Descente du Cerro Negro en planche au Nicaragua

Photo issue du site http://blogs.futura-sciences.com/bardintzeff/ crédit photo H. Sthioul.

Vous pensiez que surfer sur les volcans était impossible ? Et bien pour vous prouver le contraire, Jacques-Marie Bardintzeff a écrit deux articles sur son blog consacrés à la montée et surtout à la descente très originale  de ce volcan lors du voyage Spécial Eruption Express au Nicaragua avec notre agence.

Monter sur un volcan

Descendre d’un volcan

Vidéo du débordement de l’Erta Ale

Vous l’attendiez, la voici ! La vidéo du débordement du lac de lave de l’Erta Ale. Vidéo disponible sur notre Facebook. Aimez la page si ce n’est pas encore fait afin de suivre toutes nos infos !

Lien de la vidéo

Conférence de Jacques-Marie Bardintzeff
?Jacques-Marie Bardintzeff fera une conférence sur les volcans et autres risques naturels le 24 février à La Roche-Sur-Yon.

CENTRE BEAUTOUR
Route de Beautour
Accès Parc ÉCO 85
85000 La Roche -sur -Yon

02 51 24 32 40

contact@beautour-paysdelaloire.fr

Les voyageurs ainsi que les accompagnateurs Sylvain Chermette (directeur de l’agence 80 Jours Voyages) et Jacques-Marie Bardintzeff (volcanologue) sont bien rentrés de leur séjour  » spécial éruption  » au Sinabung en Indonésie. Le volcan émettait une à cinq nuées ardentes par jours en plus de nombreuses avalanche du dôme de lave. Ils sont revenus en France avec le sourire suite à ces observations sur place.

Pour être alerté(e) par les prochains départ éruptions, inscrivez vous à notre liste spécial éruption : Liste « spécial éruption. »

Sinabung1 Sinabung2 Sinabung3 Sinabung5

Sinabung7 Sinabung8 Sinabung9 Sinabung10 

Le « Centro Nacional de prevencion de Desastres » du Mexique invite les personnes à ne pas s’aventurer près du volcan et de son cratère.

En effet, des activités ont été observées comme des émanations de gaz et de vapeur d’eau répétées mais également une explosion de faible intensité et 3 tremblements de terre volcano-tectoniques le tout pendant les dernières 24 heures.

Pendant la nuit, il a été observé une lueur dans le cratère qui a été accompagnée par l’émission de gaz et de vapeur d’eau .

Au moment de ce rapport, il n’y a pas de visibilité, mais ce matin, le volcan a été observé avec une émission continue de gaz et de vapeur d’eau vers l’est-nord-est .

 

Le volcan Nevado Del Ruiz est un des plus élevés de Colombie. Il a connu de nombreuses éruption dont l’une des plus meurtrière date de 1985 de part ses coulées boueuses (lahars) dévastatrices et causées par les cendres du volcan et l’eau de fonte des glaciers qui le recouvrent.

Afin de protéger les nombreuses personnes qui vivent en contrebas, les institutions comme le Servicio Geologico colombiano et El observatorio vulcanologico y sismologico de Manizales surveillent les volcans du pays. Le Nevada Del Ruiz est passé en niveau III soit couleur jaune qui signifie qu’il y a des changements de comportements de l’activité volcanique.

L’activité sismique a été principalement causée par la dynamique des fluides dans les conduits volcaniques et en particulier des tremors qui sont engendrés par la remontée du magma. Le cratère du Nevado Del Ruiz appelé Arenas a également vécu des épisodes sismiques le 11 Juin par exemple

Le volcan émet des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz comme du dioxyde de soufre. Cette colonne est montée à 1000 mètres au dessus du volcan et a suivi les vents en direction Nord-Ouest.

 

 

Le volcan Sabancaya et son activité sismovolcanique sont très surveillés. Afin de comprendre cette activité, l’OVS-IGP (Observatorio Vulcanologico del Sur) a placé 18 stations sismiques analysant en temps réel la sismicité dont 3 sont temporairement sur place. Cet observatoire se concentre sur deux volcans dans le Sud du pays : Le Sabancaya et le Ubinas.

Dernièrement, l’activité sismique a augmenté sur une zone à 10 km du cratère du volcan Sabancaya de façon impressionnante avec une sismicité de type VT : Volcano-tectonique liée à la fracturation de la roche. En parallèle, les évènements hybrides ont diminué.

La sismicité LP longue-période en revanche (associées à des phénomènes de résonance dans les fluides sous pression dans l’édifice ) a diminué. Il n’y a pas d’évènements appelés tornillos d’enregistrés.

Au sommet du volcan, des émissions de vapeur d’eau ont pu être observées ainsi que du gaz magmatique émis de temps à autre. Le volcan est aussi surveillé par des satellites comme MIROVA ou OMI.

 

 

Au Nord-Ouest de Tokyo, le Mont Asama qui mesure 2568 mètres, a montré quelques signes éruptifs. Cette activité est considérée comme une petite éruption car elle n’a pas affolé les sismomètres locaux.

Le Japon compte 110 volcans sur son territoire dont 47 sont surveillés en permanence. Dans le cas du Mont Asama, il n’y a pas d’explosion ou de coulées pyroclastiques à noter, mais de la fumée a été observer difficilement à cause de la présence de nuages épais au sommet du volcan.

Le Japon a été le théâtre de nombreuses éruptions ces derniers mois, et on se souvient de celle du Mont Shindake en Mai 2015 sur l’île de Kuchinoerabujima où 140 personnes avaient été évacuées et dont le panache était monté à 9000 mètres d’altitude.

Les riverains du volcan Sinabung en Indonésie ont vu l’activité du volcan augmenter ces dernières heures, ce qui les obligé à quitter leurs habitations et la zone. On estime le nombre de personnes évacuées au nombre de 3000.

Le danger est réel car des nuées ardentes ont été observées des derniers jours avec 28 coulées pyroclastiques comptabilisées aujourd’hui. Aucun blessé n’a été signalé, et pour continuer à préserver les habitants, de nouveaux villages vont être évacués ajoutant environ 2500 familles rescapées aux 3000 déjà déplacées.

Avant les années 2010, cela faisait 400 ans que le volcan dormait. En Février 2014, l’éruption du Sinabung avait causé la mort de 14 personnes.

le 16/06/2015

L’effondrement de la coupole de lave visqueuse au sommet du volcan a provoqué des coulées pyroclastiques de plus en plus nombreuses.

Les nuages dégagés par le volcan vont toujours en direction du Sud ou du Sud-Est selon Deri Alhidayat à propos du poste de surveillance du Sinabung. Le volume du dôme de lave de ce volcan a atteint 3,3 millions de mètres cubes ce qui promet de potentielles éruptions massives.

D’après le site web Iceland Review, une crue glaciaire (« jökulhlaup » en islandais) a commencé au niveau du Grímsvötn. Selon les mesures effectuées par les scientifiques du Département des Sciences de la Terre de l’Université d’Islande, le volume d’eau émis est similaire à  celui émis lors de l’inondation glaciaire de novembre 2012. Il est cependant peu probable que la crue recouvre la route à Skeiðarársand ou le pont sur la rivière Gígjukvísl. Ce dernier a été remplacé après avoir été emporté par la gigantesque inondation glaciaire en 1996.

Ces crues glaciaires peuvent être liées à l’éruption du volcan, ou à un simple réchauffement de la glace par des gaz. Les relevés sismiques ne semblent pas indiquer qu’une éruption soit en cours… Affaire à suivre !

Source : Blog de C. Grandpey
Photo : Dernière éruption du Grimsvötn en 2012 – (credit photo Jon Olafur Magnusson)

Accueil 80 Jours Voyages
Retour aux actualités