Une série de 6 documentaires sur les pays nordiques, à voir sur Arte +7 ou en rediffusion dans les semaines à venir. Suède, Islande, Groenland, Finlande, Norvège et Danemark sont ainsi à l’honneur, non pas pour leurs peuples ou leurs cultures mais pour leur faune et leur flore. Découvrez de somptueuses images de renards polaires, ours bruns, bœufs musqués, et des paysages à couper le souffle !

Scandinavie sauvage, sur Arte.

Une petite note de nostalgie échappée des archives…
Nous partageons avec vous ce prospectus de l’été 1967 proposant un séjour au Groenland depuis l’Islande.
Pour les curieux il fallait alors payer 185 $ US pour un séjour accompagné de 4 jours à Narssarssuaq depuis Reykjavik… D’autres apprécieront sans doute l’avis important au voyageur : « Il va sans dire que des chaussures à haut talons seraient tout à fait inadéquates pour voyager au Groënland ».

Pour voyager au Groenland : Contactez-nous

Natures fortes – Le Groenland
Le parc national du Nord-Est du Groenland, le plus grand du monde, s’étend sur un million de km². Le réchauffement climatique provoque ici une fonte dramatique des glaciers. Balade à la découverte des boeufs musqués, des ours polaires, des morses et des eiders à duvet. Ces espèces survivront-elles ?

Retrouvez le documentaire de 43mn sur Arte+7 : ICI

Découvrez nos voyages « nature » au Groenland :

Destination Groenland

Le 23 mai 2011

Les médias britanniques ont rapporté que le nuage de cendres de l’éruption du Grímsvötn en Islande pourrait atteindre l’Ecosse ce soir. Toutefois, sa hauteur ne dépassera probablement pas 20 000 pieds, ce qui est beaucoup plus bas que l’altitude à laquelle vole la plupart des avions transportant des passagers. (voir l’évolution du nuage de cendres ici)
Eurocontrol a publié une déclaration ce matin précisant que le trafic aérien devrait être peu perturbé sur le continent européen.
Toutefois, le nuage de cendres qui recouvre maintenant le Groenland a contraint Air Greenland à annuler ses vols à destination de Copenhague aujourd’hui. La Norvège a aussi annulé ses vols vers le Svalbard (Spitzberg).

Pendant ce temps, les conditions météo sont hivernales dans l’Est et c’est pas moins de 600 voyageurs qui arriveront demain par le ferry à Seydisfjordur et qui seront surpris de découvrir les paysages enneigés.

Pour un séjour « spécial éruption » vous menant en super jeep sur le site de l’éruption pour approcher au plus près du Grimsvötn, contactez-nous.

L’exploration pétrolière et minière, la pêche et même le tourisme sont à l’ordre du jour de la réunion que regroupent les ministres des affaires étrangères de huit pays riverains de l’Arctique à Nuuk au Groenland.
Américains, canadiens, danois, finlandais, islandais, norvégiens, russes et suédois doivent discuter des règles pour l’exploitation de cette région du globe gravement menacée par le réchauffement climatique et qui suscite notamment, les convoitises des géants pétroliers.
Selon les estimations scientifiques de l’administration américaine, plus du cinquième des ressources de gaz et de pétrole encore non exploitées se trouveraient au nord du cercle polaire arctique.
Dans un premier temps, les ministres devraient signer un accord sur le sauvetage en mer qui définirait des zones de recherches, et qui serait le tout premier accord liant l’ensemble des huit pays autour de la gestion de l’Arctique. Une première pierre ?
L’importance d’une concertation entre ces pays arctiques devient primordiale du fait de la multiplication des voies maritimes ouvertes par la fonte des glaces.
En effet, en  août dernier, un pétrolier russe a ainsi inauguré une nouvelle route nordique vers la Chine, et les croisières touristiques s’approchent de plus en plus du pôle, en particulier autour de l’Alaska.
« Nous savons qu’il y a d’importants dépôts de pétrole, qui étaient difficiles d’accès par le passé et qui vont devenir de plus en plus accessibles », a expliqué M. Steinberg. Ainsi, les Etats-Unis souhaitent discuter de la gestion des marées noires dans l’Arctique, ainsi que des moyens de les éviter.
L’Alaska fournit déjà 10% de la production pétrolière américaine. Mais n’oublions pas le traumatisme écologique qu’a laisser la marée noire de l’Exxon Valdez sur les côtes d’Alaska en 1989. La faune et la flore fragiles des régions arctiques sont très vulnérables aux pollutions diverses, d’où la grande inquiétude des mouvements écologiques et de protection de la nature. Les récentes catastrophes dans le golf du Mexique et au Japon illustrent une fois encore que le risque zéro n’existe pas et que parfois l’avidité énergétique de certaines compagnies peuvent mettre en péril les milieux naturels les plus fragiles…

Retrouvez nos voyages au Groenland

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email:

Des scientifiques anglais conduits par le Dr Travis Horton viennent de publier une étude dans la revue Biology letters des scientifiques de l’Université de Canterbury sur les capacités d’orientations des baleines à bosses lors de leur longue migration. Selon eux, l’orientation solaire et individuelle de chaque mammifère ne suffirait pas à expliquer autant de précision. Ainsi, ils ont utilisé de la technologie satellite afin de suivre 16 baleines à bosses durant leur migration. Un voyage de plusieurs milliers de kilomètres pendant lequel les mammifères parviennent à maintenir une direction rectiligne sans être affectés ni par la météo, ni par les courants océaniques. Ne déviant pas plus d’un degré, les baleines conservent alors le même cap jusqu’à atteindre leur objectif. « Une précision directionnelle aussi remarquable est difficile à expliquer par les modèles d’orientation déjà établis« , ont écrit dans leur publication les chercheurs.

Si de nombreuses découvertes ont été faites sur les baleines, leur mode de communication, leurs chants, etc.  le mystère reste entier quant à leur étonnante précision à se diriger dans les océans. C’est un peu la conclusion de cette étude que de monter qu’il n’existait à ce jour aucune théorie capable d’expliquer les capacités de navigation de ces mammifères marins.

Retrouvez nos voyages d’observation des baleines en Islande, en Afrique du Sud, au Groenland ou à Hawaii

S’inscrire à la newsletter


Nom:
Email:


les Inuits ont maintenu la tradition d’une chasse vivrière indispensable à leur survie. Très éprouvante, elle nécessite la participation de tous et chaque journée printanière est mise à profit. C’est l’histoire d’une communauté et de ses traditions dont le ciment est les activités de pêche blanche et de chasse aux phoques et aux narvals… Survie, traditions et modernisme, les Inuits doivent s’adapter à la fois au monde de « l’homme blanc » et à la rudesse des territoires polaires.

 

Pour voir le reportage sur Arte+7, cliquez ici (43 min) ou la rediffusion sur Arte le mardi 26 avril à 9h15.

Partez à la découverte des terres polaires et du Groenland…

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: