Poutine au chevet des ours polaires…

La Russie a annoncé jeudi qu’elle interdit la chasse à l’ours polaire sur son territoire d’ici la fin de l’année.
En vertu d’une entente conclue avec les États-Unis l’an dernier, des chasseurs auraient pu abattre une trentaine d’ours en sol russe cette année. Au même titre qu’au Groenland, des accords permettent aux populations locales comme les Inuits de pratiquer une chasse traditionnelle et « de subsistance ». Mais cette années, Moscou a plutôt choisi de renoncer à son quota.
L’annonce a été faite par le programme Ours polaire, qui est notamment parrainé par le premier ministre russe Vladimir Poutine.
L’an dernier, M. Poutine avait aidé des chercheurs à mettre un collier-émetteur sur un ours mâle qui avait été endormi. Avant de quitter l’animal, le premier ministre l’avait flatté affectueusement et lui avait serré la patte en lui souhaitant «bonne chance».
Il avait aussi aidé des scientifiques à prélever des échantillons de peau d’une baleine grise, au large des côtes russes dans le Pacifique.
Article disponible sur le site de presse canadien cyberpress.ca

Observer l’ours polaire dans son milieu naturel lors de nos voyages au Groenland ou au Spitzberg.

S’inscrire à la newsletter

 

Nom:
Email:

 

Comments

Laisser un commentaire