Une exposition de photographies de Karl Christian Nielsen (1895-1951) s’est ouverte au Musée de la Photographie de Reykjavík le 14 mai, à l’occasionu 30ème anniversaire du musée.
Nielsen est né à Hverfisgata et a grandi dans la vieille ville à l’Est de Reykjavík. De 1914 à 1916 il a travaillé et étudié la photographie dans l’atelier de Carl Ólafsson sur Laugavegur avant de trouver un emploi comme ouvrier pour la municipalité de Reykjavík.
En dépit de la vie dans la pauvreté, il a réussi à créer une collection impressionnante de photographies illustrant parfaitement la vie quotidienne à Reykjavik au début du 20ème siècle, des classes les plus défavorisées.
L’exposition dure jusqu’au 29 Juin.

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:


Nos passagers ont eu la chance d’observer une baleine à bosse fort sympathique ! Cette baleine a décidé de se donner en spectacle en ne faisant pas moins de 12 sauts hors de l’eau pour les plus grand bonheur des passagers de la sortie de whale watching. Au plus près, la baleine a « bondi » à moins de 30  mètres du bateau ! Puis, prise d’une certaine curiosité, elle s’est approchée jusqu’à environ 5  mètres pour que chacun des passagers puissent l’observer sous toutes les coutures !

Des photos prisent lors de cette sortie en mer à Husavik sont disponible ici

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:


L’exploration pétrolière et minière, la pêche et même le tourisme sont à l’ordre du jour de la réunion que regroupent les ministres des affaires étrangères de huit pays riverains de l’Arctique à Nuuk au Groenland.
Américains, canadiens, danois, finlandais, islandais, norvégiens, russes et suédois doivent discuter des règles pour l’exploitation de cette région du globe gravement menacée par le réchauffement climatique et qui suscite notamment, les convoitises des géants pétroliers.
Selon les estimations scientifiques de l’administration américaine, plus du cinquième des ressources de gaz et de pétrole encore non exploitées se trouveraient au nord du cercle polaire arctique.
Dans un premier temps, les ministres devraient signer un accord sur le sauvetage en mer qui définirait des zones de recherches, et qui serait le tout premier accord liant l’ensemble des huit pays autour de la gestion de l’Arctique. Une première pierre ?
L’importance d’une concertation entre ces pays arctiques devient primordiale du fait de la multiplication des voies maritimes ouvertes par la fonte des glaces.
En effet, en  août dernier, un pétrolier russe a ainsi inauguré une nouvelle route nordique vers la Chine, et les croisières touristiques s’approchent de plus en plus du pôle, en particulier autour de l’Alaska.
« Nous savons qu’il y a d’importants dépôts de pétrole, qui étaient difficiles d’accès par le passé et qui vont devenir de plus en plus accessibles », a expliqué M. Steinberg. Ainsi, les Etats-Unis souhaitent discuter de la gestion des marées noires dans l’Arctique, ainsi que des moyens de les éviter.
L’Alaska fournit déjà 10% de la production pétrolière américaine. Mais n’oublions pas le traumatisme écologique qu’a laisser la marée noire de l’Exxon Valdez sur les côtes d’Alaska en 1989. La faune et la flore fragiles des régions arctiques sont très vulnérables aux pollutions diverses, d’où la grande inquiétude des mouvements écologiques et de protection de la nature. Les récentes catastrophes dans le golf du Mexique et au Japon illustrent une fois encore que le risque zéro n’existe pas et que parfois l’avidité énergétique de certaines compagnies peuvent mettre en péril les milieux naturels les plus fragiles…

Retrouvez nos voyages au Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Des scientifiques anglais conduits par le Dr Travis Horton viennent de publier une étude dans la revue Biology letters des scientifiques de l’Université de Canterbury sur les capacités d’orientations des baleines à bosses lors de leur longue migration. Selon eux, l’orientation solaire et individuelle de chaque mammifère ne suffirait pas à expliquer autant de précision. Ainsi, ils ont utilisé de la technologie satellite afin de suivre 16 baleines à bosses durant leur migration. Un voyage de plusieurs milliers de kilomètres pendant lequel les mammifères parviennent à maintenir une direction rectiligne sans être affectés ni par la météo, ni par les courants océaniques. Ne déviant pas plus d’un degré, les baleines conservent alors le même cap jusqu’à atteindre leur objectif. « Une précision directionnelle aussi remarquable est difficile à expliquer par les modèles d’orientation déjà établis« , ont écrit dans leur publication les chercheurs.

Si de nombreuses découvertes ont été faites sur les baleines, leur mode de communication, leurs chants, etc.  le mystère reste entier quant à leur étonnante précision à se diriger dans les océans. C’est un peu la conclusion de cette étude que de monter qu’il n’existait à ce jour aucune théorie capable d’expliquer les capacités de navigation de ces mammifères marins.

Retrouvez nos voyages d’observation des baleines en Islande, en Afrique du Sud, au Groenland ou à Hawaii

S’inscrire à la newsletter


Nom:
Email:


Pour les fêtes de pâques, le premier petit rorqual de la saison a été observé à Husavik (Islande) lors de la sortie en mer d’observation des cétacés. Depuis l’ouverture de la saison 3 espèces différentes ont déjà été observées, baleine à bosses, orques et maintenant un petit rorqual…

Observez les baleines en Islande ou en Afrique du Sud…

S’inscrire à la newsletter

 
Nom:
Email:

De la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, des navigateurs scandinaves se lancent à la conquête de nouvelles terres, de la Baltique à la Méditerranée. Odin, Thor, Freyja et un panthéon d’autres divinités leur donnent force et courage pour la guerre. Mais en 966, le roi du Danemark, Harald à la « dent bleue », se convertit. Et en 994, le futur souverain de Norvège, Olaf Tryggvasson, se fait baptiser pour légitimer son pouvoir de droit divin, avant d’imposer le christianisme à ses sujets. De nombreux Norvégiens, fidèles à leurs croyances ancestrales fuient alors vers l’Islande. Une terre à l’image du monde païen, régi par les Dieux  et démons Viking…

Les Islandais sont très attachés à tout ce qui les relie à leurs origines. Ainsi, le site de Thingvellir reste un haut lieu de leur histoire avec la création en 930 du premier parlement au monde qui a posé les bases de notre société moderne. En 997, les Islandais sont encore indépendants et païens, mais beaucoup de marchands vikings vont se convertir pour attirer la clientèle chrétienne…

Pour voir le documentaire sur Arte+7, cliquez ici (52min) ou rediffusion le mercredi 27 avril à 11h20.

Retrouvez nos voyages en Islande
S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Les Islandais ont à nouveau rejeté samedi 9 avril 2011, par referendum l’accord conclu par leur gouvernement avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas sur le remboursement de la faillite de la banque Icesave en 2008. Selon des résultats presque définitifs, le non l’emporterait par près de 60% des suffrages. Voici quelques petites explications sur les opinions qui s’affrontent dans une situation très complexe :
Contexte : Par ce NON, les Islandais ne veulent pas payer pour éponger la dette de la banque en ligne Icesave. Les épargnants britanniques et hollandais ont été indemnisés par leur gouvernement après la faillite de cette banque privée, et selon cet accord, c’était au contribuable islandais de rembourser près de 4 milliards d’euros, soit environ 12 000 euros par habitant, à étaler jusqu’en 2046.


Les partisans du NON : Ils estiment que ce n’est pas à la population de payer les dettes de la faillite d’une banque privée. Ils estiment que ces « banquiers » avaient pris des positions risquées à titre privé, ils n’acceptent pas de se porter garants une fois la faillite de la banque Icesave pour les épargnants britaniques et hollandais. D’autres part, ils estiment que les clients avaient conscience d’acheter des produits à risques, mais bien rémunérés… ce serait donc le prix du risque ! Ils estiment aussi que même si l’Europe leur tourne le dos à cause de ce non remboursement, ils ont en interne de quoi « redresser la tête » grâce à la pêche, au tourisme et surtout à l’énergie (hydroélectrique et géothermique).

Les partisans du OUI ont souvent l’arrière pensée d’une entrée dans l’Union Européenne et dans la zone Euro qui pourrait leur apporter une stabilité économique (depuis la crise la couronne islandaise a perdu presque la moitié de sa valeur et beaucoup d’Islandais sont endettés dans la devise européenne !) et des perspectives d’échanges commerciaux avec l’Europe élargies. Il s’inquiètent du NON qui pourrait avoir comme conséquences d’énormes difficultés d’accès à des prêts financiers, une baisse significative de la note du pays par les agences de notation… en fait devenir le vilain mouton noir de l’Europe, maintenu en marge… Enfin, les plus vertueux estiment que lors de la nationalisation, les épargnant de la Landsbanki (maison mère Islandaise) ont été remboursés et qu’il est malhonnête de ne pas faire de même avec les épargnants étrangers…

Le débat juridique : Un certain flou existe aussi sur la nature d’Icesave, succursale ou filiale de Landsbanki ? La banque… et la dette sont donc soumises à quel droit ? L’Europe et l’Islande ont une interprétation différente de la directive européenne sur deux points: d’une part, l’Europe estime que la directive interdit toute distinction entre la nationalité des déposants (au sein de l’EEA du moins) dès lors qu’une couverture des comptes est instaurée, ce qui parait exact en première lecture de la directive. Reykjavik n’est pas de cet avis, et considère que les pertes anglaises et néerlandaises de ses banques doivent être couvertes par le système de couverture de ces pays.  C’est là que ce fait la distinction juridique entre une filiale et une succursale !

Et vous, qu’auriez vous fait si vous aviez été redevable de 12 000 euros chacun lors du scandale du Crédit Lyonnais dans les années 90 ?

S’inscrire à la newsletter


Nom:
Email:

 

Le début de saison d’observation des baleines à Husavik (Islande) commence avec succès. Une trentaine d’orques sont venues dans le fjord d’Husavik pour le plus grand bonheur des 13 passagers présents sur le bateau d’observation qui avaient déjà profité de la présence de dauphins à bec blanc. Une belle météo et un bon début de saison pour notre partenaire d’Husavik !
Les photos de la sortie en mer : photo 1, photo 2, photo3

Retrouvez nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

 

Le très controversé site Internet WikiLeaks a créé en novembre dernier en Islande une société baptisée Sunshine Press Productions, sa première entité  juridique connue. Cela fait suite à l’Initiative islandaise pour la modernisation des médias, adoptée à l’unanimité par l’Althing (le parlement Islandais). Cette initiative de 13 lois défendue par la députée Birgitta Jonsdottir doit élever au plus haut niveau la liberté de la presse et des médias et constituer le terreau le plus fertile pour servir le journalisme d’investigation.

Retrouvez dans l’hebdomadaire Courrier International N° 1066 du 07 au 13 avril 2011 dans une double page consacré à l’Islande un article l’article « Un paradis pour Wilileaks et consorts »

Retrouvez nos voyages en Islande

Dans son N°1066 du 7 au 13 avril, le journal Courrier International consacre une double page à l’Islande et sa démocratie et sa finance…

Deux fois NON, c’est une fois de trop ! » traitant de l’opportunité de convoquer à nouveau un référendum concernant l’accord sur les modalités de dédommagement de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas pour les millions que les deux pays ont dû verser aux épargnants de la banque en ligne Icesave…
Pour mémoire, « au printemps dernier, plus de 90 % des Islandais ont dit non au premier accord négocié. D’abord, une majorité d’Islandais estimaient qu’un taux d’intérêt de 5,55 % était bien trop élevé. Ensuite, beaucoup considéraient – et considèrent encore – que le contribuable islandais n’avait pas à endosser la responsabilité des affaires douteuses réalisées à l’étranger par des directeurs de banques cupides.
Le problème est que le reste du monde – en particulier l’Union européenne et le FMI – ne l’entend pas de cette oreille. L’Islande doit s’adapter à la donne. Le gouvernement islandais l’a compris et a consacré toute son énergie, l’automne dernier, à la négociation d’un accord plus favorable à l’Islande, avec succès. »

 

Le contre-pied est dans l’article de Joana Azevedo Viana : « Quand tout un peuple refuse le diktat des financiers » qui considère que la crise a poussé les Islandais à faire tomber leur gouvernement et à rejeter le sauvetage des banques privées. Une “révolution citoyenne” passée trop inaperçue, estime un hebdomadaire portugais.

Retrouvez ces deux articles en kiosque dans votre hebdomadaire Courrier International

 

 

Voyagez en Islande avec 80 Jours Voyages

S’inscrireà la newsletter

Nom:
Email: