Morte ou pas morte, la comète ISON ? Les scientifiques avaient annoncé que la comète n’avait pas survécu à son approche du soleil le 28 novembre dernier. La presse et nous-même avions donc répété l’information, mais aujourd’hui les choses semblent un peu différentes… le 30 novembre en effet, la NASA a posté un GIF sur son site, montrant ce qu’il restait de la comète, affirmant que les chercheurs pensaient que le noyau avait survécu. Le reliquat de la comète aurait par contre disparu depuis le 1er décembre, même si on peut lire sur le site de Sciences et avenir que les astronomes attendent les dernières images du télescope Hubble pour être sûrs du sort d’ISON.

Il semblerait que la comète ISON n’ait pas survécu à son passage près du soleil. Elle a en effet disparu des écrans du satelitte SOHO au moment où elle s »approchait du soleil hier jeudi 28 novembre, ce qui pousse fortement à croire qu’elle s’est désagrégée. C’est en tout cas la conclusion tirée par la majorité de la communauté scientifique.

En cette fin d’année, la comète Ison, découverte en 2012 par des astronomes amateurs russes, passionne la communauté scientifique : à l’heure qu’il est, elle est visible depuis la Terre avec une simple paire de jumelles. D’après les astronomes, la comète devrait être la plus proche du soleil le 28 novembre, soit en plein milieu de notre séjour d’observation des aurores boréales dans le désert de Kjölur, en Islande. Ison passera en effet à seulement 1,2 million de km du soleil ( le diamètre du soleil étant de 1,4 million de km et la distance entre la Terre et l’étoile de 150 millions de km ! ). Si elle survit à un passage aussi proche du soleil, elle devrait ensuite frôler la Terre le 26 décembre, à une distance de 64 millions de kilomètres.

Astronomes amateurs, amoureux des cieux nocturnes, nos voyages d’observation des aurores boréales sont faits pour vous !

Photo 80 Jours Voyages, comète Panstarrs observée en Islande

La communauté des astronomes laisse entendre que la comète ISON pourrait être la comète de l’année. Grâce à son télescope Hubble, la NASA a pris une photo de la comète ISON dans la nuit du 10 au 11 avril qui montre que celle-ci accroît son activité. Les scientifiques ont observé que la comète possède un noyau de taille étonnement petite (moins de 6 kilomètres) alors que la taille de la queue est proche des 3700 km. Mais ce qui intéresse le plus les astronomes est l’extrême brillance qui la caractérise et qui devrait augmenter lorsque la comète approchera du Soleil. Elle pourrait devenir la plus brillante des comètes, rivalisant alors avec la pleine lune, au dire de certains.

Prochainement dans notre système solaire, il serait possible de l’observer dans l’hémisphère nord en novembre / décembre 2013. Si les calculs des scientifiques se révèlent exacts, ce pic de luminosité sera atteint le 29 novembre 2013.

Elle serait alors à 634 millions de kilomètres de la Terre et 621 millions de kilomètres du Soleil. Toutefois, le risque que la comète se désintègre lors de son passage à proximité du soleil n’est pas nul, mais les scientifiques pensent qu’en l’état actuel des observations, l’hypothèse plus séduisante d’un passage éblouissant est loin d’être improbable.

C’est pourquoi nous organisons un séjour d’observation des aurores boréales, et nous l’espérons de la comète du 23/11 au 01/12 en plein cœur de l’Islande où nous avons, pour l’occasion, privatisé un refuge de montagne à plus de 100 km de la première habitation ! Au-delà de la situation géographique favorable à l’observation, nous pourrons chaque jour profiter du confort d’une rivière d’eau chaude (38/40°C) et de nombreuses manifestations géothermiques présentes sur le site (sources chaudes, mofette, etc.) Nous espérons ainsi pouvoir observer (et photographier) conjointement la comète et des aurores comme nous avons pu le faire au mois de mars avec la comète PANSTARRS (photos ci-dessous)

Découvrez le voyage dont le départ est d’ores et déjà confirmé : ICI