C’est une équipe de chercheurs australiens et indonésiens qui a pu dater douze pochoirs et deux dessins vieux d’environ 40 000 sur l’île de Sulawesi, en Indonésie. L’endroit avait été découvert dans les années 50, mais jusqu’à présent, les scientifiques estimaient que le climat tropical avait dû altérer des peintures très anciennes et supposaient donc celles-ci beaucoup plus récentes.

Le journal « Le Monde » a publié discrètement, dans un de ses blogs, les résultats d’une étude empirique de M. Viedberg démontrant l’utilité des moaï de l’Ile de Pâques chez les Rapa Nui. Notre archéologue Michèle Chermette qui accompagne nos séjours à l’île de Pâques conteste largement les conclusions de M. Viedberg. Elle relève le manque de références scientifiques de l’étude ainsi que des incohérences en particulier concernant les outils de taille, mettant ainsi en doute les compétences archéologiques de l’auteur.

Le prochain voyage accompagné par Michèle Chermette sur l’île aux moaï aura lieu du 04 au 12 octobre 2014. M. Viedberg est le bienvenu s’il souhaite avoir un débat archéologique…

Retrouvez la page du journal « Le Monde » ICI et les détails du voyage organisé par 80 Jours Voyages ICI.

Accueil 80 Jours Voyages
Retour aux actualités

Après avoir accompagné notre voyage à l’Île de Pâques, pendant lequel était aussi présent Jacques-Marie Bardintzeff, Michèle Chermette donnera une conférence  lors de laquelle elle partagera cette expérience. Elle abordera différents thèmes : la géologie de l’île, son peuplement, sa découverte. Puis elle consacrera une partie de la conférence à l’aspect archéologique de l’île, revenant sur les dernières découvertes, les certitudes et les hypothèses.

Aux confins de l’Océan Pacifique l’île de Pâques ou Rapa Nui est une île volcanique située à plus de 3 600km de la côte ouest de l’Amérique latine et à 4 000km de Tahiti. Lorsqu’en 1722 le capitaine hollandais Jacob Roggeveen mandaté par la compagnie hollandaise des Indes occidentales  la découvrit, Il trouva une population possédant une culture originale pour laquelle, à l’heure actuelle, toutes les interrogations n’ont pas trouvé de réponse.

En effet, l’ île de Pâques avec sa profusion de statues ou Moaï a depuis toujours suscité de nombreuses questions. D’abord l’origine de la population de l’île a été un sujet de controverse. Il semble maintenant démontré par les scientifiques que cette origine est la Polynésie et non pas, comme ont pu le croire certains chercheurs, l’Amérique du sud.

Puis les interrogations se sont portées sur les causes (multiples) du déclin des Pascuans. En effet, les raids des esclavagistes qui raflaient la population pour la vendre dans les grandes propriétés du Pérou afin de ramasser le guano ont fait disparaître des pans entiers de la culture pascuane et des traditions orales se sont perdues.

Mais comme cela a été le cas pour les pyramides égyptiennes, le transport des Moaï, de tailles et de poids colossaux est encore sujet à des recherches. Ainsi, le National Geographic se fait l’écho de l’expérience tentée in situ par deux chercheurs américains Terry Hunt et Carl Lipo de déplacer les colosses « debout ». Reliés à la statue par des cordes, deux groupes d’hommes la “balançaient” de part et d’autre pour qu’elle avance, tandis qu’un troisième la stabilisait à l’arrière.

Nous vous proposons de venir découvrir cette île avec Jacques-Marie BARDINTZEFF (volcanologue, Université Paris-Sud-Orsay) et Michèle CHERMETTE (Archéologue, Université Lyon II 1992-2008 – Enseignements à la formation continue) pour un voyage unique organisé par 80 JOURS VOYAGES sur l’île de Pâques du 23 février au 04 mars 2013.

C’est à Burtele, dans la région de l’Afar, en Éthiopie, que des chercheurs ont découvert, en février 2009, les fossiles fragmentaires d’un pied d’hominidé, dont l’étude a été publiée dans la revue Nature du 29 mars. La radiodatation (par la méthode Argon-Argon) du spécimen lui donne un âge de 3,46 millions d’années. Ses caractéristiques le désignent d’une espèce différente de celle de la célèbre Lucy (Australopithecus afarensis), qui fréquentait également le site à cette époque.
Le Dr Yohannes Haile-Selassie, anthropologue au Cleveland Museum of Natural History, confirme que « l’espèce de Lucy, qui marchait sur ses deux jambes, n’était pas la seule espèce d’hominidé vivant dans cette région de l’Éthiopie. Son espèce a coexisté avec des parents proches qui étaient plus aptes à grimper aux arbres »

Découvrez l’Ethiopie :