Descente du Cerro Negro en planche au Nicaragua

Photo issue du site http://blogs.futura-sciences.com/bardintzeff/ crédit photo H. Sthioul.

Vous pensiez que surfer sur les volcans était impossible ? Et bien pour vous prouver le contraire, Jacques-Marie Bardintzeff a écrit deux articles sur son blog consacrés à la montée et surtout à la descente très originale  de ce volcan lors du voyage Spécial Eruption Express au Nicaragua avec notre agence.

Monter sur un volcan

Descendre d’un volcan

Vidéo du débordement de l’Erta Ale

Vous l’attendiez, la voici ! La vidéo du débordement du lac de lave de l’Erta Ale. Vidéo disponible sur notre Facebook. Aimez la page si ce n’est pas encore fait afin de suivre toutes nos infos !

Lien de la vidéo

Conférence de Jacques-Marie Bardintzeff
?Jacques-Marie Bardintzeff fera une conférence sur les volcans et autres risques naturels le 24 février à La Roche-Sur-Yon.

CENTRE BEAUTOUR
Route de Beautour
Accès Parc ÉCO 85
85000 La Roche -sur -Yon

02 51 24 32 40

contact@beautour-paysdelaloire.fr

Deux géologues russes ont essayé de comprendre le fonctionnement des geysers en introduisant une caméra très robuste à l’intérieur des conduits de six d’entre eux dans la célèbre Vallée des Geysers au Kamtchatka.

Les vidéos ainsi obtenues, complétées par l’étude des roches autour d’anciens geysers aujourd’hui inactifs, ont révélé que les geysers du Kamtchatka ne sont pas alimentés par l’intermédiaire de conduits longs et étroits, comme on le pensait jusqu’à présent. Au lieu de cela, des pièges à bulles se forment à l’intérieur de l’amas de blocs qui se sont accumulés pendant des glissements de terrain.

La caméra spécialement conçue pour ce travail de recherche était capable de résister à l’eau bouillante et aux violentes explosions de vapeur à l’intérieur d’un geyser. Au cours de trois visites dans la Vallée des Geysers, la caméra a doucement été descendue dans les conduits à l’aide d’un câble en acier ou d’une tige souple afin de filmer les éruptions.

La vidéo disponible ici n’est pas particulièrement esthétique mais apporte quelques images intéressantes et montre des blocs avec des bulles qui s’élèvent lorsque le geyser est en phase de repos, puis des explosions de vapeur pendant les jaillissements.

Peu de temps après que les chercheurs ont commencé leur travail, un important glissement de terrain s’est produit dans la Vallée, de sorte que l’intérieur de certains geysers inactifs est apparu au grand jour, trahissant leur système d’alimentation. Pour qu’un geyser se forme, il faut une source de chaleur d’origine volcanique, une nappe phréatique avec de l’eau en abondance, des espaces dans les roches qui la surmontent pour que l’eau puisse s’échapper, ainsi qu’un système d’emprisonnement des bulles.

L’eau bouillante qui s’élève des profondeurs dans un système hydrothermal contient toujours des bulles de vapeur. En s’élevant, cette eau rencontre un piège à bulles où ces dernières s’accumulent jusqu’au moment où la vapeur trouve assez de force pour déplacer la colonne d’eau qui la surmonte et déclenche l’éruption du geyser.

La vitesse d’accumulation des bulles dans un piège et la géométrie du conduit du geyser affectent le temps qui s’écoule entre les éruptions. Si le piégeage des bulles est lent, le laps de temps entre les jaillissements sera plus long.

Le geyser « Strokur » en Islande présente deux avantages importants par rapport à ceux du Kamtchatka ou de Yellowstone. D’une part, l’Islande n’est qu’à 3h30 d’avion de Paris et d’autre part le geyser jaillit toutes les 5 à 10 min ce qui facilite largement les observations et les photographies !

Peut être que les scientifique russes prêteront leur caméra aux Islandais pour que nous puissions également découvrir l’intérieur du geyser « Strokur », et pourquoi pas de son voisin inactif « Geysir », qui a donné son nom au phénomène géologique !

N’hésitez pas à partir découvrir les geysers d’Islande lors de nos voyages en Islande.

Source: Live Science / Blog de C. Grandpey

On connaissait la pierre ponce pour se débarrasser des peaux mortes, mais il semble que ce soit aussi un creuset pour l’apparition de la vie !?
D’origine volcanique, elle flotte sur l’eau grâce à sa faible densité, fixe les métaux et les composés organiques et phosphatés, et accueille volontiers les biocatalyseurs (molécules organiques qui favorisent les réactions chimiques). D’après la revue scientifique Astrobiology elle pourrait jouer un rôle crucial dans l’apparition de la vie sur Terre, il y a environ 4 milliards d’années.
« Une pierre ponce est potentiellement exposée à (…) la foudre associée à des éruptions volcaniques, aux hydrocarbures et aux métaux produits par les sources hydrothermales et aux rayons ultraviolets du Soleil. Toutes ces conditions ont le potentiel d’accueillir, ou même de générer, les genres de processus chimiques que nous pensons avoir créé les premières cellules vivantes », résume le chercheur Martin Brasier.

Photo : champs de ponces dans la région d’Askja (Islande)

Découvrez nos séjours en Islande (autotours ou voyages accompagnés)

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS

WOW Air est le nom choisi par Skúli Mogensen pour sa nouvelle compagnie aérienne qui devrait relier l’Islande à l’Europe continentale à partir du printemps prochain.
Le site de la compagnie est disponible ici.

Consultez nous pour organiser votre séjour en Islande avec ou sans l’aérien.

Retrouvez nos exemples de voyages par thèmes :

Retour page :

Depuis très longtemps, les chevaux islandais, race bien à part ont une importance considérable pour ce peuple du nord. Le cheval Islandais présente quelques particularités notables. Court sur pattes (n’utilisez pas le mot poney, vous allez vexer du monde !), trapu et robuste, ses poils longs lui permettent de faire face à l’hiver Islandais et en faisaient un excellent « cheval de travail » au siècle dernier. Outre le fait que ce cheval marche à l’amble (comme les chameaux) dort couché sur le flan, il possède une allure supplémentaire, le tölt, sorte de piétinement à 4 temps entre le trot et le galop. Cette allure est très confortable pour le cavalier et en fait un excellent cheval de randonnée !

Étant donné l’importance des chevaux dans la vie islandaise, il est très intéressant de visiter l’exposition «Les chevaux dans l’Art Islandais » ouverte  au Musée d’Art de Reykjavík. Le conservateur Adalsteinn Ingólfsson rassemble des peintures et des sculptures de chevaux de différentes époques de l’art islandais.

L’exposition explore les différents rôles que le cheval a joués dans la société islandaise au cours des vastes changements sociaux des 100 dernières années. Et, en même temps, elle raconte l’histoire de l’art islandais et comment ce dernier a évolué au cours de cette période.
Dans le cadre de l’exposition, un atelier sera ouvert aux enfants et aux familles pour toute la période d’exposition.

L’exposition se poursuivra jusqu’au 21 août.

Retrouvez nos voyages d’équitation en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom: Email:

Le lagon glaciaire Jökulsárlón, alias Breidamerkurlón, est formé par les eaux de fonte et les icebergs qui se détachent du Breidamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajökull.
Un tiers du territoire Islandais est recouvert de glaciers. Les trois plus grands, Hofsjökull, Langjökull et Vatnajökull, réagissent différemment au réchauffement climatique. En particulier en fonction de l’altitude.
Le Langjökull, dans les hautes terres de l’Ouest, a la plus basse altitude (1 400 mètres) a diminué plus rapidement que les deux autres d’après le glaciologue Thorsteinn Thorsteinsson de l’Office météorologique islandais.
Hofsjökull est situé dans les hautes terres centrales et culmine  1 800 mètres. La fonte est plus lente bien qu’il a perdu 5% de sa taille, soit une dizaine de kilomètres cubes de glace, au cours des 15 dernières années.
Toutefois, les précipitations de l’hiver dernier dans le nord de Hofsjökull, ont permis au glacier d’augmenter de 1,73  mètres.
Il s’agit d’une amélioration de 18 pour cent par rapport à la moyenne de l’hiver entre 1988-2010.
L’été dernier, la plus importante fonte du glacier depuis 1988 a été mesurée pour l’Hofsjökull. Les cendres émises par l’éruption volcanique de l’Eyjafjallajökull ont favorisé la fonte des glaces.
En ce qui concerne Vatnajökull, il est de loin le plus grand des trois glaciers (grand comme la Corse) et le plus grand glacier d’Europe (hors calotte glaciaire du Groenland).
Son sommet culmine a une altitude de 2 100 mètres, le Hvannadalshnjukur et, est ainsi le plus haut sommet de l’Islande.
Thorsteinsson fait remarquer que suite aux chutes de neiges enregistrées, le Vatnajökull recule moins, chaque année, au prorata des deux autres glaciers, bien que l’ensemble des glaciers islandais soient en diminution d’année en année.

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article (en anglais) ici

Retrouvez nos voyages en Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: