Le niveau d’activité du volcan est au niveau : JAUNE : changements dans le comportement de l’activité volcanique -Temps probable pour une éruption: Semaines / mois.
Sur la base de l’analyse des informations obtenues par l’équipement de surveillance et la surveillance du volcan , le Servicio Nacional de Geología y Minería (SERNAGEOMIN) -Observatorio Volcanológico de Los Andes del Sur (OVDAS), communique:
-Durant cette période , vingt (23) événements sismiques, dont sept (7) ont été classés comme volcano-tectoniques (VT) associés à des processus de fracturation de roches ont été enregistrés.
De même, seize (16) événements liés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan , identifiés comme des tremblements de terre volcaniques longue période (LP) ont été enregistrés .
En ce qui concerne l’activité sismique de type VT, les magnitude locale (ML) sont inférieures ou égales à M 2,0. L’événement d’énergie le plus élevé a été situé sur le flanc Nord-Est (NE) à 15,4 km par rapport au cratère El Agrio , à une profondeur de 1,2 km.
En ce qui concerne les événements de type LP, ils ont présenté des valeurs de déplacement réduit (RDC) en -dessous de 12,0 cm2, donc la magnitude locale (ML) a été plus faible que M 2.0 et surtout situés autour du cratère.

 

Pendant le cours du mois, il y a eu un signal de tremor constant, principalement associé à la sortie de matière particulaire (gaz et cendres) du cratère El Agrio, qui a enregistré des valeurs de RDC oscillantes , généralement inférieure à 5,4 cm2, valeurs qui sont intermédiaires
/ hautes pour ce volcan. Les fréquences dominantes sont concentrées dans une largeur de bande allant de 1,0 à 1,4Hz.
Suite aux données obtenues à partir de cinq (5) stations GNSS, qui cherchent à mesurer la déformation de la surface du volcan, il a été observé que les composantes horizontales et verticales ont montré des variations de faible amplitude, semblables à celles enregistrées au cours de l’année . Le plus grand taux de variation des composantes horizontales est de 0,18cm / mois, la plus grande variation de la composante verticale, était de 0,23 cm / mois.
La situation constatée ci-dessus, reflète clairement une augmentation de longueur d’environ 2 cm par rapport à l’année précédente, ce qui reflète une légère inflation.
Les émission de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées sur le volcan Copahue par l’équipe DOAS (Differential Spectrométrie d’absorption optique) station Triplets, installée à 5 km à l’Est-Nord-Est (ENE) du cratère actif, ont présenté une valeur moyenne de 693 ± 128 T/jour et une valeur maximale observée au cours des deux premières semaines de 2079 t / jour, enregistrée le 8 Mars . Le débit moyen est considéré de faible niveau pour ce volcan.
Les Caméras IP installées près du volcan ont enregistré une émission constante de matériel provenant du cratère actif (El Agrio) , accompagnée par une incandescence. Ces émissions ont été caractérisées la plupart du temps,par une couleur grise, montrant la présence de matière particulaire.

Les images satellites ont mesuré la distance atteint par le panache , avec des valeurs allant jusqu’à 50 km du cratère El Agrio avec des directions vers le Sud-Est (SE) et l’Est-Sud-Est (ESE).
Les Images publiées par le Sulfur Dioxyde Group ( instrument de surveillance de l’ozone- http://so2.gsfc.nasa.gov/) et NESDIS (National Environmental Satellite, données et information – http: // satepsanone .nesdis.noaa.gov) n’ ont signalé aucune anomalie des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique.
Le Rayonnement thermique publié par le MODVOLC (Resolution Imaging Moderate spectroradiometer) MODIS sur son site Internet (http: //modis.hig p.hawaii.edu/) et Mirova (Moyen InfraRed , Observation de l’activité volcanique) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/), systèmes de surveillance qui indiquent des changements significatifs dans la température de surface, n’ont rapporté aucune alertes thermiques dans la zone associée au volcan.
Selon les indicateurs de suivi décrits ci-dessus, il en résulte que l’activité liée à l’interaction entre un corps magmatique d’un faible volume à des niveaux profonds dans l’édifice volcanique, avec système hydrothermal de surface continue , sans atteindre un déséquilibre, en le maintenant dans ce qu’on appelle un équilibre « méta-stable « . Une telle activité peut se poursuivre pendant une longue période en oscillation, sans écarter des augmentations spécifiques associées à l’activité
De petites explosions phréatiques et / ou une faible activité strombolienne dans la région du cratère peuvent se produire .
Par conséquent, limiter l’accès à la zone proximale dans un rayon de 1,5 km autour du cratère El Agrio est recommandé. Le niveau d’alerte technique reste au niveau JAUNE.

19/03/2016. Copahue , Chili :

Source : Sernageomin

Photos :   Volcanes Andinos.

Complexe volcanique Planchon-Peteroa (16 au 29 Février).
Le niveau d’activité du complexe volcanique est au niveau:
Niveau JAUNE : changements dans le comportement de l’activité volcanique -Temps Pour une éruption probable: semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues grâce aux équipements de contrôle et à la surveillance du complexe volcanique, le Service Nationale de Géologie et des Mines (SERNAGEOMIN) à travers l’Observatoire Volcanologique des Andes du Sud (OVDAS), communique:

Durant la période considérée , treize (13) événements liés à un processus de fracturation de roches (appelé volcano-tectonique, VT) avec une magnitude locale maximale de M 1,1 ont été enregistrés. De même, il a été classé sept mille trois cent un (7301) tremblements de terre
associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, (appelés évènements longue période LP), avec localement des amplitudes (ML)
à des valeurs inférieures à M0,7 et un déplacement réduit (RDC) en dessous de 1,7cm2.
Les images de la caméra IP, ont montré un faible dégazage blanchâtre du cratère principal , suggérant d’abord la présence de vapeur d’eau. Ces dégazages ont atteint une altitude maximale d’environ 400m au-dessus du cratère.

Les images publiées par le Dioxyde Sulfur Groupe ( instrument de surveillance de l’ozone : http://so2.gsfc.nasa.gov/) et le NESDIS (National Environmental Satellite, données et information : OMI groupe http: // satepsanone. nesdis.noaa.gov) n’ont signalé aucune anomalie des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans la zone du complexe volcanique.
Le rayonnement thermique publié par le MODVOLC (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) MODIS sur son site Web (http://modis.higp.hawaii.edu/) et Mirova (Middle InfraRed Observation of Volcanic Activity) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/) , systèmes de surveillance qui indiquent des changements significatifs dans la température de surface, n’ ont rapporté aucune alerte thermique dans la zone associée au complexe volcanique.

Il n’y a aucun rapport des autorités locales ou de la communauté, à propos de perception d’anomalies dans la zone volcanique.
Bien que les événements enregistrés aient des niveaux d’énergie faibles, l’augmentation progressive de l’apparition d’événements associés à des activités de fluide indique que le système se présente au-dessus du niveau de base d’activité volcanique , sans être encore déséquilibré.
Dans ce scénario, il existe une possibilité d ‘apparition de petites émissions de cendres. Par conséquent le niveau d’alerte volcanique reste
au niveau JAUNE .

10/03/2016. Planchon-Peteroa , Chili :

Source : Insivumeh

Photos : minutoya.com , malargueadiario.com.

Le niveau d’activité du volcan est au niveau :
Niveau JAUNE , changements dans le comportement de l’activité volcanique – temps probable pour une éruption: semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues par l’équipement de surveillance et la surveillance du volcan , le Servicio Nacional de Geología y Minería (SERNAGEOMIN) – Observatorio Volcanológico de Los Andes del Sur (OVDAS), communique:

Durant cette période , vingt-six (26) événements sismiques dont neuf (9) qui ont été classés comme volcano-tectoniques (VT) associés à des procédés de fracturation de roches ont été enregistrés.
De même, dix-sept événements (17) associés à la dynamique des fluides au sein de l’édifice volcanique, dont quatorze (14) qui ont été identifiés comme tremblements de terre longue période (LP) et trois (3) événements très longue période (VLP) ont été enregistrés .
Quant à la sismicité de type VT, leurs magnitudes locales (ML) ont été plus faibles , de l’ordre de M 1.7, avec des emplacements épicentraux largement distribués. L’événement de plus grande énergie était situé sur le flanc Est-Nord-Est (ENE) à 10 km par rapport au cratère El Agrio avec une profondeur d’environ 7 km.

En relation avec les événements de type LP, ceux ci présentaient des valeurs de déplacement réduit (DRC) de moins de 1.5cm2. La sismicité de type VLP a présenté des valeurs de déplacement réduits ( DRC) de 7.0cm2 , principalement situés autour du cratère actif avec des distances épicentrales de moins de 3,5 km.
Pendant le mois, il y a eu un signal de tremor constant, principalement associé à l’émission de matière particulaire (gaz et cendres) du cratère El Agrio, lequel a enregistré des valeurs de DRC avec une tendance à la hausse, avec des valeurs calculées inférieures à 5cm2, valeurs
considérés comme intermédiaires pour ce volcan. Les fréquences dominantes sont concentrées dans une largeur de bande comprise entre 1,0 et 2,0 Hz.
Les caméras IP installées près du volcan ont enregistré l’émission constante de matériel provenant du cratère actif (El Agrio) , accompagnée par une incandescence.
Ces émissions ont été caractérisées par la plupart du temps par une couleur grise, montrant la présence de matière particulaire.
La hauteur maximale mesurée au cours de cette période était de 1250 m au dessus du cratère actif (El Agrio).

Grâce aux images satellites, la distance atteinte par le nuage de cendres a été observée jusqu’à 100 km du cratère El Agrio avec des directions préférentiellement vers le Sud-Est et l’Est .
A partir des données obtenues à partir de trois (3) stations GNSS, qui surveillent la déformation de la surface du volcan , il est observé que les déplacements à la fois horizontaux et verticaux sont minimes, le calcul des vitesses est proches de zéro.

Les émission de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées sur le volcan Copahue par l’équipe DOAS (Differential Spectrométrie d’absorption optique) , Station Triplets, installée à 5 km à l’Est-Nord-Est du cratère actif, a présenté une valeur mensuelle moyenne de 1125 ± 176 t / jour et une valeur maximale observée au cours de la deuxième quinzaine de 4264 t / jour, enregistrée le 25 Février.
Le débit moyen est considéré à des niveaux normaux pour ce volcan.
Les Images publiées par le Groupe Soufre Dioxyde ( instrument de surveillance de l’ozone – http://so2.gsfc.nasa.gov/) et NESDIS (National Environmental Satellite, données et informations – OMI groupe http: // satepsanone.nesdis.noaa.gov), ne montrent aucun changements significatifs dans le secteur du volcan pour les émissions de SO2 dans l’atmosphère.
Le rayonnement thermique publié par le MODVOLC (Resolution Imaging Modéré spectroradiomètre) MODIS sur son site Web (http://modis.higp.hawaii.edu/) et Mirova (Moyen InfraRed Observation de l’activité volcanique) sur son site Internet (http: / /www.mirovaweb.it/) , systèmes de surveillance qui indiquent des changements importants de température en surface, ne montre aucune alerte thermique signalée dans la zone associée avec le volcan.

Selon les indicateurs de suivi décrits ci-dessus, il en résulte que l’activité liée à l’interaction d’un corps magmatique de faible volume et le système hydrothermal continue , sans déséquilibrer le système.
Cette activité peut se poursuivre pendant une longue période de manière oscillante, sans écarter des augmentations spécifiques associées à de petites explosions phréatiques et / ou une faible activité strombolienne . Par conséquent, il est considéré que, immédiatement à proximité du centre d’émission se trouve une zone à haut risque et par conséquent une restriction d’accès est recommandée , à moins de 1,5 km
autour du cratère El Agrio, et le maintien du niveau d’alerte technique à JAUNE .

08/03 2016. Copahue, Chili / Argentine .

Source : Sernageomin

Photos : Tito Páez , Suyay Abou Adal ,

Rapport d’activité volcanique (RAV) région de Biobio
Complexe volcanique Nevados de Chillan

Le niveau d’activité du complexe volcanique est au niveau :
NIVEAU JAUNE : changements dans le comportement de l’activité volcanique -Temps Pour une éruption probable: semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues grâce aux équipements de contrôle et à la surveillance du complexe volcanique, le Servicio Nacional de Geología y Minería (SERNAGEOMIN) -Observatorio Volcanológico de Los Andes del Sur (OVDAS), communique:

Il a été enregistré cinq cent soixante-neuf (579) événements sismiques, dont soixante-cinq (65) ont été associés à des procédés de fracturation de roches, appelés séismes volcano-tectoniques (VT) avec une amplitude maximale locale (ML) de M 2.7. D’autre part , cinq cent dix (510) tremblements de terre liés à la dynamique des fluides au sein de l’édifice volcanique, appelés événements longue période (LP) avec une amplitude maximale locale inférieure (ML) à M 2,1 et des déplacements réduits (RDC) à 30cm2. ont été enregistrés
En outre quatre (4) impulsions de tremor (TR) discret , associés également à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, avec un déplacement réduit de moins de 2.0cm2 ont été enregistrés.

Les images obtenues par le réseau de caméras installées dans la zone, ont mis en évidence une activité de surface principalement caractérisée par l’émission d’un petit panache blanchâtre associée à de la vapeur d’eau qui a atteint une hauteur maximale de 300 m au-dessus du cratère.

D’après l’analyse des données fournies par deux (2) inclinomètres électronique et cinq (5) stations GNSS qui surveillent la déformation du complexe volcanique, aucunes variations attribuables à l’activité interne du volcan n’étaient évidentes au cours de cette période.

Les images publiées par le groupe OMI (Instrument de surveillance – Groupe Dioxyde Soufre -http://so2.gsfc.nasa.gov/) et NESDIS (National Environmental Satellite, données, et information – http: // sateps anone.nesdis.noaa.gov) n’ ont signalé aucune anomalie dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans la zone du complexe volcanique.

Le rayonnement thermique publié par le MODVOLC (Moderate Resolution Imaging spectroradiomètre – http://modis.higp.hawaii.edu/ MODIS ) et Mirova (Moyen InfraRed Observation de l’activité volcanique) sur son site Internet (Http://www.mirovaweb.it/) , systèmes de surveillance qui indiquent des changements significatifs dans la température de surface, les alertes thermiques n’ont signalés aucune anomalie dans la zone associée au complexe volcanique.

La surveillance des paramètres au cours de la dernière quinzaine a montré, en général une tendance à l’équilibre entre le système hydrothermal de surface et le système magmatique sous-jacent. Cependant, ces derniers jours, l’activité liée à la sismicité des fluides a augmenté sans affecter le système superficiel, ce qui suggère une possible hausse lente de nouvelles masses de matériel magmatique vers la surface ou un processus de déstabilisation par des changements thermodynamiques à l’intérieur.
Cela implique la possibilité de générer de nouvelles explosions phréatiques et / ou d’ éruptions phréatomagmatiques des cratères actuellement actifs.
Par conséquent, l’alerte volcanique reste au jaune NIVEAU, considérée comme zone à haut risque dans l’état actuel, y compris la zone à moins de 2 km des cratères actifs. Par conséquent, il est recommandé de limiter l’accès à cette zone.

07/03/2016. Nevados De Chillan, Chili :

Source : Sernageomin.

 Rapport d’activité volcanique (RAV) Région de Maule

Rapport d’activité du complexe volcanique Planchón-Peteroa (01 au 15de Février).
Le niveau d’activité du complexe est au niveau : JAUNE ; changements dans le comportement de l’activité volcanique
Temps pour une éruption probable: semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues grâce aux équipements de contrôle et à la surveillance du complexe volcanique, le Service National de Geologie et des Mines (SERNAGEOMIN) à travers l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud (OVDAS), communique:

Pendant la période considérée, seize (16) événements liés à des processus de fracturation des roches (appelés volcano-tectonique, VT) avec une magnitude locale maximale (ML) de M0,4 ont été enregistrés.

De même 3.634 tremblements de terre ont été classés , associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, (appelés longue période LP), avec des magnitudes locales (ML) inférieures à M 1.1 et des valeurs de déplacement réduite (RDC) en-dessous de 2,1cm2.
Les images de la caméra IP ont présenté le dégazage du cratère principal de couleur blanchâtre, suggérant d’abord la présence de vapeur d’eau. Celui-ci a atteint une altitude d’ à peu près 200 m au-dessus du cratère.

Les images publiées par le groupe OMI (Ozone Monitoring Instrument ) Sulfur Dioxyde Group (http://so2.gsfc.nasa.gov/) et NESDIS (National Environmental Satellite, données, et information service (http: // satepsanone.nesdis.noaa.gov) n’ ont signalé aucune anomalie des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique.
Le rayonnement thermique publiée par MODVOLC (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) MODIS sur son site web (http://modis.higp.hawaii.edu/ ) et Mirova (Middle InfraRed Observation of Volcanic Activity) sur son site Internet (http: // www .mirovaweb.it /), systèmes de contrôle pour indiquer des changements importants dans la température de surface , n’ont rapporté aucune alerte thermique signalée dans la zone associée au complexe volcanique.

Il n’y a aucun rapport des autorités locales ou des communautés au sujet d’ anomalies perçues dans la zone volcanique.
Bien que les événements enregistrés aient des niveaux d’énergie faibles, l’augmentation du nombre d’événements associés à la dynamique des fluides , présente depuis quelques semaines, suggère que le système présente une activité volcanique qui est au-dessus des taux de base.
Dans ce scénario, il existe une possibilité d ‘apparition de petites émissions de cendres, pour ceci , le complexe volcanique du Planchón-Peteroa reste en alerte volcanique de niveau JAUNE .

20/02/2016. Planchón-Peteroa , Chili :

Source : Sernageomin .

Photos : Bigthink, T13 cl.

Le niveau d’activité du complexe volcanique Nevados De Chillan est au niveau : JAUNE : Changements dans le comportement de l’activité volcanique probable. Temps pour une éruption : Semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues grâce aux équipements de contrôle et à la surveillance du complexe volcanique, le Service National de Géologie et des Mines (SERNAGEOMIN), à travers l’Observatoire Volcanologique des Andes du Sud (OVDAS), communique :

Il a été enregistré neuf cent vingt-quatre (924) événements sismiques, dont:
Soixante-trois (63) ont été associés aux processus de fracturation de matériaux rigides (appelés séismes volcano-tectoniques, VT) avec une magnitude locale maximale (ML) de M3.2. Il a été classé 858 tremblements de terre associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan (appelé événements longue période, LP) avec une magnitude locale maximale (ML) de M2,8 et une valeur de déplacement réduit (RDC) de moins de 75cm2.
Enfin au cours de cette période , trois (3) événements de type Tornillos ont été enregistrés (TO) , des processus faisant intervenir la résonance dans les conduits volcaniques, avec des magnitudes égales ou en dessous de 1.4 et des valeurs de déplacement réduit (RDC) de moins de 1cm2 .
Au cours de la période analysée , il a été noté également 175 épisodes de tremor discret , signal associé à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques, ainsi que l’émission de matières particulaires à la surface (explosions), qui ont été enregistrés au moyen de caméras IP installées dans la région du volcan . Ces épisodes de tremor avaient des valeurs de déplacement réduit (RDC) de moins de 30 cm2, valeurs considérées comme élevées.

Les images obtenues par le réseau de caméras installées dans la région, ont montré une activité de surface, en particulier caractérisé par l’apparition d’ explosions occasionnelles provenant de centres d’émission situés près du cratère Arrau et du » Nouveau » cratère comme cela a été observé durant le dernier survol.
Les données fournies par deux (2) inclinomètres électroniques et les cinq stations (5) GNSS qui surveillent la déformation du complexe volcanique,n’ ont montré aucun changement attribuable à l’activité interne du volcan au cours de cette période.
Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) enregistrée sur le complexe volcanique du Nevados de Chillan par l’équipe DOAS ( spectrométrie d’absorption optique différentielle) de la Station Chillán installée à 3 km au Nord-Est (NE) du cratère actif, ont présenté une valeur moyenne de 2051 ± 279 t /jour et une valeur maximale observée au cours de la première quinzaine , avec 3113 t / jour, enregistrée le 13 Février, considérée comme une valeur intermédiaire .

En collaboration avec l’ ONEMI de la région de Biobío , un survol a eu lieu le 11 février , qui a réussis à identifier un troisième cratère, à un emplacement qui suggère une tendance linéaire d’environ 150 m de longueur totale par rapport aux deux autres cratères , sur un axe Nord-Nord-est (NNE). Une diminution d’ activité des fumerolles est également mis en évidence , cohérente avec une baisse de la température de celles -ci (environ 50 ° C inférieure) par rapport à des survols réalisés le 30 Janvier. La basse température moyenne (125 ° C) indique une diminution du transfert de chaleur du magma au système hydrothermal , ce qui augmente la part de la vapeur d’eau dans le processus de dégazage.
Les images publiées par le goupe OMI ( The ozone Monitoring instrument ) , Sulfur Dioxyde Groupe (http://so2.gsfc.nasa.gov/) et NESDIS (National Environmental Satellite, data et information (http // satepsanone. nesdis.noaa.gov) n’ ont signalé aucune anomalie dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique.

Le rayonnement thermique publiée par le MODVOLC ( Moderate résolution Imaging Spectroradiomètre ) MODIS sur son site Internet (http://modis.higp.hawaii.edu/) et Mirova (Moyen InfraRed Observation of volcanic activity) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/) , systèmes de surveillance qui indiquent des changements majeurs dans la température de surface, n’ont pas signalé d’alertes thermiques dans la zone associée avec le complexe volcanique.
La surveillance des paramètres au cours des 15 derniers jours a montré une évolution indiquant la libération de la pression sur le système hydrothermal près de la surface du cône actif peut-être liée à une diminution du flux de chaleur provenant du magma sous-jacent, caractérisé par une diminution des événements explosifs et des émissions de cendres ces derniers jours. Pourtant les niveaux des flux de dioxyde de soufre et l’enregistrement d’évènements sismique de type VT suggèrent le mouvement en profondeur de nouvelles masses de matériaux magmatiques . Ceci implique l’apparition de nouvelles impulsions d ‘activité de surface avec la possibilité de génération d’explosions phréatiques égale et / ou plus fortes que celles notées à ce jour, ainsi qu’avec des éruptions phréatomagmatiques ou une évolution vers une phase purement magmatique représenté par des effusions de lave provenant des cratères actuellement actifs.
Par conséquent, le niveau d’alerte volcanique reste au niveau JAUNE , en mettant l’accent sur les zone considérées comme à haut risque , y compris une zone de 2 km autour des cratères actifs . Il est recommandé de limiter l’accès à cette zone.

19/02/2016. Nevados De Chillan , Chili :

Source : Sernageomin.

Photos : Sernageomin, Patricio Arias .

Du 01 au 15 Février 2016.
Le niveau d’activité du volcan est au niveau : JAUNE : changements dans le comportement de l’activité volcanique probable.

Temps pour une éruption : Semaines / mois.

Sur la base de l’analyse des informations obtenues grâce à l’équipement de surveillance et par la surveillance du volcan , le Service national de Géologie et des Mines (SERNAGEOMIN) – Observatorio Volcanológico de Los Andes del Sur (OVDAS), communique:

Au Cours de cette période ont été enregistrés vingt-huit (28) événements sismiques, dont quinze (15) ont été classés comme volcano-tectoniques (VT) , associés à des processus de fracturation de roches.
De même, treize (13) événements associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, dont douze (12) ont été identifiés comme des tremblements de terre longue période (LP) et un (1) événement très longue période ont été enregistrés (VLP).

Quant à la sismicité de type VT, les magnitude locale (ML) ont été plus faibles (M1.5) . L’événement le plus important en énergie a été situé sur le flanc Nord-Est (NE) , à 1,5 km du cratère El Agrio avec une profondeur d’environ 4 km.
Les événements de type Lp , ont présenté des valeurs de déplacement réduits (RDC) de moins de 8cm2, tandis que les magnitudes locales (ML) étaient inférieures à M1,7.
La sismicité de type VLP a présenté des valeurs de déplacement réduits (RDC) maximales de 10cm2, la plupart situées autour du cratère.
Durant le mois, il y a eu un signal de tremor constant, principalement associé à l’émission de matière particulaire (Gaz et cendres) depuis le cratère El Agrio, qui a enregistré des valeurs de RDC oscillantes, généralement de moins de 4cm2, valeurs considérées comme intermédiaires pour ce volcan. Les fréquences dominantes sont concentrées dans une largeur de bande comprise entre 1,0 et 4,5 Hz.

D’après les données obtenues à partir des quatre (4) stations GNSS, qui cherchent à mesurer la déformation de la surface du volcan, il est noté que les composantes horizontales et verticales ont des variations oscillatoires de faible amplitude, similaires à celles enregistrées durant la période précédente. Le plus haut taux de variation des composantes horizontales est de 0,18 cm / mois, tandis que la plus grande variation dans la composante verticale est de 0,23 cm / mois, ce qui montre la stagnation générale de l’inflation observée ce mois ci .
Les émission de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées par l’équipement DOAS (différentiel de spectrométrie d’absorption optique) de la station Triplets, installée à 5 km à l’Est-Nord-Est (ENE) du cratère actif, elles ont présenté une valeur moyenne de 753 ± 199 t /jour et une valeur maximale observée au cours de la première quinzaine , de 2735 t /jour, enregistrée le 13 Février. Le débit moyen est considéré à de faibles niveaux pour ce volcan.
Les caméras IP installées à proximité du volcan ont enregistré des émissions constantes de matériaux du cratère actif El Agrio , accompagnées d’incandescence . Ces émissions sont caractérisées la plupart du temps par une couleur grisâtre, montrant la présence de matière particulaire.

18/02/2016. Copahue , Chili :

Source : Sernageomin

Photos : los Andes .com , Carlos Di Nallo .

Le Bureau national d’urgence (Onemi) a indiqué que , durant les premières heures de samedi , le volcan Guallatiri , situé dans la commune de Putre, dans la région d’ Arica y Parinacota , a enregistré un tremblement de terre de type « volcano tectonique».

Selon le rapport, les stations de surveillance installées dans les environs du massif, ont enregistré l’activité sismique à 17h21, avec son épicentre à 8,9 kilomètres au Sud-Sud-Ouest du cratère principal, et une profondeur de 3,6 kilomètres .L’ Onemi a également expliqué que, jusqu’à présent, il y a eu 31 répliques de moindre ampleur , sans avoir été ressenties par les communautés des zones voisines.

Suite à ce qui précède, le niveau d’alerte technique reste au niveau vert . En outre, le Service national de géologie et des mines, (SERNAGEOMIN) continue la surveillance continue du volcan en ligne et la direction régionale de l’Onemi maintiendra la coordination avec les membres du système de protection civile pour donner rapidement l’alerte contre une éventuelle situation d’urgence causée par le comportement du volcan.

Le volcán Guallatiri , un des plus actif des volcans du nord du Chili, est un stratovolcan symétrique revêtude glace , à l ‘extrémité Sud-Ouest du groupe de volcans Nevados de Quimsachata . Le Guallatiri , 6071 m de haut , se trouve juste à l’Ouest de la frontière avec la Bolivie et est coiffé par un dôme de lave dacitique central, avec l’évent actif situé sur son côté Sud. Des coulées de lave épaisses sont bien visibles sur les flancs inférieurs Nord et Ouest du volcan andésitique à rhyolitique. Des éruptions explosives mineures ont été signalées sur le Guallatiri depuis le début du 19ème siècle. On note une activité de fumerolles intenses avec bruits de « réacteur d’avion » continue, et de nombreux solfatares qui s’étendent de plus de 300 m sur le flanc Ouest.

09/02/2016. Guallatiri , Chili :

Source : ahoranoticias.cl, GVP .

Photos : Latercera , taringa.net.

Le Service National de Géologie et des Mines (SERNAGEOMIN) – Observatorio volcanologico de los Andes del Sur (OVDAS), annonce que le samedi 30 Janvier , un survol du complexe volcanique Nevados de Chillan , avec le soutien de l’ONEMI, afin d’évaluer l’activité de surface du complexe volcanique.
Au cours du survol on a constaté que le résultat des explosions phréatiques successives , enregistrées ces derniers jours, a été la formation d’un nouveau cratère. Il est situé à environ 50 m du cratère du volcan Arrau , sur le flanc Nord -Est de ce dernier centre.

Le nouveau cratère a un diamètre de 25-30 m et se trouve à une hauteur similaire à celui formé le 8 Janvier, mais actif à ce stade.
Également, divers points d’émissions de gaz ont été identifiés , principalement situés sur le flanc Est du cratère Arrau, le centre des émissions formé le 8 janvier et du cratère nouvellement formé.
Les émissions de cendres avaient continué sporadiquement depuis les cratères actifs, généralement sous forme explosions phréatiques qui émettaient des gaz, des cendres et de plus grands blocs éjectés dans l’environnement et parfois glissant sur la pente. En outre, les images thermiques obtenues ont enregistré une température maximale de 125 ° C, ce qui indique l’activité d’un système hydrothermal profond , même sans la présence en surface d’une phase magmatique de haute température.
Cela confirme que le processus de déstabilisation du système hydrothermal continue d’évoluer, en raison du transfert de chaleur d’un corps magmatique sous-jacent , générant des explosions phréatiques de basse énergie , lesquelles expulsent les matériaux du cratères nouvellement formés.

Dans ce scénario, l’apparition d’explosions phréatiques de magnitude égale ou supérieure et / ou d’éruptions phréatomagmatiques, est possible , et , à un stade ultérieur, pourrait représenter une superficie de plus grand impact.
Par conséquent, est considéré comme zone à haut risque dans la situation actuelle , la zone comprise au sein d’un rayon de 2 km autour des cratères actifs et il est recommandé de restreindre son accès .
Le niveau d’alerte volcanique technique reste au niveau jaune, avec un accent particulier sur son évolution.
Le SERNAGEOMIN -OVDAS continue la surveillance en ligne et rapportera en temps utile sur tout changement dans l’activité volcanique dans la région.

01/02/2016.Nevados de Chillan, Chili :

Source : SERNAGEOMIN -OVDAS

Le Service national de géologie et des mines (SERNAGEOMIN) – Observatoire volcanologique des Andes du Sud (OVDAS), annonce que le vendredi 29 Janvier 2016 à 14:25 heure locale (17:25 GMT), s’est produit une nouvelle émission de cendres depuis le complexe volcanique du Nevados de Chillan , associée à l’enregistrement d’un signal de tremor sismique présentant un déplacement réduit de 5.6cm2. La particularité de cette activité est que centre de diffusion des matériaux volcaniques est situé dans le cratère Arrau, en plus de la poursuite des émissions dans le cratère nouvellement formé.

Ceci suggère une évolution de l’activité du système hydrothermal , influencé par le transfert de chaleur d’un corps magmatique sous-jacent , impliquant une déstabilisation de la plus grande partie de ce système hydrothermal, soulevant la possibilité de générer de plus grandes explosions phréatiques et / ou des éruptions phréatomagmatiques .

Le niveau d’alerte volcanique technique reste au niveau jaune, avec une attention particulière à son évolution.

SERNAGEOMIN -OVDAS continue la surveillance en ligne , et rapportera en temps opportun sur les changements dans l’activité volcanique de la région.

30/01/2016. Nevados De Chillan , Chili :

Source : SERNAGEOMIN -OVDAS

Photos :  guiadecabanias .