Des explosions dans le cratère de la Voragine , sur l’Etna se sont produites cette nuit . Peu de temps après l’activité a augmenté de manière significative et un nouvel épisode d’activité strombolienne intense est en cours.

Qui à la fin n’est pas devenu un vrai paroxysme ; en revanche, s’est poursuivie une intense activité strombolienne dans la Voragine de l’Etna toute la nuit et le matin du 25 mai 2016.

Le tremor , ce matin est remonté. Sur l’activité en cours, L’ingv n’a pas encore communiqué.

25/05/2016. Etna , Sicile :

Source : Boris Behncke , INGV.

Photo : Boris Behncke

Mise à jour INGV Catane , ETNA, le 23 mai 2016, 17:30 UTC

Ces derniers jours , dans la zone du sommet de l’Etna ont eu lieu deux nouveaux épisodes d ‘activité éruptive. Le premier, dans les premières heures du 21 mai 2016, a eu lieu à la Voragine, qui avait déjà conduit deux épisodes paroxystiques les 18 et le 19 mai. Cet épisode a été précédé , à partir de midi le 20 mai, d’une activité strombolienne modeste de la Voragine , qui a produit des explosions audibles dans une large zone sur le versant Sud et Est du volcan. Dans la nuit l’activité s’est graduellement intensifiée, avec des explosions de deux ou trois bouches dans la Voragine . Dans le même temps il y a eu une nouvelle inflation (gonflement) du sommet, comme cela s’était passé avant les paroxysmes précédents. Peu après 16h00 heure locale (UTC + = 2) et en liaison avec une augmentation soudaine de l’amplitude du tremor volcanique, les explosions stromboliennes ont opté pour des jets de lave pulsatoire, avec des retombées de bombes incandescentes jusqu’à une distance de 1 km vers le Sud (versant Sud de la Bocca Nuova), et a été formé un nuage éruptif qui a été soufflé par le vent vers le Sud-Sud-Est.

Les images de la caméra thermique de Monte Cagliato (EMCT, sur le versant oriental de l’Etna) montrent qu’une bouche a également été active dans la partie Sud du cratère du Nord-Est , qui avait coulé le 18 ou le 19 mai. Les conditions météorologiques défavorables ont permis une visibilité très limitée, s’aggravant en plus vers la conclusion de l’épisode éruptif. Il était encore possible d’observer que, pendant l’apogée du paroxysme , s’est formé une fracture au Sud-Est du cône central, et dans la « selle » entre celui ci et l’ancien cratère du cône du Sud-Est , ou une bouche effusive est ouverte qui a alimenté une petite coulée de lave en direction de la Valle del Leone. La photo sur la gauche en haut , d’Alessandro Lo Piccolo, montre une activité explosive de la Voragine sur la droite et la petite coulée de lave à l’extrême gauche, qui est descendue de seulement quelques centaines de mètres. Il y a également eu un nouveau débordement de lave du bord occidental de la Bocca Nuova, complètement rempli par la lave de la Voragine proche , alimentant une coulée avec plusieurs branches , se chevauchant avec celles du débordement qui a eu lieu les 18 et 19 mai. L’activité a commencé à décliner à environ 05h00 locale, et il était totalement finie à environ 6h00.

Le matin du 22 mai, la bouche éruptive formée le 25 Novembre 2015 sur le haut du flanc Est du cône du Nouveau cratère du Sud Est a produit une série d’émissions de cendres, avec des nuages , qui , en l’absence de vent ont été soulevés sur plusieurs centaines mètres pour se disperser ensuite dans l’atmosphère. Certaines de ces émissions ont créé de petites anomalies dans les images de la caméra thermique EMCT, preuve de matériau chaud. Le soir du 22 mai, il y avait une reprise d’ activité strombolienne au cratère Nord-Est, qui a fluctué au cours de la nuit. Les explosions les plus fortes ont lancé des bombes incandescentes jusqu’à plusieurs centaines de mètres au-dessus du bord du cratère, avec des retombées sur les côtés de son cône. Au cours de la journée d’aujourd’hui, le 23 mai, ont eu lieu des émissions de cendres sporadiques de la bouche sur le flanc Est du cône du Nouveau cratère du Sud-Est.

L’activité de l’Etna est constamment surveillée par le biais de systèmes de surveillance visuelle, thermique, sismique, infrasons et déformation du sol.

24/05/2016. Etna , Sicile :

Source : INGV

Photo : Salvatore Lo Giudice

Mise à jour INGV ETNA , 19 mai 2016, 11:00 UTC

Au cours de l’après-midi du 18 mai 2016, l’activité de fontaine de lave du cratère de la Voragine de l’Etna est passé à une activité strombolienne modeste, qui a continué à alimenter le débordement de lave vers l’Ouest jusqu’à la fin de soirée (voir première image à gauche, enregistrée par la caméra thermique de Bronte , EBT). Une deuxième coulée de lave, qui a été émise par un évent effusif situé près du plus bas des deux petits cônes formés au cours de l’activité subterminale de Juillet-Août 2014, à la base Est du cratère du Nord-Est (NEC), qui s’est élargie dans la partie Nord de la Valle del Bove dans la direction de Monte Simone. Cette coulée de lave est restée active jusqu’aux premières heures du matin d’aujourd’hui, le 19 mai 2016 (voir la deuxième image de gauche, enregistrée par la caméra haute définition de Monte Cagliato, EMCH), bien que son front le plus avancé semblait stagner après minuit. Peu avant minuit, il y a eu une nouvelle augmentation de l’amplitude du tremor volcanique , et l’ inclinomètre installé à Punta Lucia, à environ 1 km au Nord-Ouest du NEC, a enregistré une nouvelle l’inflation de la zone du sommet du volcan.

Dans la matinée, l’amplitude du tremor volcanique a montré une forte augmentation, et presque simultanément des détonations fortes et en continu ont été entendues dans les zones peuplées à l’Est et au Sud du volcan. Un nuage d’éruption dense a été soufflé par le vent fort vers l’Est à une altitude d’un peu plus de 1 km au-dessus du sommet de l’Etna (voir la troisième image à gauche, photographiée du village de Tremesteri Etneo, sur le flanc sud de l’Etna). Des chutes de cendres et de lapilli sont tombées sur le flanc Est du volcan, dans un secteur étroit immédiatement adjacent au Nord de la zone affectée par les chutes de tephra de la veille. L’observation de l’activité a été difficile en raison des conditions météorologiques plutôt mauvaises.

Les données instrumentales – principalement l’emplacement de la source de tremor volcanique et l’origine des signaux infrasons – indiquent qu’un nouvel épisode paroxystique était en cours à la Voragine (VOR). Cela a été confirmé quelques heures plus tard, quand les images transmises par la caméra de surveillance thermique EBT (Bronte) a révélé un nouveau débordement de lave vers l’Ouest, et l’alimentation d’une coulée de lave qui est descendue au-dessus de la lave de la soirée précédente. L’activité éruptive continuait à 09:00 heure locale, bien que l’amplitude du tremor volcanique diminuait. Au moment de cette mise à jour , les conditions météorologiques défavorables empêchent l’observation de l’activité en cours au sommet de l’Etna.

L’activité éruptive est contrôlée en permanence par les systèmes de vidéo , des caméras thermiques, stations sismiques et de déformation du sol.

Cette nuit , l’Etna nous a donné une pause et est resté silencieux , le tremor est redescendu un peu et la visibilité semble s’être améliorée par rapport à hier. A suivre.

20/05/2016. Etna, Sicile :

Source : INGV, Boris Behncke.

Photos : Turi Caggegi

Mise à jour INGV ETNA, le 18 mai 2016, à 13:45 UTC

Dans la soirée du 17 mai 2016 était en cours une activité strombolienne intense dans le cratère Nord-Est (NEC) de l’Etna, avec le lancement de bombes incandescentes au-delà des bords du cratère et impact des matériaux pyroclastiques sur les côtés du cône. Dans la matinée d’aujourd’hui, le 18 mai, cette activité a également été accompagnée par émission de panache de cendres volcanique vers l’Est-Sud-Est , qui se sont dispersées dans l’atmosphère .

Il a également été observé des matériaux incandescents faibles depuis l’évent du 25 Novembre 2015 sur le haut du flanc Est du Nouveau cratère du Sud-Est (NCSE). L’amplitude du tremor volcanique est restée élevée, en gardant les valeurs obtenues dans la soirée de la précédente journée. En fin de matinée, un inclinomètre posté à Punta Lucia, à près de 3000 m au-dessus du niveau de la mer et à environ 1 km au Nord-Ouest du NEC, a enregistré une inflation rapide (gonflement) du sommet.

Peu de temps après 12:50 heure locale le 18 mai 2016, les systèmes de surveillance visibles et thermiques de l’INGV-OE ont enregistré le début d’une activité éruptive dans la Voragine (VOR), qui, en quelques minutes , a pris le caractère de fontaine de lave pulsantes . Dans le même temps , l’activité strombolienne du NEC a diminué , passant à des émissions de cendres sombre , puis a cessé. L’image à gauche montre une image capturée par la caméra thermique à Bronte (EBT), environ 45 minutes après le début de l’activité de la Voragine . Avec l’apparition de l’activité paroxysmale, il y a eu une augmentation soudaine de l’amplitude du tremor volcanique, dont la source s’est déplacée du NEC à la Voragine . De la Voragine , il s’est élevé un panache de cendres courbé par le vent de l’Est-Sud-Est, atteignant une hauteur de 3000-3500 m au-dessus du sommet du mont Etna. Dans l’après-midi a commencé un débordement de lave sur le bord occidental de la dépression cratérique Voragine-Bocca Nuova, alimentant une petite coulée de lave dirigée vers l’Ouest et limitée à la zone du sommet.

Au moment de la publication de cette mise à jour , l’activité de fontaine de lave continue sur la Voragine. L’activité éruptive est constamment surveillé par le biais des systèmes de surveillance visuelle, sismique , thermique et de déformation du sol.

Ce matin , le tremor est toujours très haut, et les enregistrements sismiques en temps réel montrent que l’activité à repris , après une petite pause hier soir. Le temps est couvert sur l’Etna, ce qui fait qu’on ne voit rien , hélas .

Les photos de cette nuit sur les réseaux sociaux montrent une coulée de lave importante qui descend vers la Valle Del Bove…

19/05/2016. Etna , Sicile :

Source : INGV.

Photos : Francesco Butano

La réserve naturelle intégrale des Macalube d’Aragona est une réserve naturelle régionale en Sicile, située à 4 km au Sud-Ouest d’ Aragona et à 15 km au Nord d’ Agrigento, qui comprend une zone argileuse large caractérisée par la présence de phénomènes éruptifs.
Les volcans sont le résultat d’un phénomène géologique rare appelé volcanisme sédimentaire.

Le phénomène est lié à la présence de petits sols argileux substantiels, entrecoupés par des couches d’eau saumâtre, dominant des bulles de gaz de méthane soumis à une certaine pression. Le gaz, à travers les discontinuités du sol, remonte à la surface, emportant avec lui les sédiments argileux et de l’eau, donnant lieu à un cône de boue, dont le sommet est semblable à un cratère volcanique. Le phénomène est parfois à caractère explosif, avec éjection de matériau argileux mélangé avec du gaz et de l’eau , projetés à une hauteur considérable. Ces dernières années, une activité explosive intense et soudaine est marquée par l’émission de grands volumes de boue. Les chercheurs ont mis en évidence une corrélation entre l’activité explosive et l’activité sismique à l’échelle locale, nécessitant des études interdisciplinaires plus approfondies

18/05/2016. Maccalube de Aragona , Sicile 

Mise à jour INGV , Etna, le 17 mai 2016, 20:00 UTC

Depuis le début d’Avril 2016, il y a eu une reprise progressive de l’activité éruptive au sommet de l’ Etna, qui comprenait initialement une augmentation des émissions de gaz , principalement du cratère du Nord-Est (NEC) et de l’évent qui s’était ouvert le 25 Novembre 2015 sur le flanc supérieur Est du Nouveau cratère du Sud-Est (NCSE). Ceci a été accompagné par des émissions plutôt discontinues et faibles de cendres. Au cours de la première quinzaine de mai, ces émissions provenant du NCSE ont produit également de petites anomalies visibles sur les images de la caméra de surveillance thermique de Monte Cagliato (EMCT). Le 7 mai, une augmentation de l’amplitude du tremor volcanique, dont la source s’est déplacée vers le NCSE, a été accompagnée par l’apparition d’une source de signaux infrasonores au NCSE. Cependant, les mauvaises conditions météorologiques ont permis seulement d’observer une émission modeste de cendres du NCSE (depuis l’ évent du 25 Novembre) et du NEC.

Pendant la nuit du 16 mai, des lueurs très faibles et rares ont été observées depuis l’ évent du 25 Novembre du NCSE, encore une fois accompagnées de signaux infrasons provenant du même évent. Au début de la matinée du 17 mai, le réseau de suivi de l’INGV-Osservatorio Etneo (INGV-OE) a enregistré une augmentation progressive de l’amplitude du tremor volcanique, accompagné de signaux infrasonores provenant du NEC, ainsi que le dégazage intense avec des émissions de cendres occasionnelles, faibles à partir du même cratère. Le personnel de l’INGV-OE présent dans la zone de la Grotta del Gelo (sur le flanc Nord-Nord-Ouest supérieur) a déclaré avoir entendu une explosion provenant probablement du NEC.

Des mises à jour seront affichées sous peu.

18/05/2016. Etna , Sicile :

Source : INGV.

Photo : Salvatore Lo Giudice

Vers 9h30 hier matin, le cratère Nord-Est a émis un beau panache de cendres. C’ est un phénomène modeste, pourtant facilement visible de tous les cotés du volcan en raison de l’absence de couverture nuageuse. Au cours des derniers jours, le cratère Nord-Est avait par intermittence émis de la cendre dans l’atmosphère, mais maintenant, le phénomène est plus continu. Les autres paramètres utilisés pour la surveillance volcanique, et en particulier l’amplitude moyenne du tremor volcanique , ne montrent pas de changements significatifs par rapport à la période qui a précédé le début de l’émission d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, les conditions climatiques exceptionnellement claires et l’absence de vent dans la zone du sommet de l’Etna ont permis aux émissions de cendres du cratère du Nord-Est de former un panache de plusieurs centaines de mètres de haut, visible de partout dans l’Est de la Sicile. Pourtant, ces émissions semblent avoir été légèrement plus volumineuses que celles de ces derniers jours, mais elles sont seulement le produit de débris fins de vieilles roches volcaniques arrachées aux parois du conduit du cratère du Nord -Est. Aujourd’hui également, des émissions mineures de gaz ont été observées provenant du « puttusiddu », le petit évent qui a été le site de la dernière activité du Nouveau Cratère du Sud-Est , les 6-8 Décembre 2015.

01/04/2016.Etna , Sicile :

Source : Marco Neri , INGV Catane , Boris Behncke ,

Photos : Salvatore Lo Giudice. Boris Behncke .

Mise à jour INGV ETNA , le 23 février 2016

Au cours du mois de Janvier 2016, l’activité éruptive de l’Etna s’est maintenue à des niveaux assez bas. Au début de ce mois, quelques faibles émissions de cendres ont eu lieu depuis l’évent qui s’est ouvert le 25 Novembre 2015 , situé en hauteur sur le flanc Est du cône du Nouveau Cratère Sud-Est (NCSE) . Ces phénomènes similaires s’étaient répétés au cours de la dernière semaine de Janvier et une fois dans la matinée du 6 Février. Pendant le même intervalle de temps, le dégazage du cratère du Nord-Est (NEC) a été parfois accompagné par l’émission de traces mineures de cendres.

Une enquête de terrain a été effectuée dans la zone du sommet de l’Etna par le personnel de l’INGV-Osservatorio Etneo (INGV-OE) le 19 Février. Lors de la visite,aucune émissions de cendres n’ont eu lieu depuis les cratères sommitaux, mais le NEC a été le site de dégazage intense de son conduit ouvert. En raison d’un vent fort, il n’a pas été possible d’entendre s’il y avait une activité acoustique provenant du cratère, qui produit généralement des grondements forts. Sur les autres cratères sommitaux, le dégazage a été limité à de vastes zones fumerolliennes le long des bords des cratères. Les produits éruptifs de décembre 2015, qui remplissent l’ énorme et unique dépression constituée par la Voragine et la Bocca Nuova, étaient couverts de neige, sauf dans les zones où les vapeurs ont été émises par des fissures formées par le compactage des dépôts.

À 03h22 UTC (= heure locale -1) le 23 Février 2016, la vidéo et les caméras thermiques de l’INGV-OE ont enregistré un événement explosif au NEC, qui a éjecté des matériaux pyroclastiques incandescents à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du cratère (voir l’image en haut à gauche, enregistrée par la caméra haute définition visuelle de Monte Cagliato, sur le flanc Est de l’Etna ) et a produit un panache de cendres sombre qui a été soufflé vers le Nord par un vent fort. Les images au centre gauche ont été enregistrées par la caméra à haute sensibilité sur la Montagnola (EMOH, sur le flanc supérieur Sud de l’Etna ) et montrent aussi quelques éclairs dans le nuage de cendres.

Les images enregistrées par la caméra de surveillance thermique de Monte Cagliato (EMCT, voir les images en bas à gauche) montrent une anomalie visible générée par l’explosion, qui a été suivie par des émissions de cendres légères qui ont diminué progressivement. A compter de la fin de la matinée du 23 Février, les émissions de cendres intermittentes et faibles continuent depuis le NEC.

24/02/2016. Etna, Sicile :

Source : INGV.

Photos :   Turi Caggegi.

Je reproduit ici  » in extenso » l’excellent article de Bernard Duick ( http://www.earth-of-fire.com/2016/01/la-salinelle-de-paterno-en-eruption.html )

Quatre nouveaux petits volcans de boue se sont ouverts le jeudi 7 janvier vers 19h30 à Paterno, Via Salé, dans la cour d’une maison privée.

Un bruit semblable à une ébullition a attiré l’attention des résidents à quelques pas de la salinelle des Capucins … et ils se sont trouvés face à une coulée de boue, qui en deux heures, s’est étendue sur 200 mètres dans la rue en pente. Les pompiers et les services communaux sont intervenus pour permettre l’accès aux habitations, et construire une canalisation pour drainer d’éventuelles nouvelles coulées de boue. Les écoulements ont cessé dans la journée de samedi 09 janvier.

Dans le passé, l’activité de la Salinelle s’est déjà produite hors des sites connus, la salinelle dei Capuccini et la salinelle del Fiume. En août dernier, trois bouches se sont ouvertes dans la même zone.

Cette manifestation de volcanisme secondaire, appelé salinelle, est caractérisée par des cratères de boue, et des émissions de dioxyde de carbone, de méthane et d’autres gaz liés à des évènements volcaniques…/… Les Salinelles ont été ajoutés en décembre au catalogue des géosites siciliens.

 

11/01/2016. Salinelles de Paterno, Sicile :

Source : B. Duick ( http://www.earth-of-fire.com )

Photo :EtNativo

Après une intense activité volcanique pendant la première semaine de Décembre 2015 pour la Voragine , la Bocca Nuova et le Nouveau Cratère du Sud-Est (NCSE), le protagoniste pendant plusieurs jours a été le Cratère du Nord-Est (NEC). Dans la nuit du 9 au 10 Décembre , il a été observé plusieurs fois une activité strombolienne modeste du même cratère, avec une chute de bombes incandescentes à l’extérieur de son cône, et l’émission abondante de cendres volcaniques. Dans les jours suivants, il y a eu une diminution progressive de l’émission de cendres du Cratère du Nord-Est (NEC) . Dans l’après-midi du 13 Décembre, il a eu une série d’émissions de cendres du Nouveau Cratère du Sud-Est (NCSE), qui a cessé au bout de quelques heures. Enfin, la Voragine était le siège de deux courtes émissions de cendres dans la journée du 18 Décembre. De l’après-midi du 18 jusqu’au matin du 28 Décembre, nous n’avons observé aucune activité éruptive sur l’Etna.

Une nouvelle série d’émissions de cendres a commencé à 10h00 UTC (heure locale = -1) le 28 Décembre depuis l’évent placé sur le flanc Est , en haut du NSEC (voir photo sur la gauche, enregistrée par la caméra de surveillance visuelle de la Montagnola, EMOV). Ces émissions ont cessé dans l’après-midi du même jour, mais pendant les jours suivants , ont été observés de petites et sporadiques explosions du même évent sur le flanc oriental du Nouveau Cratère du Sud-Est (NCSE).

03/01/2016.Etna , Sicile :

Source : INGV.

Photos : INGV, Turi Caggegi ( 12/2015 ).