C’est dans la région de Melbourne que des chercheurs étudiants l’ADN et la morphologie crânienne de dauphins ont mis en évidence l’existence d’une nouvelle espèce jusqu’alors confondue avec des espèces plus communes.

Le dauphin Burrunan est « une découverte absolument fascinante, puisque trois nouvelles espèces de dauphins, seulement, ont été décrites depuis la fin des années 1800. Ce qui est encore plus passionnant, c’est que cette espèce de dauphin vivait juste sous notre nez…» s’enthousiasme Kate Charlton-Robb.

Nagez avec les dauphins aux Açores ICI

Photo : Dauphins de Commerson lors de nos voyages en Patagonie

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS EN LIGNE

Une équipe de chercheurs américain du Centre médical de l’université de Georgetown, à Washington a mis en évidence que la « squalamine », une substance sécrétée par le foie des requins, avait une action antivirale. Cette substance pourrait avoir des effets contre la dengue, les hépatites B et D mais aussi la fièvre jaune ou la maladie du sommeil…
Les recherches n’en sont qu’à leurs débuts, mais « Il s’agit d’une substance prometteuse qui, dans son principe actif et sa structure chimique, n’a rien de commun avec d’autres matières actuellement à l’étude pour traiter les virus », précise le professeur Michael Zasloff.
Une raison supplémentaire de prendre en considération la protection des espèces de requins menacés.

Vous pouvez observer les requins lors de nos voyages :

Plongez avec les requins bleus aux Açores
Découvrir les requins blancs en Afrique du Sud

VOIR TOUTES NOS NEWSLETTERS

Petit rappel : Voici les dates des conférences de J.M. Bardintzeff pour novembre 2011.

Pour mémoire, J.M. Bardintzeff est professeur au Laboratoire de Pétrographie-Volcanologie à l’Université Paris-Sud. Il est l’un des plus grands spécialistes des volcans actifs et des dynamismes éruptifs.

Il est actuellement « la référence française » en matière de volcanologie, mais son sens de la pédagogie lui permet de s’adapter à son public et de mettre à la portée de tous des phénomènes volcaniques complexes. Qualité que l’on retrouve à travers ses nombreuses interventions dans les média (France Inter, France Info, France télévision, M6, TF1, etc.), ses conférences et ses nombreux ouvrages.

Vendredi 18 novembre 2011,
19h30, Palais de l’Univers et des Sciences (PLUS) de la communauté urbaine de Dunkerque
“Rencontre avec un volcanologue : la volcanologie, de la passion à la vocation“
Renseignement : irma.appora@cud.fr, 03 28 60 50 95

Mardi 22 novembre 2011,
14h30 Dreux, UTL, “Volcans, séismes et tsunamis : la Terre en colère”
Renseignement : udtl.dreux@wanadoo.fr, 02 37 50 15 49, 02 37 42 07 03, 06 24 48 79 74

Jeudi 24 novembre 2011,
20h30, École des Mines d’Alès
Renseignement : limier@supagro.inra.fr, elisabeth.sansot@mines-ales.fr 04 66 38 70 06, 06 21 01 10 82

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

VOIR TOUTES LES NEWSLETTERS

Natures fortes – Le Groenland
Le parc national du Nord-Est du Groenland, le plus grand du monde, s’étend sur un million de km². Le réchauffement climatique provoque ici une fonte dramatique des glaciers. Balade à la découverte des boeufs musqués, des ours polaires, des morses et des eiders à duvet. Ces espèces survivront-elles ?

Retrouvez le documentaire de 43mn sur Arte+7 : ICI

Découvrez nos voyages « nature » au Groenland :

Destination Groenland

Une étude réalisée par des chercheurs de la Chicago Zoological Society basée à Brookfield vient de montrer que les manchots utilisent leur odorat très développé pour identifier leurs proches.
Ces oiseaux marins, forment des couples monogames et partagent la responsabilité d’élever leurs jeunes en se relayant tour à tour pour quitter le nid et chercher de la nourriture. Au terme de leur périple pouvant duré plusieurs jours, le manchot rentre nourrir sa famille qu’il retrouve parmi une immense colonie.
Cette reconnaissance des membres de la même famille au sein d’une colonie, empêche également l’éventuelle possibilité de reproduction entre frères et sœurs entraînant une descendance consanguine.

Photo : manchot en Patagonie (lors de nos voyages)

 

Découvrez les manchots lors de nos voyages :
En Patagonie
En Antarctique
En Afrique du Sud

Lire nos newsletters en ligne

Une nouvelle série de tremblements de terre a eu lieu la nuit (mercredi 5/10) dans le nord de la caldeira du volcan Katla, sous du glacier Mýrdalsjökull dans le sud de l’Islande.
Le plus important de la série a été mesuré à plus de 3 sur l’échelle de Richter.

L’activité sismique est apparue peu avant 3 heures du matin et a duré de façon intermittente jusqu’à 05h30.

Les habitants de Vik à la pointe sud de l’Islande craignent les éruptions de Katla car elles entraînent des crues des rivières glaciaires du Mýrdalsjökull qui peuvent provoquer de gros dégâts.

Nos voyages en Islande

Lire nos newsletters en ligne

Photo : Éruption du Grimsvötn au printemps dernier

Le ministère de la pêche japonaise a annoncé le lancement de la campagne de pêche à la baleine en antarctique ainsi qu’un renforcement des mesures de lutte contre les organismes de défense des cétacés qui harcèlent les baleiniers japonais.

En février dernier, pour la première fois la campagne de pêche avait été écourtée suite aux actions répétées des navires de l’organisation Sea Shepherd. Le Japon avait ainsi annoncé étudier l’opportunité de poursuivre ou non la « pêche scientifique » à la baleine pratiquée par les baleiniers japonais.
Les défenseurs de cétacés considèrent que sous couvert de « pêche scientifique » (pratique tolérée par la Commission Baleinière Internationale) il s’agit en fait d’une pêche commerciale déguisée. D’autant plus que les autorités japonaises militent activement pour une reprise de la chasse commerciale.

En tant que passionnée de l’observation des cétacés, notre agence ne peut qu’encourager les autorités japonaises à stopper définitivement cette chasse.

Vous pouvez observer les baleines avec nous :

Aux Açores
En Afrique du Sud
Au Groenland
A Hawaii
En Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

A vos agendas… voici les conférences de J.M. Bardintzeff pour cette fin d’année 2011.

Pour mémoire, J.M. Bardintzeff est professeur au Laboratoire de Pétrographie-Volcanologie à l’Université Paris-Sud. Il est l’un des plus grands spécialistes des volcans actifs et des dynamismes éruptifs.

Il est actuellement « la référence française » en matière de volcanologie, mais son sens de la pédagogie lui permet de s’adapter à son public et de mettre à la portée de tous des phénomènes volcaniques complexes. Qualité que l’on retrouve à travers ses nombreuses interventions dans les média (France Inter, France Info, France télévision, M6, TF1, etc.), ses conférences et ses nombreux ouvrages.

Samedi 1er octobre 2011
10e Salon du Livre d’Aumale (76, entre Rouen et Amiens, à 120 km de Paris).
Renseignement : 06 32 14 07 78, dkrcf1@aol.com

Jeudi 6 octobre 2011,
14h30, Centre Universitaire du Temps Libre (CUTL), 28400 Nogent-le-Rotrou
“La Terre en colère: volcans, séismes et tsunamis“
Renseignement : nicorobin-saintjean@orange.fr 02 37 52 64 80, 06 88 44 38 06

Samedi 8 octobre 2011,
20h30 Marigny Chemereau 86370, 15 mn de Poitiers
Renseignement : tony.capillon@free.fr 09 50 18 67 50, 06 19 90 38 71
APAP (amicale des paléontologues amateurs du Poitou)

Jeudi 10 novembre 2011,
14h15, Gif-sur-Yvette, Université ouverte, Château de Belleville
“Volcans et roches magmatiques“
Renseignement : nicolas.graner@u-psud.fr, 01 69 15 66 19, www.cvc.u-psud.fr/

Vendredi 18 novembre 2011,
19h30, Palais de l’Univers et des Sciences (PLUS) de la communauté urbaine de Dunkerque
“Rencontre avec un volcanologue : la volcanologie, de la passion à la vocation“
Renseignement : irma.appora@cud.fr, 03 28 60 50 95

Mardi 22 novembre 2011,
14h30 Dreux, UTL, “Volcans, séismes et tsunamis : la Terre en colère”
Renseignement : udtl.dreux@wanadoo.fr, 02 37 50 15 49, 02 37 42 07 03, 06 24 48 79 74

Jeudi 24 novembre 2011,
20h30, École des Mines d’Alès
Renseignement : limier@supagro.inra.fr, elisabeth.sansot@mines-ales.fr 04 66 38 70 06, 06 21 01 10 82

Vendredi 2 décembre 2011,
10h, Paris 16e, « Volcans, séismes et tsunamis : la Terre en colère »
Renseignement : 01 43 80 02 43, 06 03 55 72 40, racc.association@free.fr

Mardi 6 décembre 2011,
14h, 91210 Draveil, “Les volcans et l’Homme”
Renseignement : 01 69 42 41 68

Vendredi 9 décembre 2011
En soirée, Brienne le château (à 40 km de Troyes)
Renseignement : 03 25 92 33 56, nadege.habrant@andra.fr

Depuis très longtemps, les chevaux islandais, race bien à part ont une importance considérable pour ce peuple du nord. Le cheval Islandais présente quelques particularités notables. Court sur pattes (n’utilisez pas le mot poney, vous allez vexer du monde !), trapu et robuste, ses poils longs lui permettent de faire face à l’hiver Islandais et en faisaient un excellent « cheval de travail » au siècle dernier. Outre le fait que ce cheval marche à l’amble (comme les chameaux) dort couché sur le flan, il possède une allure supplémentaire, le tölt, sorte de piétinement à 4 temps entre le trot et le galop. Cette allure est très confortable pour le cavalier et en fait un excellent cheval de randonnée !

Étant donné l’importance des chevaux dans la vie islandaise, il est très intéressant de visiter l’exposition «Les chevaux dans l’Art Islandais » ouverte  au Musée d’Art de Reykjavík. Le conservateur Adalsteinn Ingólfsson rassemble des peintures et des sculptures de chevaux de différentes époques de l’art islandais.

L’exposition explore les différents rôles que le cheval a joués dans la société islandaise au cours des vastes changements sociaux des 100 dernières années. Et, en même temps, elle raconte l’histoire de l’art islandais et comment ce dernier a évolué au cours de cette période.
Dans le cadre de l’exposition, un atelier sera ouvert aux enfants et aux familles pour toute la période d’exposition.

L’exposition se poursuivra jusqu’au 21 août.

Retrouvez nos voyages d’équitation en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom: Email:

Le lagon glaciaire Jökulsárlón, alias Breidamerkurlón, est formé par les eaux de fonte et les icebergs qui se détachent du Breidamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajökull.
Un tiers du territoire Islandais est recouvert de glaciers. Les trois plus grands, Hofsjökull, Langjökull et Vatnajökull, réagissent différemment au réchauffement climatique. En particulier en fonction de l’altitude.
Le Langjökull, dans les hautes terres de l’Ouest, a la plus basse altitude (1 400 mètres) a diminué plus rapidement que les deux autres d’après le glaciologue Thorsteinn Thorsteinsson de l’Office météorologique islandais.
Hofsjökull est situé dans les hautes terres centrales et culmine  1 800 mètres. La fonte est plus lente bien qu’il a perdu 5% de sa taille, soit une dizaine de kilomètres cubes de glace, au cours des 15 dernières années.
Toutefois, les précipitations de l’hiver dernier dans le nord de Hofsjökull, ont permis au glacier d’augmenter de 1,73  mètres.
Il s’agit d’une amélioration de 18 pour cent par rapport à la moyenne de l’hiver entre 1988-2010.
L’été dernier, la plus importante fonte du glacier depuis 1988 a été mesurée pour l’Hofsjökull. Les cendres émises par l’éruption volcanique de l’Eyjafjallajökull ont favorisé la fonte des glaces.
En ce qui concerne Vatnajökull, il est de loin le plus grand des trois glaciers (grand comme la Corse) et le plus grand glacier d’Europe (hors calotte glaciaire du Groenland).
Son sommet culmine a une altitude de 2 100 mètres, le Hvannadalshnjukur et, est ainsi le plus haut sommet de l’Islande.
Thorsteinsson fait remarquer que suite aux chutes de neiges enregistrées, le Vatnajökull recule moins, chaque année, au prorata des deux autres glaciers, bien que l’ensemble des glaciers islandais soient en diminution d’année en année.

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article (en anglais) ici

Retrouvez nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: