Tout a commencé en 1988 quand un agriculteur péruvien a découvert des mâchoires complètes et des vertèbres fossilisées. Trouvaille qu’il a donnée à un collectionneur, qui l’a lui-même transmis des années plus tard au Musée d’histoire naturelle de Floride. Les spécialistes se sont penchés sur les fossiles et ont conclu qu’ils appartenaient à une nouvelle espèce de requin, qu’ils ont baptisée Carcharodon hubbelli, en hommage au collectionneur. Egalement appelé « grand requin blanc de Hubbell », il serait apparenté à d’anciennes formes de squales de la lignée du requin mako. Si l’on en croit les auteurs d’une étude parue dans Paleontology, Carcharodon hubbelli serait un ancêtre du grand blanc, lui-même issu du groupe des requins-taupe ( groupe dont fait partie le requin mako ).

Découvrez nos séjours plongée aux Açores, à la rencontre du requin bleu, et nos séjours en Afrique du Sud pour plonger avec le grand requin blanc !

Plusieurs organisations affirment ainsi que 90% des individus de certaines espèces de squales ont disparu, alors que l’on comptabilise 72 millions de requins victimes de la pêche chaque année à travers le monde.
Plusieurs pays, parmi lesquels les Maldives et le Honduras, ont mis en place des sanctuaires, emboîtant le pas à l’archipel de Palau, un petit pays d’Océanie, qui a inauguré l’initiative en 2009.
Mais les requins ont mauvaise presse bien que les attaques contre l’homme soient rares et le plus souvent liées à des « méprises », le requin confondant surfeurs et phoques… Pour l’ONG Dive Tribe, un des principaux responsables est le film de 1975 de Steven Spielberg : « Les dents de la mer ». Inévitablement, ce film a fait assimiler l’animal à un prédateur d’humains assoiffé de sang.
Il est presque impossible d’évaluer le nombre de requins restant dans les océans de par le monde.
Une lueur d’espoir pourrait venir de l’industrie du tourisme et plus particulièrement des plongeurs de plus en plus friands de découvrir les squales dans leur milieu de vie.

Plongez avec les requins bleus des Açores
Plongez en cage avec les requins blancs d’Afrique du Sud

LIRE NOS NEWSLETTERS EN LIGNE

Scrimshaw désigne l’artisanat issu de gravures réalisées par les chasseurs de baleines sur les produits tirés de différents mammifères marins. Elles sont effectuées principalement sur les os et les dents des cachalots ou les fanons des mysticètes, ainsi que sur les défenses des morses ou des narvals. Cet art est probablement d’origine Inuit, mais a véritablement acquis ses lettres de noblesses aux Açores à l’époque de la pêche au cachalot.
En effet, cet art très populaire sur les îles des Açores fut à l’origine un hobby et un passe temps pour les chasseurs de baleines azoriens durant les longs voyages en mers et les nombreux moments d’attente.
Cet art consistait à graver les dents d’ivoire de cachalot en y dessinant le plus souvent des scènes de pêche, d’harponnage ou des portraits. La dent était ensuite enduite d’encre de chine, puis polie. Ainsi, seul le dessin gravé restait « encré ».

De nos jours, le commerce de l’ivoire est très règlementé et les quelques artistes qui continuent de faire perdurer cet artisanat travaillent sur de « l’ivoire végétal » (albumen du palmier à ivoire que l’on trouve principalement dans la forêt amazonienne).

Visitez les Açores et découvrez le scrimshaw.

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS EN LIGNE

N’attendez pas pour rester au courant de nos actualités scientifiques et touristiques.
Inscrivez-vous dès maintenant

Nom:
Email:

Le quotidien « Le Monde » a publié un article indiquant comment l’industrie japonaise de chasse à la baleine finance en partie sa campagne 2011 de pêche en Antarctique grâce à l’argent consacré à la reconstruction des zones touchées par le tsunami du 11 mars et la crise nucléaire qui a suivi.


De façon pour le moins inattendue, l’agence des pêches a obtenu une enveloppe de 2,3 milliards de yens (21,2 millions d’euros), non pas pour participer à la reconstruction d’installations, à l’achat de nouveaux bateaux, ni même au soutien des victimes, mais pour assurer la bonne exécution de la campagne 2011 !

L’enveloppe financera le déploiement de navires d’escorte des baleiniers car les campagnes annuelles dans l’Antarctique sont soumises à rudes perturbations liées à l’activité le l’organisation « Sea Shepherd » qui mobilise chaque année plusieurs bateaux pour tenter de stopper la chasse.
L’article conclut par le constat effrayant qui montre, d’après les chiffres officiels, que cette pêche inutile coûte chaque année environ 3 milliards de yens et se termine sur un déficit de 1,9 milliard de yens.

Lire l’article ici

Passionné par la nature et l’observation des cétacés, 80 JOURS VOYAGES est favorable au maintien du moratoire international interdisant la chasse à la baleine et à l’arrêt de l’hypocrisie de l’industrie japonaise prétendant faire une « pêche scientifique » pour contourner le moratoire.

Découvrez nos voyages d’observation des cétacés.

Les Açores :

L’Afrique du Sud :

L’Islande :

La Patagonie (Argentine) :

 

C’est dans la région de Melbourne que des chercheurs étudiants l’ADN et la morphologie crânienne de dauphins ont mis en évidence l’existence d’une nouvelle espèce jusqu’alors confondue avec des espèces plus communes.

Le dauphin Burrunan est « une découverte absolument fascinante, puisque trois nouvelles espèces de dauphins, seulement, ont été décrites depuis la fin des années 1800. Ce qui est encore plus passionnant, c’est que cette espèce de dauphin vivait juste sous notre nez…» s’enthousiasme Kate Charlton-Robb.

Nagez avec les dauphins aux Açores ICI

Photo : Dauphins de Commerson lors de nos voyages en Patagonie

LIRE TOUTES NOS NEWSLETTERS EN LIGNE

Une équipe de chercheurs américain du Centre médical de l’université de Georgetown, à Washington a mis en évidence que la « squalamine », une substance sécrétée par le foie des requins, avait une action antivirale. Cette substance pourrait avoir des effets contre la dengue, les hépatites B et D mais aussi la fièvre jaune ou la maladie du sommeil…
Les recherches n’en sont qu’à leurs débuts, mais « Il s’agit d’une substance prometteuse qui, dans son principe actif et sa structure chimique, n’a rien de commun avec d’autres matières actuellement à l’étude pour traiter les virus », précise le professeur Michael Zasloff.
Une raison supplémentaire de prendre en considération la protection des espèces de requins menacés.

Vous pouvez observer les requins lors de nos voyages :

Plongez avec les requins bleus aux Açores
Découvrir les requins blancs en Afrique du Sud

VOIR TOUTES NOS NEWSLETTERS

Il faut sortir du cliché des « dents de la mer » ! Aujourd’hui, un tiers des espèces de requins sont inscrites sur la liste des espèces menacées, le plus souvent en raison d’une pêche croissante et d’une détérioration de leur habitat.

Mais des progrès apparaissent. Le gouvernement des îles Marshall vient de créer le plus grand sanctuaire de requins jamais mis en place. Cette zone située dans le Pacifique s’étend sur près de 2 millions de mètre carré… De plus, les îles Marshall ont aussi interdit la pêche commerciale du requin et la commercialisation de tous les produits dérivés, décision salué par Matt Ran, directeur du « Pew Environement Group » pour la conservation des requins.

Découvrez avec nous les requins :

Aux Açores, plongée avec les requins bleus
En Afrique du Sud, découvrir les requins blancs

Le ministère de la pêche japonaise a annoncé le lancement de la campagne de pêche à la baleine en antarctique ainsi qu’un renforcement des mesures de lutte contre les organismes de défense des cétacés qui harcèlent les baleiniers japonais.

En février dernier, pour la première fois la campagne de pêche avait été écourtée suite aux actions répétées des navires de l’organisation Sea Shepherd. Le Japon avait ainsi annoncé étudier l’opportunité de poursuivre ou non la « pêche scientifique » à la baleine pratiquée par les baleiniers japonais.
Les défenseurs de cétacés considèrent que sous couvert de « pêche scientifique » (pratique tolérée par la Commission Baleinière Internationale) il s’agit en fait d’une pêche commerciale déguisée. D’autant plus que les autorités japonaises militent activement pour une reprise de la chasse commerciale.

En tant que passionnée de l’observation des cétacés, notre agence ne peut qu’encourager les autorités japonaises à stopper définitivement cette chasse.

Vous pouvez observer les baleines avec nous :

Aux Açores
En Afrique du Sud
Au Groenland
A Hawaii
En Islande

S’inscrire à la newsletter

Nom:
Email: