est ce printemps. Magnússon fait remarquer que les sternes ont afflué à Grímsey (île au nord de l’Islande située sur le cercle polaire) au cours des deux derniers étés, l’abondance de nourriture dans les eaux autour de l’île a favorisé la nidification.

Toutefois, il est encore difficile d’évaluer les perturbations causées par la météo hivernale et par l’éruption du Grimsvötn (et son nuage de cendres) sur les routes de migration de sternes.

Pendant plusieurs semaines les températures sont restées très faibles dans le nord et le sud est a subit d’importantes “chutes de cendres”.

La sterne arctique est l’oiseau migrateur qui migre sur la plus longue distance à chaque printemps. Ce petit oiseau se déplace de son habitat d’hiver dans l’Antarctique à ses sites de nidification en Islande et dans les régions arctiques.

Cliquez ici pour lire au sujet des difficultés de reproduction de la sterne arctique (en anglais).

voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Depuis 2006, les écologistes ont découvert des jeunes manchots ayant perdu leur duvet. Ce constat à d’abord était fait sur les manchots du Cap en Afrique du Sud, mais semble s’être étendu à d’autres colonies de l’atlantique sud. Le danger pour ces jeunes poussins, est qu’ils sont moins résistants au froid. Les colonies de manchots dont la survie est déjà menacée par les pollutions aux hydrocarbures, l’urbanisation des côtes doivent maintenant faire face à la menace d’une maladie nouvelle et inconnue des scientifiques…
Les cas de pertes de plumes ne sont pas courants chez les oiseaux comme le fait remarquer le Dr Dee Boersma de la WCS (Widelife Conservation Society) et il va maintenant falloir que les biologistes étudient ce phénomène de façon plus approfondie pour déterminer les causes de la maladie et les risques de contagions entre différentes espèces de manchots.
Les causes présumées de la maladie sont des agents pathogènes, des problèmes de thyroïde, des déséquilibres des éléments nutritifs, ou des troubles génétiques. On constate que les poussins “sans plumes” ont une croissance ralentie et une mortalité plus importante que ceux ayant leur duvet. Chez ceux qui survivent, de nouvelles plumes finissent par pousser !
Pour plus d’information, retrouvez l’article de la Widelife Conservation Society ICI (en anglais uniquement)

Les manchots du Cap lors de nos voyages en Afrique du Sud

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

 


Il y a un an, la photographe Barbara Fryer a photographié un macareux moine blanc qui se trouvait à proximité des îles Scilly. L’oiseau a été photographié alors qu’il nageait aux côtés d’un macareux moine au plumage typique de l’espèce, c’est-à-dire de couleur noire.

Ce macareux est atteint d’une particularité génétique appelée leucistisme. Celle-ci est due à un gène dit récessif, qui donne aux plumes  une couleur blanche. Celui-ci se distingue de l’albinisme du fait que le bec et les yeux ont gardés leurs couleurs “normales”.

L’ornithologue Peter Robinson, qui a travaillé pour la BBC et la RSPB (Société royale pour la protection des oiseaux) a qualifié l’oiseau “d’extrêmement rare”.

Photo de Barbara Fryer ici

Photos de macareux moines (noirs) lors de nos voyages en Islande.

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: